mercredi 30 janvier 2008

sodium laureth sulfate : ma fixette...

Suite au post à propos du shampooing Doux Végétal de Fleurance Nature, je continue ma fixette sur le sodium laureth sulfate. Je fais des tests tous les jours, en essayant des shampooings super doux avec sodium laureth sulfate et d’autres sans. Rien à faire, même les produits réputés super doux, s’ils sont “avec” sodium laureth sulfate (SLS pour les intimes) rendent les cheveux difficiles à démêler et c’est, hélas, le signe qu’ils décapent le cheveu et le cuir chevelu. En revanche, le shampooing dont le tensio-actif n’est pas du SLS, ne nécessite pas l’emploi d’un après-shampooing, laisse les cheveux doux et pas forcément plats comme on pourrait le craindre. Le problème, c’est que le SLS se trouve, à peu près, dans tous les produits moussants classiques (c’est à dire non-bios). Cela vaut donc le coup de signaler les quelques très rares produits qui s’en passent. Dans le lot, il y a quelques produits pour bébés et, surprise, tous les produits moussants (gels douche et shampooings) Caudalie. Un choix dont Mathilde Thomas, la fondatrice de la marque, signale qu’il est parfois difficile à faire accepter sur le marché américain, les américaines attendant vraiment d’un shampooing qu’il laisse les cheveux “crissants” de propreté. Certes, Caudalie n’est pas une marque bio mais on ne peut qu’applaudir ses efforts en matière de choix des principes actifs. Une éthique dont on reparlera avec la reformulation de certains produits Caudalie, toujours à base de principes actifs issus de la vigne, mais de plus en plus brevetés et au centre des discussions les plus récentes et carrément les plus intéressantes sur le vieillissement de la peau.

Lire la suite!

dimanche 27 janvier 2008

pluie d'égéries chez Lancôme et L'Oréal

Sale temps pour les tops models ! Aujourd’hui, mieux vaut être actrice et devenir mannequin que le contraire... Et même, actrice brune que top blonde... La preuve chez L’Oréal et Lancôme. D’abord, chez Lancôme; c’est Juliette Binoche qui reprend du service pour vanter les mérites d’une gamme pour peaux matures (moui, passé 40 piges, c’est chez peaux matures qu’on s’inscrit...). Puis, le très beau visage de Laura Morante (dont je pensais à tort qu’elle n’était pas du genre à se mettre au service d’une marque de cosmétiques) qui est déjà sur les pubs Lancôme : oui, c’est elle, la fille dont vous connaissez le visage mais dont vous ne vous souvenez plus le nom. D’ailleurs, pourquoi ne pas avoir mis son nom sur la pub ? Chez Dior, ils mettent le nom de Sharon (mais ils sont bien obligés sinon on se dit : c’est qui le top model qui ressemble à Sharon quand elle avait 30 ans ?). Donc des filles avec deux ou trois rides, c’est bien non ? Bon, vous reprendrez une brune ? Alors, ce n’est pas pour tout de suite, mais Anne Hathaway (fashion martyre du “diable s’habille en Prada”) sera l’égérie d’un nouveau parfum Lancôme en Septembre prochain. Les brunes frisées arrivent aussi en force chez L’Oréal. Comme quoi les temps changent et c’est bien ! Il faut dire aussi que le marché est super juteux : les filles frisées aux cheveux longs dépensent des fortunes en soins capillaires, ce serait dommage de laisser ce marché à la concurrence ! Alors, les winneuses sont : Rachida Brakni, sublime et talentueuse et Afef Jnifen, moins connue ici mais mega star de la télé Italienne. Elle est hyper belle mais vachement vieille : elle a un mois de plus que moi...

Lire la suite!

mercredi 23 janvier 2008

nettoyer son visage : tout et son contraire !

Entre ce que disent les esthéticiennes: “jamais d’eau”, les dermatos : “de l’eau et un produit hypoallergénique qui se rince”, les fabricants de cosmétiques : “même les peaux sèches peuvent utiliser un produit qui se rince à l’eau”, il est bien difficile de se faire une opinion. Cela ressort dans votre courrier, vous me demandez régulièrement quel est le meilleur moyen pour nettoyer sa peau, alors que c’est un geste tellement basique que je pensais que la question était réglée pour tout le monde. Moi, j’ai choisi mon camp : pas d’eau du robinet depuis des lustres. J’ai mis quelques jours à me passer de la sensation délicieuse de l’eau fraîche mais je crois que ça valait le coup. Ma peau n’est pas devenue plus grasse, je n’ai pas eu de boutons et elle a tout de suite été moins déshydratée (car, hélas, on peut avoir la peau mixte et déshydratée, ça s’appelle la poisse !). J’ai du arrêter l’eau vers 25 ans (imaginez cette phrase hors de son contexte...), après dix années de récurage avec produit moussant et petite brosse. C’était vachement à la mode à la fin des années 80 la petite brosse pour le visage. Un geste arrivé tout droit du Japon avec Shiseido et toutes ces marques que l’on découvrait à l’époque. Cette histoire d’eau sur le visage, c’est aussi une question de culture. Pas question pour les américaines de se passer de leur rituel de nettoyage à l’eau. D’où l’incroyable variété de propositions de nettoyage à l’eau des marques américaines comme Clinique ou Estée Lauder. Finalement, peu importe le produit que l’on choisit pour se démaquiller, l’essentiel est d’y apporter un soin maniaque et l’effectuer matin et soir (oui, même si on ne se maquille pas, puisque c’est fait pour nettoyer la peau). Je trouve d’ailleurs, mais c’est un avis très perso, que certains produits prévus pour être utilisés à l’eau pour les peaux extra sèches sont tellement longs à bien rincer qu’il est plus agréable (et surtout rapide) d’utiliser un lait et un tonique. Mon rituel, c’est lait et tonique le soir en massant bien le lait pour dissoudre maquillage, pollution, sébum et, eau démaquillante (ou eau micellaire c’est quasi la même chose) le matin pour avoir justement cette sensation de fraîcheur si agréable sur le visage. En tout cas, les démaquillants sont au coeur de l’actu beauté avec plein de nouveaux produits sur les comptoirs. Toutes les marques ont retravaillé leurs formules et c’est plutôt réussi. Inutile de casser sa tirelire, L’Oréal Paris propose plein de démaquillants sympas, Garnier et Mixa aussi. J’ai essayé il y a peu de temps la nouvelle ligne de démaquillants La Roche Posay. Tous les produits sont très bien formulés et pratiques à utiliser avec des flacons pompes pour les laits (mais pourquoi pas de flacons pompes sur les toniques, on se demande....). Et, pour les bios girls, le démaquillant Cattier, Caresse d’Herboriste, toujours aussi culte dans ma salle de bains ! Mais, n’oubliez pas que, quel que soit votre choix, il est tout à fait anormal d’avoir la peau qui tire après le démaquillage. Si le nettoyage à l’eau nécessite ensuite de vous inonder le visage de la moitié d’un tube de crème épaisse, c’est peut-être le signe que quelque chose cloche et qu’il faut changer vos (mauvaises) habitudes...

Lire la suite!

dimanche 20 janvier 2008

le bio multi-labellisé

En attendant de voir un jour une harmonisation globale des labels de certification pour les cosmétiques bio (oui, on peut toujours rêver), certaines marques internationales commencent à faire labelliser leurs produits sur tous les marchés concernés. C’est le cas de Origins, la marque “nature” du groupe Estée Lauder qui arrive en pharmacies fin janvier avec 9 produits bio. Ces 9 produits possèdent tous la certification bio des Etats-Unis et 7 sont déjà certifiés Ecocert, le label français. Le but, à terme, étant évidemment de faire certifier les 9 produits. Ne croyez pas que la démarche soit simple, les cahiers des charges pour les cosmétiques bio sont proches mais pas tous identiques et satisfaire aux exigences des uns et des autres rend la tâche plutôt ardue ! Mis à part le fait qu’ils sont très classe avec leurs packs blancs sobres et purs, les produits anti-âge sont conçus à partir des travaux du Dr Andrew Weil, le pape de la médecine préventive anti-âge. Comme tout ce que dit ce type est super intéressant et qu’il a largement montré ses compétences en matière de prévention par la nutrition, on a plutôt tendance à avoir envie d’essayer au plus vite les produits. Sachant, de plus, que c’est à partir de ses travaux que Origins a formulé une de ses crèmes les plus géniales, on peut légitimement être attirée. Dans toute la gamme, j’ai personnellement beaucoup aimé la lotion nourrissante pour le visage, bien confortable sans être trop riche. Elle laisse la peau super souple mais mate. Je suis moins fascinée par les senteurs des produits, très “tisanes” qui sont celles que l’on retrouve souvent dans le bio mais, là encore, c’est une question de goût. Les filles devant qui j’ai ouvert les produits ont trouvé les odeurs “divines” ! Toute la question, maintenant, c’est de savoir si les nouvelles consommatrices de bio, très attendues dans les pharmacies, vont se laisser tenter par des produits américains que l’on trouve habituellement dans les parfumeries....

Lire la suite!

Pink Raspberry, Bobbi Brown : juste belle !



C’est la centième fois peut-être que je clame haut et fort mon amour immodéré pour la marque Bobbi Brown (qui fait partie du groupe Estée Lauder). Et cette saison résume bien ce mélange de glam New-Yorkais et de savoir faire si typiques de Bobbi. Parce que la fille sur la photo, en plus d’être incroyablement jolie (oui, c’est vrai qu’on ne part pas de zéro), est parfaitement maquillée. Ni trop, ni trop peu. Les textures sont si transparentes et lumineuses qu’elles laissent toute sa fraîcheur au visage. Même les roses, qui sont parfois niais, mièvres ou pire vieillots dans d’autres marques sont des couleurs super classe chez Bobbi. Dans le détail, ça donne : un soupçon de gris fumé sur les yeux, un blush crème rose et un rouge à lèvres rose foncé. Tout simple mais super efficace. Enfin, je dis ça mais, comme pour le reste, la grande simplicité est surtout le signe d’une grande maîtrise ! D’ailleurs, si vous êtes nulle en maquillage et que vous rêvez de vous améliorer, n’hésitez pas à prendre un cours chez Bobbi Brown (c’est possible sur le stand du Bon Marché), c’est un bon investissement. Finalement, le seul ennui avec les produits Bobbi Brown, c’est qu’ils sont victimes de leur succès. Cette palette, comme celles des saisons précédentes, est une édition limitée qu’on ne trouvera plus après quelques semaines. Je vous aurai prévenues, ne venez pas vous plaindre ! Face Palette Pink Raspberry, 49 euros, chez Sephora et au Bon Marché.

Lire la suite!

mercredi 16 janvier 2008

est-ce que ça marche, les crèmes pour maigrir ?

Formulé comme ça, autant ne pas se faire d’illusions, non, ça ne marche pas. Pour maigrir, il faut manger moins, ce n’est pas un scoop. En revanche, si on dit, notez la subtilité, pour “mincir”, alors là oui, ça marche. Vous ne trouverez pas sur le marché de crèmes “amaigrissantes” mais des crèmes “amincissantes”. Car l’effet de ces crèmes n’est pas de faire perdre du poids mais du volume, bref des centimètres de tour de taille ou de cuisses. Et là, je sais que ça va en surprendre plus d’une, mais oui, ça marche. C’est prouvé et prouvable par toutes les marques un peu sérieuses de cosmétiques. Sauf que, les tests sont la plupart du temps réalisés avec deux applications par jour (qui le fait ?) et au bout de deux mois d’utilisation (alors qu’après deux semaines, les 3/4 des filles abandonnent le traitement). Autre vérité utile à connaître : les produits font perdre généralement de un à trois centimètres. Pas dix. Oui, je sais, c’est embêtant parce que justement ce qu’on rêve de perdre, c’est dix centimètres. Enfin, histoire de bien enfoncer le clou : les massages qui accompagnent l’application du produit sont aussi pour beaucoup dans la réussite du traitement. Bref, foncez sur les crèmes amincissantes si vous avez décidé de ne plus parler à votre pot de Nutella pendant quelque temps. Préférez les plus récentes, car l’idéal est de bénéficier de la dernière technologie. Choisissez des marques spécialisées dans le créneau : Vichy, Elancyl, Clarins, Decléor... Et, ne lésinez pas sur les massages ! Mais on en reparle de toute façon très vite car les marques lancent en ce moment leurs nouvelles crèmes amincissantes.

Lire la suite!

dimanche 13 janvier 2008

Shampooing Doux Végétal, Fleurance


Soyons honnêtes, il est moche. Flacon plastoque même pas en couleur et étiquette triste au possible. Oui, mais voilà, c’est un shampooing génial. Il est doux, mais vraiment doux, ce qui signifie que les cuirs chevelus qui ont tendance à avoir des irritations peuvent y aller sans crainte. Moi, qui ai la gratouille facile, il me convient parfaitement. Bizarrement, il convient aussi très bien à une fille que je connais qui a les cheveux secs. Sa formule est très équilibrée : il est doux mais ne ramollit pas les cheveux qui sont souples et faciles à coiffer et à démêler ensuite. Sans être super calée en chimie, on peut constater que sa base lavante n’est pas l’habituel “sodium laureth sulfate” mais un autre tensio-actif. C’est si rare que ça mérite d’être signalé car ce “sodium laureth sulfate” qui rend, certes, bien des services n’est pas d’une douceur fabuleuse. On le retrouve dans tous les produits moussants (shampooings, gels douche, liquides vaisselle...) et il fait partie des détergents très agressifs pour la peau. Vous comprenez pourquoi il est plutôt intéressant de regarder à deux fois les produits qui proposent une alternative au “sodium laureth sulfate”. Il faut dire que ce shampooing est bio, et que le “sodium laureth sulfate” fait partie des substances que la cosmétique bio cherche à éliminer dans ses formules. A part ça, il sent bon sans imprégner les cheveux d’une odeur particulière. Sa viscosité est un peu étrange : il n’est pas fluide mais c’est souvent le cas avec les produits bio car ils n’utilisent pas d’ingrédients qui, justement, améliorent le fluidité des produits. Franchement, à l’usage, ce n’est pas gênant. Dernier point, le prix, et là c’est top, surtout pour du bio : il coûte environ 10 euros mais on peut l’avoir pour beaucoup moins cher (genre 12 euros les 2) avec le système de promos sur le site. Voilà, car là est le hic pour les filles pressées, on peut difficilement le trouver en magasins, il faut le commander sur www.fleurancenature.fr

Lire la suite!

fond de teint au pinceau, est-ce bien utile ?

Je me pose la question après avoir passé dix minutes dans la salle de bains à nettoyer le pinceau en question. Oui, histoire de faire moderne, je viens d’essayer un fond de teint d’une texture plutôt pas mal et, je l’ai appliqué au pinceau étudié pour : plat et en nylon. Le résultat est bien, mais pas mieux qu’avec mes doigts (pratiques, gratuits et qui se lavent bien !). Le pinceau est content, il a servi et maintenant, séquence lavage avec eau chaude et gel douche. Dix minutes d’eau chaude plus tard, le pinceau est toujours aussi gras de fond de teint, et moi, un poil plus agacée. Et dire que depuis 20 ans, les labos se tuent à faire des formules super souples et divines à travailler avec les doigts, on ne voit pas pourquoi, tout à coup, on s’enquiquinerait avec des pinceaux (enquiquiner n’est pas le premier verbe qui m’est venu à l’esprit, j’ai même mis un certain temps à le trouver...). Précision : c’était un fond de teint fluide doté d’une formule assez crémeuse mais, deux semaines plus tôt, un maquilleur avait déjà fait l’essai sur moi d’un fond de teint au pinceau. J’aurais peut-être du rester pour voir comment il nettoyait ses outils ! On ne m’y reprendra plus... Pour autant, je ne jette pas tous les pinceaux aux orties. J’utilise, depuis un an, un pinceau très touffu (comme un blaireau) tous les matins pour appliquer mon fond de teint compact Clarins (à sec, je précise) et je trouve ça génial, bien mieux que l’éponge classique. Conclusion : ne vous ruez pas pour acheter un pinceau à fond de teint, surtout si c’est pour appliquer un fond de teint fluide et que vous savez vous servir de vos doigts !

Lire la suite!

mercredi 9 janvier 2008

shu uemura est mort

C’était un monsieur âgé (mais pas tant que ça, il avait 79 ans) et il s’est éteint fin décembre, quelques semaines après que le staff français de la marque (désormais dans le giron de L’Oréal) ait fêté les 2O Ans de la boutique boulevard Saint-Germain. C’était un pionnier de la beauté et du maquillage en particulier. Il avait lancé sa propre gamme de produits après avoir obtenu une certaine notoriété comme maquilleur de cinéma à Hollywood. J’étais et suis toujours raide dingue de sa boutique (j’ai du y laisser une partie de mon argent de poche d’étudiante à l’ouverture) et mon ombre à paupière fétiche, un marron entre kaki et chamois, impossible à trouver ailleurs, vient de là. Rien à jeter dans ses gammes de produits, aussi belles qu’efficaces, avec toujours le souci de mettre du beau dans le quotidien : les flacons des produits sont en plastique mais si sobres et élégants qu’ils peuvent côtoyer les crèmes Chanel dans la salle de bains sans faire tâche. Pendant des années, sa boutique était le seul endroit à Paris où on pouvait trouver des minis flacons vides pour transvaser et faire voyager ses produits préférés. Ses pinceaux à poudre, beaux comme des instruments de calligraphie, nous ont fait rêver (leur prix aussi...) et puis aussi ses valises de rangements de produits, un pur fantasme d’addict du maquillage pour jouer à la maquilleuse professionnelle, même si, comme moi, on n’utilisait pas le quart des produits... Alors, voilà, pour tout ça, adieu monsieur Shu Uemura. Espérons que L’Oréal continuera la belle histoire sans trahir sa personnalité.

Lire la suite!

les huiles sont-elles bonnes pour le contour de l'oeil ?

Non, il vaut mieux ne pas les essayer sur cette partie un peu particulière du visage. En effet, l’épiderme du contour de l’oeil est totalement différent. Outre le fait que le contour de l’oeil est la zone qui se ride en premier sur le visage, la peau y est extrêmement fine (on a coutume de dire “comme du papier cigarette”), fragile et pourtant tout le temps sollicitée par les mouvements des paupières. Elle peut s’irriter très facilement et de plus, peut gonfler -surtout au cours de la nuit- au contact d’un produit trop riche pour elle. L’huile serait donc une mauvaise idée car elle serait trop nourrissante. Autre souci avec les huiles : elles ne sont généralement pas hypoallergéniques et les substances actives qu’elles contiennent peuvent être à l’origine d’irritations. Il est donc préférable d’oublier l’huile pour le contour de l’oeil et y appliquer un produit en crème. Ce serait même dommage de s’en passer car les crèmes pour le contour des yeux sont, la plupart du temps, très bien formulées. Elles ne contiennent pas de parfum pour limiter les risques d’allergie et leurs textures sont hydratantes sans jamais être grasses. D’ailleurs, en parlant d’allergie sur le contour de l’oeil : si cela vous arrive, n’incriminez pas tout de suite votre crème. Beaucoup d’allergies à cet endroit sont dues au vernis à ongles qui peut toucher la zone par le simple contact des doigts !

Lire la suite!

dimanche 6 janvier 2008

novexpert : une marque "sans"

Voilà, c’est la grande nouveauté en 2008: pour faire des cosmétiques efficaces, on ne donne plus dans la surenchère de principes actifs, mais au contraire, on enlève plein d’ingrédients. On fait des produits “sans”. Sans conservateurs, sans parfums, sans silicones, sans huiles minérales, sans filtres solaires chimiques, sans huiles essentielles, sans allergènes, sans phtalates, sans lanoline et d’une façon générale, sans substances chimiques bizarres dont ne connaît pas les effets à très long terme (ce qui préfigure le travail à faire avec la mise en oeuvre du projet REACH). Oui, et alors ? Qu’est ce qui reste dans les produits ? Des extraits végétaux qui ont fait leurs preuves et surtout, un ingrédient phare, la “Novaxyline”, une molécule contre les allergies, qui apaise les peaux réactives et rétablit la sensibilité normale de la peau afin de prévenir les rides (en partant du constat qu’une peau hypersensible est plus sujette aux méfaits du temps qu’une autre). Ce n’est pas une voie de recherche formidablement nouvelle puisque beaucoup d’autres labos travaillent aussi sur la réduction de la micro inflammation pour empêcher le vieillissement cutané. Ce qui est nouveau, c’est la méthode proposée pour y parvenir. De mon humble point de vue de journaliste spécialisée, tout ça se défend fort bien. C’est vrai que faire des produits “avec” des tas d’ingrédients est désormais à la portée de n’importe quel formulateur, alors qu’en revanche, faire des produits sympas en excluant tout ou presque (ils ont éliminé 1600 ingrédients) ce que la chimie offre, relève du challenge. Les scientifiques qui font partie de l’aventure ne sont d’ailleurs pas des débutants. Tous ont travaillé pour de très grandes marques et tous partagent la même vision “honnête” de la cosmétique. C’est, en tout cas pour moi, l’aventure la plus intéressante de ces dix dernières années (je sais, j’ai toujours l’enthousiasme facile). Pour ce qui est des textures, c’est très prometteur mais les produits sont encore en test dans ma salle de bains... La gamme comporte 7 produits : crèmes visage jour en fonction des types de peaux, contour des yeux, masque. Les prix vont de 30 à 65 euros et se trouvent en pharmacies et aux Galeries Lafayette.

Lire la suite!

nouveaux déos : tout le monde y bosse !

Vous voulez savoir à quoi travaillent les labos en ce moment ? C’est simple, tout le monde cherche à élaborer un déo sans sels d’aluminium, soupçonnés des pires maux, même si cela reste à l’état de soupçons. Et inutile d’avoir recours aux déos tradi, bactéricides; ils contiennent eux aussi des substances indésirables comme le triclosan. Bref, tout le monde cherche la formule parce que du côté des déos bio, on ne peut pas dire que l’offre soit des plus alléchantes. Sincèrement, après essai d’un nombre considérable de produits, je n’ai pas encore trouvé la perle rare. Promis, dès qu’elle arrive, je vous en avise car, si j’en crois vos e-mails, c’est un sujet sensible et vous êtes nombreuses à l’attendre !

Lire la suite!

mercredi 2 janvier 2008

en 2008, je veux une peau éclatante...

de fraîcheur, de vitalité et tutti quanti. “Ok”, répond Belle et buzz, “bouge pas, je sors ma baguette magique et on s’y met”. Alors, comment on fait pour avoir une peau éclatante ? Ce n’est pas si compliqué: on exfolie régulièrement sa peau avec le premier exfoliant qui nous tombe sous la main, (je dis ça mais mon chouchou du moment c’est celui de Kibio “Mousse Tendre Gommage” qui sent l’amande amère, j’ai envie de le manger...). Le principal, ce n’est pas tant le produit que le geste (tout doux) et la fréquence : une fois par semaine. Toutefois, le gommage ne peut rien si on ne tient pas compte de certains conseils rabat-joie comme : ne plus exposer son visage au soleil, arrêter de fumer, bien dormir, faire du sport et manger beaucoup de fruits et de légumes. Attention, il y a aussi des peaux qui paraissent ternes à cause de leur carnation. Les teints mats méditerranéens sont toujours plus ternes (en hiver) que les peaux suédoises et là, seul le maquillage peut aider avec des bases de teint légèrement rosées (chez Shu Uemura) ou des poudres et des blush roses pâles. Une chose est sûre, c’est que, même en cas de peau très terne (j’insiste!), les gommages ne doivent pas être cumulés aux peelings car c’est grosso modo la même chose et vous risquez de trop décaper votre peau. Petit rappel pour celles qui n’ont pas le teint terne, l’exfoliation sert à enlever les cellules mortes ce qui a pour conséquence de stimuler le renouvellement des cellules, de prévenir la formation des points noirs, de faciliter la pénétration des produits de soin (puisque les cellules mortes n’encombrent plus la route), et enfin d’adoucir la peau ce qui est le rêve de bien des peaux sèches. Génial, non ? Un dernier conseil en rapport avec la météo : ne faites pas un gommage dix minutes avant d’aller faire une promenade quand il fait 0°. Votre peau, agressée, vous le ferait vite sentir avec de désagréables rougeurs et sensations de brûlures. Faites donc plutôt votre gommage le soir avant de vous coucher.

Lire la suite!