mercredi 22 mai 2019

Aqua Solis, Le Couvent des Minimes


Vous cherchez une Cologne pas trop chère, originale et qu’on ne sentira pas sur tout le monde ? Allez voir du côté du Couvent des Minimes et jetez un oeil sur Aqua Solis -mais il y en a plein d’autres qui valent le coup. Celle-ci est un mix de notes hespéridées, boisées et épicées où on retrouve l’essence de mandarine mariée à un accord de cardamome chaude et poivrée, c’est juste délicieux. La marque a totalement changé de look ces dernières années. On est passé d’une imagerie à l’ancienne, mignonne à des produits au graphisme plus épuré et raffiné, mais ses prix restent très abordables (celle-ci coûte 29 euros les 50 ml). Ce que j’adore, c’est qu’elles existent en plusieurs formats : on peut commencer par le mini-modèle et craquer pour le grand si on ne peut plus s’en passer ou en acheter plusieurs petits pour changer souvent. Il y a aussi une crème pour les mains assortie (et oui c’est une super idée de cadeau pour la fête des mères, ne me remerciez pas). 

dimanche 19 mai 2019

Et le truc en silicone pour appliquer le fond de teint, bien ou pas ?

Ah oui, j’ai oublié d’en parler il y a une semaine quand j’ai évoqué l’application du fond de teint aux doigts ou au pinceau… Alors honnêtement je ne l’ai pas essayé, mais de l’avis de deux consoeurs qui, elles, se sont dévouées, c’est n’importe quoi. C’est aussi rapide avec les doigts, surtout que la notice précise qu’il faut déjà étaler le produit sur le dos de sa main puis le prélever avec le bidule en silicone. Well, niveau perte de temps, ça se pose là ! De plus, l’outil doit normalement permettre de ne pas gâcher de produit sauf que celui-ci n’absorbe rien et, ce qui est justement demandé à une éponge de maquillage, c’est d’absorber le surplus pour un résultat harmonieux. Et j’avoue que son look d’implant mammaire qui aurait perdu son jumeau ne plaide pas en sa faveur : vraiment pas envie de laisser traîner ça dans la salle de bains !

mercredi 15 mai 2019

On affiche les ingrédients


C’est la grosse tendance, une espèce de Yuka trouille qui pousse les marques à vouloir à tout prix devenir mega transparentes. Bon, c’est souvent trop tard, le mal est fait comme qui dirait. Du coup, les tentatives de plaire à cette nouvelle clientèle qui a le nez rivé à son appli paraissent bien vaines… Mais on peut tout de même saluer l’effort. Par exemple Sepho avec cette nouvelle gamme dont le pack dit absolument tout des ingrédients et revendique une grande naturalité. Evidemment dans ces conditions, mieux vaut afficher des principes actifs que tout le monde connaît, genre l’acide hyaluronique. Ca fait des lustres qu’il y en a dans tous les produits mais maintenant on le dit et on le redit ! Au moins tout le monde connaît. Pour être honnête, je critique mais j’aime bien cette petite crème, la texture est fine et bien hydratante sans coller. Le mini-format (30 ml) partira en voyage easy et l’investissement reste raisonnable (impossible de retrouver le prix mais c’est dans les 15 euros). 

dimanche 12 mai 2019

Le fond de teint, au doigt ou au pinceau ?

ou à l’éponge ? ou au blender (l’éponge en forme d’oeuf) ? Réponse pas catégorique : tout dépend du résultat souhaité. Si c’est pour un maquillage vite fait, genre trois points de fond de teint sur tout le visage pour unifier sans couvrir, les doigts c’est parfait. Je n’aurais pas dit la même chose il y a quinze/vingt ans car les formules s’étalaient mal aux doigts, et à l’époque, j’étais une maniaque de l’éponge que j’achetais chez Shu Uemura, quasi religieusement. Aujourd’hui, la finesse des formules permet d’obtenir un super résultat avec les doigts (et puis c’est facile à laver !). En revanche pour un makeup sophistiqué de soirée, le pinceau fait du beau boulot, surtout pour aller dans les coins (les ailes du nez par exemple), on travaille tout en finesse et les pigments sont bien fondus à la peau.

mercredi 8 mai 2019

Les repenties

C’est comme ça que je les appelle, c’est une nouvelle catégorie de femmes qui intéressera les sociologues. J’en rencontre de plus en plus et c’est pour ça que je vous en parle. Elles sont jeunes, 30 ans grand max, et ont été des beautystas acharnées. De celles qui pouvaient faire la queue devant un Sephora un petit matin d’hiver pour acheter avant tout le monde la nouvelle palette Too Faced (avec 25 couleurs qu’elles ne portaient jamais). Qui passaient des heures devant les tutos de YouTube pour apprendre à réaliser un smoky ou un contouring parfait. Elles sortaient maquillées comme des voitures volées avec des bandes de copines. Le rouge à lèvres n’avait plus aucun secret pour elles et elles en avaient à peu près une cinquantaine dans leurs tiroirs. Elles avaient bien craqué aussi pour les vernis, de toutes les couleurs, surtout les plus étranges. Et puis un jour il n’y a pas longtemps, elles ont décidé d’arrêter le makeup. Radicales comme on peut l’être à cet âge, elles ont aussi décidé de fabriquer leurs produits elles-même (les cosmétiques pensent-elles sont plein de cochonneries), ce qu’elles font avec des doigts pas du tout passés au karcher et pas de charlotte sur la tête (n’importe quel formulateur professionnel s’évanouirait d’horreur devant les conditions de fabrication des produits maison) mais bon. Certaines en ont aussi profité pour se désinscrire de FB et lire des livres (je sais, c’est dingue). Elles ne se maquillent plus du tout, leur credo, c'est le no-makeup. Tout le monde ne peut pas se le permettre aussi facilement, mais à leur âge, c’est moins gênant qu’après… Bref, elles ne veulent plus jouer avec les codes de la féminité (effet post-meetoo ?) et elles ne veulent plus non plus faire face à cette surabondance de consommation. Vu que je ne suis pas de la même génération, toute cette radicalité me laisse perplexe mais ce n’est rien comparé aux marques de cosméto qui vont devoir ramer grave pour les reconquérir !

dimanche 5 mai 2019

Relax Rheum, Saeve


Dans la famille des petites marques qui montent, je demande celle qui s’accroche et qui va bien finir par décrocher le gros lot (tremblez Nuxe et Caudalie) car plus elle sort de produits et plus je l’aime (et je crois bien que je ne suis pas la seule). Là, après une foultitude de références pour le visage (trop à mon goût, c’est limite confus), ce sont des produits corps qui arrivent. Bon, certaines marques sortent leurs produits un par un, elle c’est par pans entiers, pourquoi pas, sans doute une façon d’occuper le terrain. Toujours est-il que les formules sont comme on aime (pas de cochonneries dedans), les textures super bien travaillées et les senteurs parfaites : pas trop parfumées mais un peu et avec des notes aromatiques. Ma préférée est la crème nourrissante délassante Relax Rheum à l’extrait de rhubarbe et c’est sans doute parce que je n’ai pas eu entre les pattes celle qui est à l’orange sanguine (je l’aurais sans doute choisie !). Là on est sur du thym, de la sauge et du petitgrain, c’est pas mal aussi…Comme pour les produits visage, la gamme corps utilise la sève de bouleau fraîche, détoxifiante, apaisante, hydratante. Oui tout ça et elle est vite absorbée. Elle coûte 20,70 le gros pot de 230 ml.

mercredi 1 mai 2019

Nuori, la cosméto fraîche


C’est peut-être l’avenir de la cosméto : se passer de conservateurs et ne proposer que des produits à durée de vie limitée (trois mois) avec des dates de péremption. En tout cas, c’est la voie qu’a choisie Nuori, marque très design -et Danoise, ceci explique sans doute cela. J’adore ces packs blancs et mat avec une typo bien sobre. Tiens, tant qu’à faire si toute la salle de bains pouvait être comme ça chez moi, ce serait top (rassurez-vous il y a du boulot pour y arriver !). Je teste depuis une semaine le lait démaquillant (Protect+ Cleansing Milk) dont j’adore la formule, ni trop grasse ni trop fluide, qui s’étale parfaitement aux doigts, se masse et laisse, après le passage du coton, la peau bien mate; rinçage au tonique ou à l’eau très facile aussi. Bref, c’est du bio qui tient la dragée haute à tellement de marques de luxe non bio qu’on a envie de renvoyer tout ce petit monde à ses formules. Et donc, évidemment pas question de l’abandonner pour aller tester autre chose, une fois que c’est entamé, il faut le finir car le produit n’est pas conservé (la date de péremption est bien visible sur le produit). Chose qui est plus facile pour moi avec un démaquillant qu’avec une crème de jour car j’aime bien varier les plaisirs. Mais il faut savoir ce qu’on veut (et on veut se passer de conservateurs sans avoir un bouillon de culture). Par ailleurs, les emballages sont aussi conçus pour préserver au max les formules (pas de pots où on met les doigts) et les produits sont fabriqués en petites quantités, afin de limiter les stocks. Le lait coûte 38 € et est vendu chez Oh My Cream.