dimanche 25 septembre 2016

Crème des Reines légère, Sanoflore

Je ne sais pas comment Sanoflore s’en sort parmi l’énorme concurrence sur le marché cosmétique bio en pharmacie, mais tout ce que fait la marque depuis quelques saisons me semble parfait. Les textures sont fines, les packs ravissants et les prix pas trop assomants. La petite dernière est une déclinaison d’un grand succès de la marque, la Crème des Reines. Voici sa version légère, très réussie aussi. Surtout que formuler des textures légères en bio a longtemps été très compliqué. La cosméto classique ayant recours à des huiles volatiles (= pas bio du tout) pour apporter l’onctuosité sans le gras, le bio était à la traîne avec ses textures lourdes qui ne convenaient qu’aux peaux les plus sèches. Aujourd’hui, c’est réglé et on se demande bien pourquoi on se mettrait encore des silicones sur la peau puisqu’il est possible d’obtenir le même effet sans. Cette crème des Reines est vite absorbée, laisse la peau veloutée et lumineuse, toute souple mais bien mate (LA condition pour plaire aux peaux mixtes). Elle contient de la gelée royale et du rhamnose, un ingrédient anti-âge biotechnologique, déjà utilisé dans pas mal d’autres produits. La présence de silice et d’un peu d’alcool assure le côté frais et mat. Côté parfumage, on est dans le pot de miel mais c’est assez léger et vite passé. En vrai je suis généralement assez bof sur les odeurs de miel mais je sais que beaucoup adorent. Elle coûte 26 euros environ.

mercredi 21 septembre 2016

Spray démêlant extra-doux, Naturia, R. Furterer

Les produits sans rinçage pour les cheveux, j’en essaye souvent mais je trouve qu’ils laissent toujours une espèce de résidu, un truc pas net, légèrement collant et, dans le pire des cas, une sensation de cheveux pas propres. Ce n’est pas le cas de celui-ci qu’on ne sent pas du tout dans la chevelure. Surtout qu’il n’a pas l’odeur habituelle des produits coiffants -toujours trop forte à mon goût- il sent bon mais ça reste léger. Et il assure impec pour démêler et apporter de la brillance, le tout en trois vaporisations. La formule est sans silicones, c’est rare pour un produit de ce type. Pas mal pour celles que ça gave de passer par l’étape après-shampooing ou masque et pour toutes les petites filles qui pleurent au passage du peigne... Il coûte environ 12 euros.

dimanche 18 septembre 2016

Le sèche-cheveux Dyson, bien ou pas ?

Alors, plutôt pas mal mais c’est pas un enthousiasme délirant non plus de ma part (d’autres ont adoré). Les bons points : il est plus léger que la plupart des sèche-cheveux, la température est toujours sous contrôle alors qu’au bout d’un moment un appareil habituel surchauffe toujours et crâme la fibre. Le Dyson a aussi beaucoup de réglages possibles et il n’est pas très encombrant. Il est particulièrement silencieux (ça c’est carrément bien) et son souffle est puissant mais laisse les cheveux super doux et brillants. Bref, il a pas mal d’atouts sauf son prix... Pour être prête à mettre 400 euros dans un sèche-cheveux, il faut vraiment en avoir une grosse utilisation. Donc oui pour celles qui s’en servent tous les matins (et qui ont les moyens).

mercredi 14 septembre 2016

Shampooing énergisant absolu, Phytologist 15, Phyto

Ca fait longtemps que j’aime les shampooings Phyto, à mon avis de vrais précurseurs sur le travail des bases lavantes et leur petit nouveau est pas mal du tout. Il sort dans la gamme Phytologist 15, l’anti-chute lancé l’année dernière. Je n’en avais pas parlé à l’époque (il est encore temps de se rattraper), mais c’est, pour moi, un des meilleurs anti-chutes en application locale. Je l’ai utilisé pendant deux mois et j’ai bien vu la différence avec plein de repousse de petits cheveux… J’avais donc déjà un a priori favorable concernant le shampooing. Bonne pioche, il est très doux, lave correctement quand même et fait bien le boulot sur les cheveux fins. Pour la base lavante, on n’est pas sur le sempiternel et agressif sodium laureth sulfate mais sur du cocamidopropyl betaine, bien plus doux et son compère le sodium lauroyl sarcosinate, très doux aussi. Comme souvent chez Phyto, le flacon est en alu, moi j’adore, je les trouve jolis ces flacons mais il faut reconnaître qu’ils ne sont pas ultra-pratiques… Pourtant, il y a eu des améliorations, désormais, le bouchon permet de doser plus facilement, mais la formule est assez liquide, donc attention, quand on le verse dans la main à ne pas en mettre trop. Il coûte 15,90 € le flacon de 200 ml.

dimanche 11 septembre 2016

Pinceau effet purifiant, Erborian

Finalement, après avoir essayé toutes sortes de brosses électriques et encombré ma salle de bains de fils et de chargeurs, je crois que l’outil manuel reste mon préféré (ok sauf la Clarisonic pour les pieds). Mais adieu les brosses et les éponges, limite has been, on passe au pinceau. J’avais déjà testé les espèces de pinceaux Coréens qui ressemblent à des éponges, mais je les trouve trop mous, on a l’impression de nettoyer son visage avec un pinceau à poudre ! Celui-ci est complètement différent, tout doux mais ferme (les poils sont denses et courts), il passe bien dans les coins (ailes du nez) et stimule la peau de façon idéale. On sent que ça nettoie efficacement sans agresser, un pur bonheur. Il est imprégné de poudre de charbon pour avoir une action purifiante. Super agréable à utiliser, on l’a bien en main. Ensuite, on le rince et on le laisse sécher. PAS BESOIN DE LE RECHARGER (mouah ah ah). Il coûte18 euros

mercredi 7 septembre 2016

À l’huile d’helianthus annuus…

Grosse blague dans quelques dossiers de presse récents, on y retrouve comme ingrédient de l’huile d’helianthus annuus. Dit comme ça, ça semble assez exotique et chic mais bon, c’est juste de l’huile de tournesol. Très bonne pour la peau comme toutes les huiles végétales plus ou moins, mais pas chère, donc, nécessité de lui redonner son nom latin… J’avoue que "à base d’huile de tournesol" sur un pot de crème de jour, c’est pas très vendeur, on n’a pas trop d’histoire à raconter sur la question. Attention, on ne devrait pas tarder à voir des produits à base d’huile d'olea europaea (oui, d’huile d’olive, quoi !).

dimanche 4 septembre 2016

Flash Hydro Boost, Ren

Bêtement et sans même lire la notice, j’ai appliqué cette émulsion comme une crème, vite fait, et j’ai adoré sa texture. Ceci pour vous dire qu’on peut déjà se servir de ce produit comme ça. Mais la marque a décidé de compliquer/raffiner un peu les choses et conseille d’humidifier ses doigts pendant l’application et de masser. Après essai, c’est pas mal aussi. Bref, quand la formule est top, quoi qu’on fasse, ça fonctionne… C’est un hydratant repulpant qui fait la peau bien souple -juste ce qu’il faut en ce moment aux peaux qui ont trop pris le soleil- et dont la formule, comme souvent chez Ren, est très clean. Sans parabens, sulfates, huiles minérales, silicones, PEG etc. On y trouve de l’acide hyaluronique, des sucres qui retiennent l’hydratation et des phospholipides de soja. Normalement, on l’utilise avant la crème de jour mais, perso, elle suffira largement à ma peau. D’ailleurs, en passant comme ça, je trouve que les marques (je n’ai rien contre Ren, toutes les font) ont toujours tendance à nous encourager à mettre plein de produits sur notre peau. Oui, c’est logique, comme ça on achète beaucoup. Sauf que, le mieux est l’ennemi du bien (l’expression que j’ai du comprendre vers 40 ans !) et qu’à trop vouloir appliquer de produits sur sa peau, on finit par se faire un joli petit acné cosmétique… la faute à trop de gras. Alors, mollo… Elle coûte 45 euros.