dimanche 29 novembre 2009

démaquillez-vous correctement !

Alors qu’on discutait, lors d’une conférence Yves Rocher, de l’intérêt de proposer des lingettes démaquillantes aux femmes (c’est pas ecolo etc), la responsable marketing nous précisait qu’elle était complètement d’accord avec nous mais que le produit était au catalogue car c’était le geste préféré des femmes en matière de démaquillage. Je passe sur le fait que le geste n’est effectivement pas très écolo, et ce, même avec des lingettes dégradables (car elles mettent super longtemps à se dégrader). Ce qui me fait réagir, c’est que ce soit le geste préféré pour se démaquiller ! Les journalistes beauté présentes dans la salle se regardaient consternées : le geste préféré ? Mais c’est nul les lingettes, ça ne laisse pas la peau nickel. Nous étions presque toutes d’accord sur ce point et, c’est vrai, maintenant ça me revient, dès que je recois des lingettes démaquillantes au bureau, il y a toujours des filles prêtes à les tester alors que ça ne m’intéresse pas plus que ça. Pour moi, la lingette, c’est le truc de dépannage, quand on est au bout du monde sans point d’eau et en voyage, autant dire, trois soirs par an et encore... Techniquement, pourquoi ce n’est pas aussi bien ? En fait, la lingette ne peut pas être aussi imbibée de produit que quand on applique directement un lait sorti de son flacon. Ensuite, l’idée dans le démaquillage, c’est de dissoudre les impuretés en massant le lait sur le visage. La lingette ne dissout rien du tout mais élimine juste ce qui est en surface, on va dire qu’elle enlève le plus gros. Ca suffit peut-être pour éviter les traces de fond de teint sur l’oreiller mais pas pour avoir une belle peau au réveil... De plus, les lingettes sont souvent saturées de parfum et ça, c’est de toute façon mauvais pour la peau. Je sais que pour beaucoup d’entre vous j’enfonce des portes ouvertes mais un bon démaquillage avec un lait massé du bout des doigts sur tout le visage, puis éliminé avec un morceau de coton et rincé avec une lotion sans alcool, c’est le meilleur cadeau que l’on peut faire à sa peau, bien plus qu’une crème hors de prix ! Faites quand même attention à ne pas choisir un lait trop liquide, car pour pouvoir le masser sur le visage, il faut déjà pouvoir l’appliquer sans que ça dégouline... Et j’en remets aussi une petite couche pour celles qui croient pouvoir se passer de démaquillage parce qu’elles ne se maquillent pas. Qu’elles fassent l’essai en fin de journée et qu’elles regardent la couleur du coton pour comprendre... Pollution, sébum, poussière : tout se colle sur la peau.

Lire la suite!

mercredi 25 novembre 2009

khôl : méfiance

Dans la famille khôl, on trouve de tout : des crayons un peu gras que proposent tous les fabricants de cosmétiques, de la poudre traditionnelle fabriquée au moyen-orient et qui fait des yeux magnifiques (pour qui sait l’appliquer) et puis aussi, hélas, de la poudre à laquelle on a ajouté des tas d’ingrédients pas chers et dangereux pour les yeux comme des pigments à base de plomb. Ces produits s’achètent tous sur les marchés au moyen-orient. Le souci c’est qu’on ne peut pas distinguer à l’oeil nu, le bon produit du mauvais, donc, une fois de plus, si vous ne voulez pas risquer votre santé, jouez-la trouillarde et achetez votre crayon (ou poudre) khôl, dans une marque qui a une adresse inscrite sur l’emballage et qui n’existe pas depuis deux semaines. Comme les autres cosmétiques, les khôl doivent avoir un numéro de lot et on doit pouvoir contacter le fabricant en cas de souci d’allergie ou autre. Et pour celles qui veulent se lancer dans le khôl poudre, le geste idéal est de l’appliquer yeux fermés et de glisser le bâtonnet horizontalement entre les paupières jointes. J’ai essayé mais je n’ai pas trouvé ça sublime sur moi. Je précise que je ne dois pas être la personne idéale pour tester : avec ma peau et mes yeux clairs, on a surtout l’impression que j’ai encore plus de cernes qu’habituellement...

Lire la suite!

dimanche 22 novembre 2009

du maquillage ethnique en supermarchés


C’est pour bientôt avec une nouvelle marque : Melyssa (n’ont pas été cherché ça bien loin... Mélissa.....métisse d’Ibiza....merci Julien Clerc). Les packs sont assez cheaps mais ils ont le mérite de bien laisser voir le produit à l’intérieur et c’est ce qui compte, principalement quand on achète son maquillage en grandes surfaces. Les produits se défendent du point de vue des textures avec, notamment une belle offre sur le teint : fond de teint fluide, fond de teint compact oil free, poudre compacte matifiante, poudre libre matifiante et un duo correcteur + anti-cernes oil free. Les prix sont accessibles puisque toute la gamme est à moins de 12 euros. On trouve aussi des ombres à paupières, des rouges à lèvres, des gloss et des blushs mais, évidemment, ces derniers produits sont moins attendus que des produits teints pour les peaux noires et métissées. J’espère juste qu’ils ont prévu des testeurs pour essayer les couleurs, surtout sur le teint. Car, déjà il est complqiué de trouver un fond de teint dans la bonne teinte quand on a la peau claire mais c’est encore plus difficile sur peau foncée : il y a davantage de nuances et donc encore plus d’occasions de se tromper !

Lire la suite!

samedi 21 novembre 2009

comment ça marche un mascara recourbant ?

J’en vois parmi vous, justement, qui doutent que ça marche. C’est bien, ça prouve que vous avez l’esprit aiguisé et pas prêt à gober n’importe quel bobard marketing. Mais, là, oui, c’est vrai, les mascaras recourbants recourbent vraiment. Entendons-nous : ils ne frisent pas le cil mais le recourbent, nuance... Ca marche grâce aux principes actifs du mascara qui forment un film à l’application sur toute la longueur du cil, puis le film se rétracte au séchage, ce qui le force à se courber. D’où l’intérêt d’appliquer son produit jusqu’au bout du cil et d’aider le mascara en imprimant bien le mouvement pendant l’application : il faut maintenir une seconde la brosse contre la pointe des cils. Evidemment, pour que cela se fasse aisément, il faut être à deux centimètres du miroir, ne pas être pressée et encore moins le faire dans le rétro de la voiture (à réserver vraiment aux matins difficiles). Pour faire durer son mascara, il faut éviter de “pomper” comme une malade la brosse dans le flacon. Ca fait entrer de l’air dans le tube, ce qui dessèche ensuite la formule, et, de plus ça ne sert à rien. Je ne citerai pas de noms mais oui, j’ai des copines qui font ça et qui bousillent leur mascara en trois semaines... Elles se reconnaîtront !

Lire la suite!

mercredi 18 novembre 2009

je cherche une crème de jour qui ne laisse pas la peau brillante...

... car je pars vivre pendant 6 mois sous les tropiques.
Bon je vais m’abstenir de commentaires désagréables sur le fait qu’il y a des filles qui ont des soucis terribles !!!! Alors, pour répondre à ta question et pour que tu mettes une crème impec dans tes bagages - car, là où tu vas, tu ne trouveras pas sur place, sauf à prix d’or, un produit convenable- , il est préférable que tu choisisses ta crème dans une gamme pour peaux mixtes. A la limite, s’il fait vraiment très chaud, tu peux presque te passer de crème et ne mettre qu’un sérum pour ne pas surcharger la peau. Le choix d’une crème “tropicale” est essentiel car la peau transpire énormément, elle se déshydrate mais reste moite et si la crème est trop riche, tu auras des boutons et une désagréable sensation de peau poisseuse... Il n’y a pas des tonnes de produits sur ce marché. Je te conseille Effaclar Matité Active de La Roche Posay, une formule super et un prix défiant toute concurrence (environ 13 euros). La Creme Fraîche de Nuxe en version light pour peaux mixtes est bien aussi (à 23 euros); ou encore le délicieux Gel-Creme Fraîcheur Désaltérant de Clarins, spécialement conçu pour les peaux mixtes et les climats chauds (à 46 euros). Et n’oublie pas d’appliquer tous les matins après ton soin une crème solaire avec un fort indice car, sous les tropiques, le risque de vieillissement accru de la peau est davantage lié aux rayonnement UV qu’à la déshydratation. Mon expérience personnelle de peau mixte en pays chauds, m’a fait plutôt choisir un sérum le matin puis aussitôt après une crème solaire spécifique peau grasse (oil free) et c’était suffisant car même le plus light des produits solaires forme déjà un film à la surface de la peau. Je précise que c’était le soin quotidien sans exposition solaire. Quand je m’exposais, j’appliquais bien sûr des produits solaires indice 50 en plus, 15 minutes avant de m’exposer et je restais sous les cocotiers quand je n’étais pas dans l’eau... Ouais, trop dur...

Lire la suite!

dimanche 15 novembre 2009

du parfum bio chez Nuxe


Après les produits visage, corps, les gels douche, le maquillage, voici que le parfum fait son apparition dans la gamme bio de Nuxe. Un vrai challenge tant la formulation bio en parfumerie est réduite. En même temps, le marché de la parfumerie bio est si balbutiant que c’est une bonne idée de s’y installer vite... Mais, autant j’ai une foule de copines qui mangent bio, se lavent bio, soignent leur visage bio et commencent à se maquiller bio mais, aucune de celles-ci ne se parfume encore bio (et moi, j’en suis loin aussi). Le parfum bio paraît anecdotique, pourtant, quand on regarde de plus près les ingrédients de la parfumerie tradi, c’est aussi flippant que le reste. Nuxe en lance deux d’un coup : un frais ensoleillé et un chaud épicé-oriental. Comme d’habitude, je préfère la senteur ensoleillée et pétillante, aux accords de mandarine, cassis et abricot. L’épicée me parle moins mais elle est plutôt réussie avec ses accents de bergamote, de framboise et de rose. Les deux ont une bonne tenue, ce qui est particulièrement difficile en formulation bio car les ingrédients qui assurent la tenue sont des matières synthétiques. Deux mots quand même sur les flacons, un peu bof, dont je n’aime ni la forme ni la couleur. J’attendais quelque chose de plus classe. Ils sont vendus à 28 euros en pharmacies. Il y a une nuance dans les produits, l’un (le jaune) est une eau fraîche de “toilette” et l’autre (le prune) une eau fraîche de “parfum”. Ca fera de jolis cadeaux de Noël aux copines bio (oui, il faut commencer à penser à ça !!!!). Attention, ne vous attendez pas à un parfum avec “sillage”, cela reste du domaine de la parfumerie classique, c’est plus une odeur que l’on sentira directement sur la peau.

Lire la suite!

samedi 14 novembre 2009

soin visage bio à l’huile d’argan et soin visage à l’huile d’argan bio

Ne pas confondre ! En matière de cosmétique comme ailleurs, il faut savoir lire les étiquettes. Car c’est sur l’étiquette du produit que figurent les informations intéressantes. Comme de savoir si le produit est bio ou fabriqué avec un ingrédient bio qu’on poussera en avant pour qu’il figure en gros sur le visuel du produit. Par exemple, dans le premier cas, le produit est bio (il est d’ailleurs certifié et possède un label) alors que dans le second cas “a l’huile d’argan bio”, seul un ingrédient est bio alors que tout le reste de la composition peut être bourré de produits issus de la pétrochimie ou d’ingrédients non-bio. C’est bête et cela entretient la confusion mais c’est hélas très fréquent. Tout le monde essaie de profiter de la manne bio, car c’est le seul secteur de la cosmétique qui fasse du profit en ce moment. Mais, ce n’est pas 0,5 % d’ingrédient bio qui peut transformer le produit en bio. Cela ne veut pas forcément dire que le produit est mauvais mais juste qu’on ramène au bio un produit qui n’en est pas car, quel intérêt peut-on trouver à une crème à l’huile d’argan bio truffée de PEG ou de silicones ? Autant prendre alors de l’huile d’argan non bio, tout simplement. Quant au discours des conseillères de vente (surtout en réunions) qui vous disent sans rougir que “le produit est bio mais pas certifié car on est une petite société et on n’a pas les moyens de faire certifier”, je dis et je répète : si on n’a pas les moyens de certifier, on n’a pas non plus les moyens de fabriquer correctement des produits et de se payer des bons formulateurs et on change d’activité car il y a bien assez de bons produits sur le marché !

Lire la suite!

mercredi 11 novembre 2009

le dissolvant bio, ça marche ?


N’écoutant que mon courage, je me lance dans une petite démo pour répondre à la question d’Annie... Je teste donc deux dissolvants bio sur mes ongles vernis d’une couleur bien intense (trop fastoche avec du beige, donc j’ai pris du gris foncé). Les deux dissolvants sont celui de Couleur Caramel et celui de Dermaclay. Résultat du test : ça marche mais c’est pas le nirvana non plus. Pour réussir à enlever mon vernis foncé, j’ai du utiliser beaucoup de produit, bien frotter et il subsiste un film gras à la surface de l’ongle après l’utilisation du dissolvant de Couleur Caramel. Ce n’est pas comparable à un vrai dissolvant bien chimique mais on aurait pu s’en douter. Petite préférence au finish pour le Dermaclay de chez Eumadis (9 euros en pharmacies) mais le Couleur Caramel avait le mérite d’être le premier sur le créneau. Bon, maintenant, la question de fond : est-il vraiment utile d’avoir un dissolvant bio, sachant que le vernis n’est jamais bio (à cause des solvants et autres cochonneries qu’on trouve dans sa composition) ? Si on choisit d’être bio jusqu’au bout des griffes on se passe tout simplement de vernis et si on aime le vernis, on replante deux hectares de forêt amazonienne à chaque utilisation (je plaisante, ce serait trop simple...). Et encore, je n’ai fait le test qu’avec une couche de vernis et sans top coat, donc le truc qui s’élimine normalement en deux secondes...

Lire la suite!

samedi 7 novembre 2009

le vert nuit, cousin du bleu nuit...


Les faux noirs sont incontournables cette saison et c’est super, parce que c’est facile à porter et ça va à tout le monde ! Il suffit de les poser en eye-liner et de passer son doigt dessus si on trouve le résultat trop dramatique. La preuve avec la Ligne de Chanel “céladon-lamé”, l’association d’un vert de gris foncé mat et d’un vert de gris pailleté, très classe et presque discret. Sincèrement, s’il n’était pas indiqué sur l’emballage que c’est du vert, j’aurais pris ça pour une variante de gris, car le résultat, au finish, n’est pas vert mais gris foncé (et il ne me viendrait pas à l’idée de me maquiller en vert). La texture mate s’utilise au ras des cils supérieurs tandis que la pailletée peut se poser par dessus, et même en halo, pour l’effet glam (ça reste sobre et de bon goût, c’est Chanel, pas Dior...). C’est idéal pour réaliser une ligne floue au ras des cils, toujours moins difficile à porter (et à réussir !) qu’un vrai trait d’eye-liner. Le produit est lancé dans la collection de Noël de Chanel, qui s’appelle “Cage Dorée”. Tout ça s’associe parfaitement avec un maquillage sobre : un mascara noir, un baume sur les lèvres et basta ! La merveille coûte un demi-bras (36 euros) mais on ne risque pas de s’en lasser tout de suite, c’est même un investissement à très long terme. La texture pailletée vous donne le côté “Noël” sans vous déguiser en sapin et se recycle à volonté pour toutes les autres occasions “festives” de l’année, (en vrai : dès que vous sortez prendre un verre avec des copines et qu’il est plus de 19 heures...). Et si on constate que le résultat n’est pas assez couvrant, il suffit de mouiller son applicateur pour obtenir plus d’intensité.

Lire la suite!

mercredi 4 novembre 2009

la petite dernière de Sanoflore...


...s’appelle “Miel Nourricier Régénérant”. Elle vous surprendra et fera, je pense, beaucoup d’adeptes chez les bio-sceptiques. C’est un baume mais sa texture ferme fond aussi vite qu’une crème. Conçu pour les peaux sèches et sensibles, il n’a pourtant aucun effet gras ou brillant, ce qui est plutôt rare dans la catégorie bio pour peaux sèches. On se maquille direct après l’application sans souci. La formule fait la part belle à l’huile essentielle de ciste, un arbrisseau méditerranéen aux feuilles toutes velues bourrées de résine. Celui-ci a la particularité de se régénérer, même sur des terres dévastées par des incendies car ses graines sont incombustibles (incroyable !). Elles germent et se disséminent même particulièrement bien après les flammes. Bon et le miel dans tout ça ? Il y en a, c’est du miel de tilleul bio apaisant et cicatrisant mais, précision : la crème ne sent pas vraiment le miel et sa senteur est très légère et douce pour un produit bio à base d’huiles essentielles. Ce “Miel Nourricier” coûte 21,90 euros et se trouve en pharmacies. Pour info, la gomme obtenue des feuilles de ciste sert à fabriquer le labdanum, un ingrédient de premier choix en parfumerie, et une note chaude, presque “animale” rare dans le domaine végétal.

Lire la suite!

dimanche 1 novembre 2009

c’est quoi cette nouvelle manie ?

...de penser qu’on n’a pas besoin d’explications concernant les produits. Déjà, un truc m’énerve particulièrement : c’est de ne pas préciser sur l’emballage si la brosse du mascara est en vrais poils ou en gomme. Désolée, je n’aime pas les brosses en gomme, ça me pique le bord de la paupière. Oui, j’applique mon mascara à la racine des cils et quand la brosse touche ma paupière, si elle est en gomme, ce n’est pas agréable. Autre mascara-manie aussi, les nouvelles formules résistantes qui se démaquillent à l’eau tiède et qui ne prennent pas la peine de le préciser sur l’emballage (ou alors en tout tout petit). Comme si tout ça était évident pour tout le monde !

Lire la suite!