dimanche 19 octobre 2014

Colo (suite...) : Le bar des coloristes

Acheter sa colo maison dans un endroit où il y a quelqu'un qui vous dit quelle nuance vous ira et pouvoir repartir avec, on en a toutes envie. Normalement, quand il y a des démonstratrices dans les monop et autres, c'est le cas. Sauf que ça, c'est la théorie et que dans la pratique, on arrive toujours dans le point de vente le jour où elle n'est pas là et de plus, il y a bien peu de personnel. C'est dans cette magnifique brèche que s'est engouffré le Bar des Coloristes, créé par Christophe-Nicolas Biot. Vendre de la colo maison avec du conseil pro. Bon, alors bien sûr, il n'y a qu'un point de vente et c'est à Paris. Mais le principe d'aller acheter de la colo prescrite par le coiffeur (les produits sont de chez Wella) est juste top. Plus cher que du Casting ou Préférence (25 euros pour le diagnostic qui dure 15 minutes environ et repartir avec les produits) mais on a une vraie couleur sur-mesure. Ca existe depuis quelques mois et j'ai hésité avant d'en parler, justement parce que tout le monde n'habite pas Paris. Sauf que, comme me le faisait remarquer une amie, il y a plein de filles qui habitent en Province et qui viennent quand même une ou deux fois par an à Paris et ça vaut le coup pour elles de connaître l'endroit. Le salon propose aussi les mêmes services qu'un salon normal : pour 45 euros et 45 minutes, on a une coloration. Moi, je ne sais pas, mais je serais coiffeur je ne souhaiterais qu'une chose, c'est proposer le même service à mes clientes. Après tout, les coiffeurs vendent bien à longueur d'année des shampooings pour lesquels il faut quand même moins d'expertise. Et non ça ne tue pas leur métier car je suis sûre qu'il y a beaucoup de clientes prêtes à payer un chouïa de plus pour avoir le bon produit à utiliser à la maison, parce que pas toujours le temps/l'argent/l'envie d'aller chez le coiffeur.

Lire la suite!

mercredi 15 octobre 2014

passer au blanc ?

Toutes les filles autour de moi (oui je sais, ça doit être l’âge qui veut ça...) en ont marre de se colorer les cheveux toutes les trois semaines et veulent essayer de passer au blanc. Je n’entends que ça... Elles vivent leur colo comme une telle contrainte qu’elles cherchent par tous les moyens à s’en passer et, évidemment, il n’y a pas de solution miracle. Surtout bien sûr celles qui ont des cheveux blancs depuis leurs 35 ans et qui en ont 50. C’est comme la pillule, au bout d’un moment c’est usant. L’impression de s’abîmer les tifs et le cuir chevelu, voire de s’intoxiquer pour certaines... Alors, tout ça mérite réflexion car le passage est difficile et le résultat pas toujours heureux. Quand les cheveux ne sont pas tout blancs mais bien gris, c’est hyper délicat, coup de vieux garanti et place assise dans le métro... Commentaires du mari, des enfants. Difficile aussi de gérer des cheveux blancs/gris avec une chevelure frisée qui fait vite bordélique alors que le cheveu blanc est plutôt joli bien lissé, discipliné. Il vaut mieux aussi revoir son maquillage en version plus sophistiquée et pas question de s’habiller “quechua”, ça appelle des belles matières pour rester classe et un bon fond de teint un peu doré pour avoir bonne mine. Mais une fois qu’on a tout ça, pourquoi pas. Pour les blondes, je me demande même si ce n’est pas tentant de se faire platine (quitte à s’embêter hein...) et coupe à la garçonne. Finalement plus seyant qu’un gris entre deux.

Lire la suite!

dimanche 12 octobre 2014

Chubby Stick Baby Tint, Clinique

J’ai du mal à expliquer l’engouement pour les gros crayons Chubby de Clinique (que toutes les marques ou presque ont copié) mais voilà, j’en suis, moi aussi, raide dingue. Dernier crush ? La version baume qui réagit au Ph des lèvres (ce qui existe depuis des lustres, on est d’accord) et fait une bouche toute rosée, transparente et apétissante. Comme les autres Chubby, la mine est parfaite ni trop molle ni trop dure, ne se taille pas mais sort au fur et à mesure des besoins. Niveau hydratation, c’est impec pour moi mais les conditions climatiques ne sont pas déssechantes, il faudra voir ce que ça donne en plein hiver... Mon préféré est le Flowering Freesia, moins violet que sa couleur extérieure le laisse croire. Son prix : 19,50 euros. Bien trop cher pour ce que c’est évidemment, mais il a un argument, il dure vraiment longtemps.

Lire la suite!

mercredi 8 octobre 2014

Toujours aussi Bobbi Brown !

Du Bobbi, encore et toujours du Bobbi parce que oui, elle a encore des choses à nous montrer. Je sais c'est dingue, moi-même je pensais presque en avoir fait le tour mais non… Et je ne vous parle pas d'un nouveau produit mais d'un nouveau livre exclusivement destiné au regard. Elle y montre, comme dans ses ouvrages précédents, des exemples de makeup sur des filles normales et c'est juste renversant, tellement c'est joli et bien expliqué. Ca donne envie d'essayer plein de nouveaux trucs, de sortir de sa routine (on se fait toujours le même maquillage sur les yeux, non ?). Et je crois qu'il n'y a qu'elle pour ça, les autres maquilleurs donnent souvent l'impression de déguiser là où elle révèle. Surtout, là où ça me parle encore plus, c'est qu'il y a un quart du bouquin consacré aux lunettes que Bobbi adore (et moi aussi). Avec des conseils pour les choisir et se maquiller avec. Le livre coûte 9,95 euros, il fera des heureuses à Noël (ouais c'est presque bientôt).

Lire la suite!

dimanche 5 octobre 2014

Le contour des yeux, on l'applique où exactement ?

Lauren, tu n'es pas la première à me poser la question, à croire que c'est un geste qui vous laisse perplexes. Alors, j'ai une réponse (et même plusieurs…). Pas la peine d'appliquer le contour de l'œil sur la paupière mobile (celle du haut) ou d'aller jusqu'au ras des cils car le produit, même étalé plus bas "remonte" par capillarité dans la peau. Pour s'y retrouver facilement, il suffit de tapoter l'os de l'arcade sourcilière. De toute façon, c'est vraiment à cet endroit que les rides s'installent et que la peau se fripe. Maintenant, il y a aussi la question du confort personnel. Si après démaquillage, vous trouvez que votre paupière supérieure est trop sèche (bouh le vilain démaquillant agressif !), le contour des yeux s'impose mais alors en toute petite quantité. Enfin, petit conseil de pro (oui, bon, je ne fais pas ça tous les soirs non plus, hein…) massez votre contour de l'œil et pressez quelques secondes deux doigts dans le coin interne. Déjà, c'est super relaxant et ça détend divinement la peau. Si après ça vous posez un masque lissant, hop, 10 ans de gagnés ! (à faire juste avant votre soirée d'anniversaire pendant que vos elfes de maison mettent en place les bols de caviar et les fontaines à champagne…)

Lire la suite!

mercredi 1 octobre 2014

C'est vraiment obligatoire de mettre une crème hydratante ?

Parce que moi, j'oublie souvent de le faire et je m'en rends compte quand je suis dans le métro ! Well, Léa, que les grandes instances de la cosmétologie me pardonnent mais, il n'y a nulle part indiqué sur un vieux grimoire "Tu dois mettre une crème hydratante tous les matins ou ta peau se ratatinera"… Ce qui compte c'est que tu sois à l'écoute de ta peau et, au vu de ton âge (23 ans) c'est assez normal que tu n'éprouves pas le besoin de l'hydrater, surtout si celle-ci ne donne aucun signe d'inconfort. Si elle ne tire pas, n'a pas de boutons et reste bien confortable et souple pourquoi aller dépenser un argent qui pourra être investi dans de VRAIS besoins (rouge à lèvres, vernis ?). Si tu as peur que ta peau se venge et vieillisse trop vite, tu peux investir dans un sérum que tu appliqueras le soir après le démaquillage. Le principal, c’est que tu restes bien à l’écoute (je radote, je sais !) de ton épiderme. En hiver, quand il fait bien froid et sec et qu’elle rougit ou tire un peu, là c’est le moment de mettre de la crème, matin et soir. Et puis, ne lésine pas sur la protection solaire ou plutôt, n’expose pas ton visage au soleil du tout. Je sais, c’est une habitude chiante à prendre mais je t’assure qu’à 50 ans tu me remercieras (et je serai trop gaga sans doute pour m’en souvenir mais tant pis !).

Lire la suite!

dimanche 28 septembre 2014

Ultimune, Shiseido

Celui-là, j’ai mis du temps à le tester parce que je n’étais pas sûre d’être à la hauteur du défi. On dirait juste qu’il faut bac + 12 pour comprendre le concept. Pourtant, à l’usage, c’est plutôt bien. Ca se présente comme un sérum mais hydratant et je le trouve parfait porté seul sur une peau mixte quand il ne fait pas froid. Côté principes actifs, c’est un cocktail botanique chargé de booster l’immunité naturelle de la peau (d’où le nom du produit moyen sexy...). Son action cible les cellules de Langerhans, sortes de sentinelles de l’immunité (comprendre que quand elles ne jouent pas leur rôle, elles ne peuvent pas transmettre les messages de réparation, d’où l’intérêt de les maintenir dans une forme olympique). La promesse : du velouté sur la peau à court terme (je confirme), de la luminosité (pareil) et à long terme une amélioration de la fermeté et de la souplesse (rendez-vous dans dix ans ?). Ombre au tableau, une composition qui fait la part belle à tous les ingrédients que je déteste habituellement dans un sérum : alcool, silicones, phénoxyethanol, paraben etc. Mais ça, c’est après avoir glané des infos à droite et à gauche car impossible de remettre la main sur la composition INCI de l’exemplaire que j’ai. Je note au passage qu’on peut avoir les listes INCI des produits sur le site américain de Sephora mais pas sur le site Français (pas plus que sur le site de Marionnaud) et je ne comprends pas bien pourquoi. D’un point de vue légal, il doit y avoir une entourloupe (vu que c’est obligatoire pour vendre tous les produits d’hygiène et de beauté en France) mais c’est limite agaçant pour le consommateur, car ça laisse à penser qu’on veut cacher des choses. Bref, ces composants pas folichons, c’est dommage pour un produit qui coûte aussi cher (dans les 90 euros)... Et pour ce prix-là , il y a déjà pas mal de produits sur le marché avec le même style d’ingrédients. Alors, oui il est super agréable à utiliser mais je suis très dubitative...

Lire la suite!