dimanche 28 septembre 2014

Ultimune, Shiseido

Celui-là, j’ai mis du temps à le tester parce que je n’étais pas sûre d’être à la hauteur du défi. On dirait juste qu’il faut bac + 12 pour comprendre le concept. Pourtant, à l’usage, c’est plutôt bien. Ca se présente comme un sérum mais hydratant et je le trouve parfait porté seul sur une peau mixte quand il ne fait pas froid. Côté principes actifs, c’est un cocktail botanique chargé de booster l’immunité naturelle de la peau (d’où le nom du produit moyen sexy...). Son action cible les cellules de Langerhans, sortes de sentinelles de l’immunité (comprendre que quand elles ne jouent pas leur rôle, elles ne peuvent pas transmettre les messages de réparation, d’où l’intérêt de les maintenir dans une forme olympique). La promesse : du velouté sur la peau à court terme (je confirme), de la luminosité (pareil) et à long terme une amélioration de la fermeté et de la souplesse (rendez-vous dans dix ans ?). Ombre au tableau, une composition qui fait la part belle à tous les ingrédients que je déteste habituellement dans un sérum : alcool, silicones, phénoxyethanol, paraben etc. Mais ça, c’est après avoir glané des infos à droite et à gauche car impossible de remettre la main sur la composition INCI de l’exemplaire que j’ai. Je note au passage qu’on peut avoir les listes INCI des produits sur le site américain de Sephora mais pas sur le site Français (pas plus que sur le site de Marionnaud) et je ne comprends pas bien pourquoi. D’un point de vue légal, il doit y avoir une entourloupe (vu que c’est obligatoire pour vendre tous les produits d’hygiène et de beauté en France) mais c’est limite agaçant pour le consommateur, car ça laisse à penser qu’on veut cacher des choses. Bref, ces composants pas folichons, c’est dommage pour un produit qui coûte aussi cher (dans les 90 euros)... Et pour ce prix-là , il y a déjà pas mal de produits sur le marché avec le même style d’ingrédients. Alors, oui il est super agréable à utiliser mais je suis très dubitative...

Lire la suite!

mercredi 24 septembre 2014

mes pinceaux (suite) : où les acheter ?

Les miens viennent de toutes les marques car j’en reçois de temps en temps et du coup, j’en ai gardés au fil des années. Mais, si je devais les acheter, j’irais sans aucune hésitation chez Sephora (enfin si j’étais en fonds je les achèterais tous chez Nars car ils sont juste magnifiques). Mon autre choix, un poil (ouarf) plus cher c’est Bare Minerals (toujours chez Sepho), très bien faits et solides. Concernant la qualité des poils, tout dépend de l’usage qu’on en fait. La plupart des gros pinceaux destinés à un résultat peu précis (grand format pour la poudre ou pour le blush) sont en chèvre et c’est pas mal car le poil résiste longtemps. Mais il y a différentes qualités, certains sentent même un peu trop la chèvre quand on les lave, c’est...moyen, on est d’accord. Le poney est bien aussi pour le même usage et sent moins fort. Pour le maquillage un peu plus précis, les poils synthétiques sont idéals. Plus fermes, ils permettent de prélever davantage de produit (par ex en kabuki pour le fond de teint compact, c’est nickel). Je pense qu’il s’agit du même type de poils qu’on utilise aussi pour les pinceaux pour les yeux, tout comme le nylon. Mais il est glissant et ne convient pas à toutes les utilisations (par exemple, les pinceaux plats à fond de teint ne m’ont jamais paru indispensables mais bon, c’est un avis très perso). Bon le seul souci, c’est que le type de poils est rarement indiqué quand on veut les acheter sur des sites : beaucoup de blabla sur l’utilisation mais rien sur le poil utilisé... Sauf chez Shu Uemura où il y a tout le détail mais là, ça coûte deux bras (en même temps, ceux-là on les a à vie). Enfin, pour savoir si le pinceau perdra beaucoup ses poils ou pas, hélas, c’est une question de fabrication et, normalement, le prix élevé devrait signifier que la fabrication est soignée et que l’engin ne perdra donc pas ses poils. Mais, à l’usage, force est de constater que certains pinceaux chers les perdent, d’autres moins chers, non : une vraie loterie !

Lire la suite!

dimanche 21 septembre 2014

mes pinceaux

C’est quand j’en oublie un pour partir en vacances que je me rends compte que je ne peux rien faire sans, même si je clame haut et fort qu’on peut se maquiller avec les doigts... Donc, autant vous les présenter, ces compagnons fidèles. Le gros du haut c’est un kabuki joufflu signé Givenchy. Il est dense et ferme et me sert à appliquer les fonds de teint compacts. J’effleure le produit puis je passe le pinceau sur le visage : aucune surcharge, un résultat maquillage nickel et le compact dure bien plus longtemps qu’avec l’éponge. Toutes celles à qui j’ai conseillé le geste l’ont adopté... Ensuite en partant de la gauche, il y a mon gros pinceau à poudre Clarins. Moins dense que le kabuki, il sert à balayer les restes de poudre libre sur le visage (chez moi, la poudre s’applique en tapotant avec une houpette de coton -lavable-). Ensuite, il y a mon préféré pour les yeux, un double embout de chez Bare Minerals. Je me sers principalement de l’embout à poils fins et denses que l’on peut passer le long des cils. Avec une ombre brun foncé, ça souligne comme un eye-liner mais en plus doux et pas de risque d’avoir une ligne tremblotante moche. Après il y a un autre Bare Minerals, plus court et plus plat que celui à poudre, parfait pour la terre de soleil. Enfin, un pinceau à blush biseauté de Sephora qui rend le geste très facile. Le nettoyage ? J’ai envie de dire “plus souvent !” surtout quand j’aperçois certains pinceaux dans les trousses de maquillage. Well... Poils écrabouillés qui n’ont pas vu le shampooing depuis... des années ? Passons sur le fait que c’est dégueu (ouh ouh ! les filles qui se plaignent d’avoir des petits boutons, vous m’entendez ?) et encore plus sur une peau mixte ou grasse car le sébum retient toutes les poussières. L’autre souci, c’est le résultat maquillage. Quand le pinceau est sale, il ne répartit plus correctement le produit. Et pourtant, c’est simple et rapide. De l’eau tiède, deux gouttes de shampooing, on fait mousser, on rince abondamment et on resserre avec les doigts pour remettre en forme avant de laisser sécher à l’air libre. On fait ça le dimanche aprem et le lundi matin, c’est sec. Une fois tous les 15 jours (allez ! déjà une fois par mois !) et ils dureront 20 ans sans problème. Prochain post : on les achète où ?

Lire la suite!

mercredi 17 septembre 2014

Day Wear, Soin expert multi-protection non-gras, Estée Lauder

Encore quelques rayons mais déjà une envie de réconfort sur la peau... Avec cette crème Lauder, on a un peu tout ça puisque son SPF est de 25 (c’est bien pour maintenant) mais que sa formule est une crème non-grasse. C’est assez subtil d’ailleurs parce que c’est hyper confortable à l’application, on dirait que c’est gras et puis non, ça ne fait pas briller la peau (faut avoir la patience d’attendre 3 minutes quand même) mais bon, pour les peaux mixtes toujour en quête de l’impossible équilibre, c’est ce qui se fait de mieux. Elle contient aussi un complexe anti-oxydant pour prévenir le vieillissement de la peau et apporte une bonne hydratation. Oserai-je dire que c’est le soin bien pour les vieilles peaux mixtes (y en a...) ? Elle coûte 58,50 euros mais le pot dure longtemps. 50 ml et on en met peu (enfin moi, ma peau se contente de peu).

Lire la suite!

dimanche 14 septembre 2014

Est-ce que le fond de teint peut servir d’anticernes ?

FBI (fausse bonne idée), à moins d’avoir un fond de teint plus clair que ta carnation et donc qui ne te va pas et que tu vas pouvoir recycler en anticernes, le fond de teint habituel ne peut pas faire le job. Parce que la zone du contour de l’oeil a besoin d’être légèrement plus claire, sinon ça fait un drôle d’effet, genre gris, ça éteint le regard... Il y a aussi la question de la texture, l’anticernes est toujours plus pigmenté -donc plus couvrant- que le fond de teint, surtout les fonds de teint les plus récents qui sont légers comme des plumes. Bon, tu peux toujours me rétorquer que tu détestes mettre de l’anticernes et que le fond de teint c’est déjà mieux que rien... Vu comme ça, d’accord, mais ne t’attends pas un résultat parfait. J’en profite au passage pour offrir une petite séance de rattrappage à cet anticernes Shiseido “Voile Correcteur Yeux” qui attendait sagement sans moufter dans mon tiroir que je l’essaye (et sans mordre le Touche Eclat qui prend toute la place, super poli...). En fait, je l’adore. Il est léger, facile à fondre à la peau et son gros format est bien manipulable. J’utilise la teinte 102 Clair et il y a trois nuances. Le tout pour 30,50 euros et 3,8 ml de produit contre 32,50 euros et 2,5 ml de produit pour le Touce Eclat YSL (hé hé !...).

Lire la suite!

mercredi 10 septembre 2014

Eyes Only Volume, Une

Du mascara volumateur en bio ? Il était grandement temps… Enfin, en même temps, inutile de s'emballer outre mesure sur l'aspect volumateur de celui-ci, on n'est pas non plus dans un look faux-cils. La brosse est bien conçue : elle possède 1 face plane pour travailler la racine des cils et deux faces obliques pour bien charger les longueurs. On peut s'en servir basiquement comme n'importe quelle brosse de mascara ou alors choper un petit coup de main qui consiste à la positionner sur le côté plat pour commencer et la faire tourner pour allonger. Mais là n'est pas pour moi l'essentiel du produit; ce serait plutôt sa proposition de couleurs, un noir classique et intense et un brun foncé idéal pour moi et mes potes les blondes à peau claire. Je sais que je fais une fixette sur le sujet mais si vous saviez le nombre de mascaras bruns qui sont des marrons "rouges" et donc ultra-moches sur une peau claire (car ça fait ressortir le rouge de la peau claire qui n'en a pas besoin…), vous compatiriez ! Côté démaquillage, c'est easy et c'est bien normal car le bio ne contient pas de substances douteuses qui font tenir le makeup au delà du raisonnable. Il coûte 18,50 euros

Lire la suite!

dimanche 7 septembre 2014

Balayage ou coloration permanente ? J’hésite...

Je suis blonde, j’ai des cheveux blancs et j’hésite énormément à continuer les balayages car j’ai pas mal de cheveux blancs. Le balayage ne les couvre pas, avant ça se fondait mais là il y en trop... En fait, plus tu pourras tenir avec des balayages (à prévoir assez clairs du coup) et mieux ce sera pour tes cheveux. Car le balayage ne touche pas vraiment le cuir chevelu. De plus, le balayage ne touche pas non plus toute la chevelure et c’est donc moins desséchant. Autre avantage : le balayage dure plus longtemps. En optant pour la coloration permanente, tu seras obligée de refaire ta couleur tous les mois quand les racines commencent à apparaître. Car, contrairement au balayage avec lequel la repousse se fond dans la masse (s’il est bien fait par une pro), la repousse de colo permanente, c’est une vilaine barre bien horizontale aux racines. Autre souci, l’état du cheveu qui, à force d’être coloré, devient très poreux et perd beaucoup de sa substance. Personnellement, je ne trouve pas ça choquant les cheveux blancs mixés aux blonds mais après, c’est vraiment une question de goût... En tout cas, oublie l’idée de la coloration “ton sur ton”, ce n’est pas assez puissant pour cacher beaucoup de cheveux blancs et si tu te laves les cheveux souvent, la couleur se délave très vite.

Lire la suite!