dimanche 5 juillet 2020

Les produits blanchissants…

ou « whitening » en anglais… Je ne sais pas si vous avez suivi l’actu mais L’Oréal a décidé de renommer ces produits. Mais que de malentendus et de maladresses à propos de tout ça, c’est juste dingue. La plupart des gens sont persuadés que L’Oréal vend vraiment des produits destinés à blanchir la peau. Ca tweete à tout va à propos de ça. Mais, ces produits de whitening ne sont pas des formules chelous qu’on se passe sous le manteau pour éclaircir la peau. Il s’agit juste d’anti-taches. Le fait de les appeler « Whitening », est un souci s'il laisse à penser qu'il s'agit d'obtenir une peau blanche et ils ont raison de les renommer pour dire juste anti-taches (problème numéro 1 des peaux foncées tout comme les rougeurs sont le problème numéro 1 des peaux claires). Bref, énorme amalgame entre ces produits de « whitening » et les formules interdites (en Europe) et dangereuses qui font de considérables dégâts sur la peau. Les tweets émanent souvent aussi de gens qui ne cherchent pas à savoir de quoi il est question : tellement agréable de taper sur LA multinationale. Par ailleurs, je ne pense pas qu’on puisse demander à des sociétés comme L’Oréal de régler systématiquement tous les problèmes de société. Ce qui n’empêche évidemment pas de leur dire haut et fort d’inclure davantage de femmes et de toutes couleurs dans leurs équipes dirigeantes… Voilà, c’était mon humble participation au débat (et je ne suis pas payée par L’Oréal). 

mercredi 1 juillet 2020

Tout se recharge !

Même le déo ! Comme celui-ci de la très jolie marque pour enfants/ados Môme Care qui est sans sels d’alu ni alcool et dont l’odeur est parfaite. Toutes les marques testent actuellement des solutions pour économiser les emballages et les initiatives se multiplient. Les rouges à lèvres avec La Bouche Rouge (en version luxe) et plein d’autres produits à venir comme Mustela. On n’en peut plus de jeter, et les marques se rendent compte que certaines consommatrices préfèrent parfois renoncer à acheter un produit un peu futile s’il est source de beaucoup d’emballages. On devrait aussi voir de moins en moins d’échantillons à usage unique. Tant pis pour celles qui les collectionnaient pour partir en voyage mais ils sont très polluants. Trop petits pour entrer dans la filière de tri, ils volètent sur les déchargent et finissent comme les touillettes à café et autres dans le ventre des poissons (et donc dans notre alimentation sous forme de micro-plastiques). Certaines marques se sont engagées à ne plus en fabriquer (Ren par exemple, toujours à la pointe de la lutte contre le déchet plastique).

dimanche 28 juin 2020

J’ai envie d’un parfum d’été… tu conseilles quoi ?


Tu veux dire un parfum-parfum ou une eau fraîche ? Parce que souvent en été, on a envie d’eaux fraîches. Mais si tu cherches un vrai parfum d’été, c’est celui-ci qu’il te faut, Sea Mimosa de Gas, plus connu pour ses bijoux que pour ses parfums. Et pourtant, énorme crush pour cette composition (et même pour l’ensemble de la gamme qui est très originale). Je vais essayer de le décrire de quelques mots : c’est un parfum qui rappelle les odeurs du sud, le mimosa est vraiment là avec son odeur lactée si particulière. Mais le jus évoque aussi la Riviera sans exubérance, c’est délicat : un vent salé et une touche d’amande sur un fond légèrement musqué. Tout en subtilité, pas commun, il est très loin des odeurs passe-partout de la parfumerie de masse. Et ce qui ne gâche rien, c’est que le flacon est sublime aussi : des rondeurs et un mélange de bois et or. Il coûte 68 euros.

mercredi 24 juin 2020

C’est vrai que le gel hydroalcoolique fait des taches sur la peau au soleil ?

Oui, ça peut, mais ce n’est pas forcément la faute du gel, c’est plutôt dû au parfumage de certains modèles. Si vous en achetez, faites bien attention à le prendre « sans parfum » pour cette raison. Et aussi parce que certains puent atrocement ! J’ai eu le malheur il y a quelques jours de me désinfecter les mains avec un gel proposé à l’entrée d’un magasin, il sentait un parfum sucré écoeurant pomme-d’amour/barbe à papa recuite. J’ai lavé mes mains environ 10 fois ensuite pour essayer d’éliminer cette odeur ultra-tenace, ça sentait encore le soir… et ça incommodait même les autres passagers de la voiture ! Sinon, le gel appliqué au soleil peut théoriquement faire des brûlures à cause de l’alcool, mais il n’y a pas trop de risque car il faudrait en mettre des quantités dingues et ça s’évapore vite. Je rappelle qu’il existe certains produits solaires alcoolisés et ça ne pose pas de problèmes particuliers. Sinon, le gel ça dessèche, je ne vous fais pas un dessin, vous avez capté et les ventes de crèmes pour les mains se portent bien, merci  😄

dimanche 21 juin 2020

C’est quoi la meilleure crème anti-rides ?

La question n’est pas étrange mais ce qui l’est c’est l’âge de celle qui demande : 26 ans… Après petite enquête, j’ai compris que la ride (une seule !) en question était une ride d’expression et pas une ride liée à l’âge ou au soleil car, à 26 ans les seules rides ce sont celles-là et aucune crème ne peut en venir à bout. Faut pas rêver, si vous froncez les sourcils non-stop depuis votre enfance, forcément une ride verticale s’installe et on ne pourra la déloger qu’à coups d’injections de botox (pour décrisper) ou d’acide hyaluronique (pour combler). Cette ride porte un nom, c’est la ride du lion ou ride de la glabelle. Pourquoi lion ? Je ne sais pas peut-être que les lions ont toujours un air furax ? Après, rien n’empêche d’entamer un petit travail sur soi pour cesser d’avoir la rage et arrêter de froncer tout ça. Néanmoins, et bien que je comprenne que cette ride soit un souci, ça m’a fait drôle d’avoir ce genre de demande d’une fille de 26 ans. Je ne juge pas, on fait toujours des fixettes sur des points précis de son visage quel que soit l’âge. Et en commençant tôt les injections à cet endroit, on évite que ça se creuse encore plus. Donc, c’est peut-être une bonne idée.  

mercredi 17 juin 2020

Black Lives Matter et beauté…

… Il y a encore du boulot à faire de ce côté-là mais on avance (pas assez vite). Par exemple, quand on cherche dans les banques d’images des photos pour illustrer des sujets beauté, si on ne précise pas « peau noire » les images reçues sont systématiquement la plupart du temps des personnes blanches (et souvent blondes aussi). Pour avoir des noir(e)s ou asiatiques, il faut le préciser, ce qui est dingue. Alors que pour blanc pas besoin de préciser, ce sera automatique même sans demander, comme s’il s’agissait d’une norme absolue. Ce n’est pas forcément du racisme affiché mais du racisme latent, du à un algorhytme (que quelqu’un a programmé il y a longtemps). Et évidemment, il y a très peu de photos beauté de filles noires en comparaison de celles disponibles en blanches. Peu de demande donc peu de production. Pourtant, là où je bosse, on est tous assez militants sur la question et on prête une attention particulière au sujet, c’est dire…  Et ce qui se passe en ce moment me rappelle un moment gênant il y a 20 ans, j’assistais à la présentation d’une gamme de makeup très pigmentée d’une marque américaine de luxe et je dis innocemment à l’attachée de presse « ça doit être très joli sur les peaux métissées ou noires ». Eclat de rire de la personne « ah ben, c’est pas vraiment notre public ». Sous entendu, ils n’ont pas le fric pour se payer nos produits. Elle s’apprêtait à continuer quand j’ai vu que sa collègue lui filait un discret coup de coude, la collègue à qui j’avais montré quelques instants avant la photo de mes enfants métissés. Et si je vous dis que tout ça change quand même c’est parce que, même eux, ont fini par prendre une égérie noire. Sans doute pour se donner bonne conscience et récupérer toutes les clientes sensibles à la cause mais bon…  

dimanche 14 juin 2020

La Bouche Rouge


Le rouge à lèvres rechargeable, c’est une idée qui commence à faire son chemin. En tout cas, pour les dingues de rouge, ça a du sens car le nombre d’étuis de rouges à lèvres jetés tous les ans est vraiment hallucinant -à ce sujet, on peut aussi opter pour les tubes de rouge en carton qui sont plus faciles à éliminer (il y en a chez Sephora). Plusieurs marques de luxe se lancent en ce moment sur le rechargeable comme Hermès avec des rouges de toute beauté (couleurs, emballages, cherchez pas la faille, tout est sublime) et celui que je vous montre (mal car on ne voit pas l’intérieur je sais) signé La Bouche Rouge. Bon, ils sont encore plus chers que les Hermès qui sont déjà à 62 euros) et la compo est très clean, vegan, toussa. On peut faire graver l’étui à ses initiales; ça se fait beaucoup en ce moment, ça finirait presque par être agaçant, non ? Il faut dire que mes initiales à moi, c’est SM, pas toujours facile à porter, il y a toujours un relou ou deux pour faire des blagues… La recharge coûte 39 euros et l’étui de cuir (vegan aussi) 104 euros. Bien sûr, il y a plusieurs textures possibles, mat, satiné, brillant ou baume…Tout est personnalisable, on peut même créer sa couleur, compo sans la moindre trace de microplastiques et méga chic. Très élitiste of course mais ça devrait assez vite inspirer des marques plus abordables.  

mercredi 10 juin 2020

Mes blushs


Je vous présente les meilleurs potes de la cinquantenaire et plus… Perso je ne peux pas m’en passer et je jongle avec plusieurs formules. Mon top absolu, c’est le Galénic, un blush crème que j’applique au pinceau en rond sur le bombé des joues pour modeler, après le fond de teint ou sur la peau nue. Sa couleur est hyper naturelle et donne le petit « je ne sais quoi » en plus au teint. Généralement ça me suffit. Certains jours, j’ajoute une pointe de rose avec le Rosy Glow de Dior qui n’est pas aussi rose que sa couleur dans le boîtier pourrait le laisser penser (il fait peur mais en vrai il est subtil et discret). Tout ça c’est plutôt pour le matin. Le soir, si je ressors, j’accentue (enfin quand j’ai le temps/l’énergie/l’envie) le blush car la lumière du soir est différente, plus chaude, moins crue, on peut forcer un peu pour voir quelque chose sous un éclairage électrique. Et là, ce sont plutôt des nuances orangées que je préfère comme le Joli Blush Clarins. Enfin, l’été, quand la lumière est plus chaude, j’adore Orgasm de Nars, il a un soupçon d’irisation qui apporte un petit glow sympa. 

dimanche 7 juin 2020

Peau foncée et acides : méfiance

Hop un petit conseil en passant : si votre peau est foncée (bien mate, méditerranéenne, métissée…) vous avez sans doute tendance à avoir des taches, surtout si vous avez plus de 40 ans. Et il existe pas mal de produits anti-taches sur le marché qui vous sont destinés, souvent à base d’acides. Alors, méfiance. Car si votre peau est sensible, il se pourrait bien que les acides utilisés, en créant une mini-inflammation, ne provoquent encore plus de taches ! C’est exactement ce qui se passe par exemple avec des boutons d’acné (ou de moustique) sur ce type de peau. La cicatrisation provoque un afflux de mélanine et bim, le bouton se transforme en tache. Idem si on applique un produit irritant et qu’on s’expose ensuite au soleil, même très peu. Les rougeurs se colorent et mettent très longtemps à s’atténuer (plusieurs mois parfois). Les peaux foncées ont donc encore moins le droit de toucher aux points noirs que les autres. Pour une utilisation en toute sécurité, le mieux est d’éviter les acides sur une peau sensible ou de se contenter d’une application tous les 3 ou 4 jours et de ne surtout pas s’exposer au soleil. 

mercredi 3 juin 2020

Solaires : regarder la réalité en face

C’est à dire être adultes dans sa consommation de produit solaires (comme avec le reste en ce moment). Donc, voilà la réalité des faits c’est qu’il n’existe pas de solaire parfait, qui serait bon pour le corail, bien pour la peau et bio etc. Commençons par le solaire bio : avec ses écrans minéraux, c’est le moins pire pour l’environnement. Sauf que, si les écrans sont sous forme nano c’est pas génial pour la vie marine une fois qu’ils sont dilués dans l’eau de mer. Et s’ils ne sont pas sous forme nano, personne ne veut en mettre parce que ça s’étale super mal et que ça fait la peau toute grise (à ce sujet il y a une foule de marques qui prétendent que leur solaire bio sans nano est transparent, désolée mais c’est faux, je les ai quasi tous essayés). Autre souci, ils ne sont pas aussi protecteurs que les « non-bio » et il y a régulièrement des alertes sur le fait que l’indice affiché ne correspond pas à la réalité de la formule. C’est bien embêtant, surtout que ça concerne les UVA, responsables de gros dommages dans l’ADN et donc de possibles cancers. Les solaires « non-bio » quant à eux, ne sont pas très satisfaisants, leurs filtres ne sont pas tous nickel et il faut regarder la liste INCI à la loupe pour vérifier qu’il n’y a pas d’octocrylène ou autre substance indésirable. Ce sont néanmoins mes préférés, à condition de bien les choisir. Du coup on fait quoi ? On fait des arbitrages… Pour moi, ça consiste à s’exposer le moins possible et aller à la plage avec un tee-shirt anti-uv à manches longues, une casquette, des lunettes de soleil et un parasol. Avec ça, pas besoin de se tartiner de crème solaire sur le corps toutes les 2 h (mais le visage oui) car une fois que les jambes sont dans l’eau, elles risquent moins (contrairement aux épaules). A condition, of course, de filer sous le parasol en sortant de l’eau et de ne pas être sur la plage entre 12 h et 16 h. Toutefois, difficile pour moi de renoncer à mon solaire SPF 50 sur tout le visage pendant les mois d’été. Il ne filera pas directement dans la mer mais se retrouvera quand même à un moment ou un autre dans les eaux usées quand on le rincera sous la douche. De l’importance d’avoir de bonnes stations d’épuration… Ah, et le truc qui m‘exaspère en ce moment, c’est le retour de la mode des sticks colorés fluos façon surfeur sur le visage (qu’on avait déjà dans les années 80). Ca ne sert à rien de se dessiner deux grandes barres sur les joues et une sur le nez en se pensant protégé. Il faut en mettre impérativement sur tout le visage et, là, évidemment, c’est moins fun.

dimanche 31 mai 2020

Huile réparatrice Virtue


Un extrait de kératine humaine, ça vous parle ? Ca semble un peu étrange mais il paraît que c’est mieux que la kératine animale utilisée habituellement dans les produits capillaires. Et ça fait la renommée de cette marque car le principe actif leur est exclusif. Leur huile promet de réparer les longueurs, ce qui peut m’intéresser même si je ne suis pas la cliente parfaite de ce type de produit. Déjà, l’huile et moi, c’est pas l’amour fou. J’ai toujours peur d’en mettre trop. N’écoutant donc que mon courage, je l’ai essayée sur mes cheveux secs AVANT le shampooing (pas folle la guêpe) le temps d’une petite séance de sport. Oui parce qu’après le sport, je rentre et je me douche, vous saurez tout. Bref… Il faut bien agiter le produit avant utilisation pour mélanger les actifs et n’en appliquer que quelques gouttes. Une ou deux pressions dans les paumes et on passe ses mains dans la chevelure (le produit coûte 45 € mais de ce fait, il doit durer très longtemps). Tout ça pour vous dire que, heureusement c’était avant le shampooing, car la formule est sans doute bien mais l’odeur est rédhibitoire pour moi : un mélange de barbe à papa recuite et de pomme d’amour, on se croirait dans un stand à la Foire du Trône. Si vous aimez les odeurs sucrées (en fait, moi dans le sucre, ce que j’aime c’est le goût pas l’odeur 😋 ) il vous plaira peut-être.    

mercredi 27 mai 2020

Ta peau est moche sans masque…

… elle restera moche avec ! Bon je sais, c’est facile de se moquer de tous les articles qui fleurissent ici et là pour expliquer comment prendre soin de sa peau maintenant qu’on est obligés de porter un masque. Mais avouez qu’il y a parfois de l’enfonçage de portes grandes ouvertes. Donc déjà, pour celles et ceux qui ne le portent que pendant quelques brefs moments (transports, magasins etc) c’est un non sujet, ça ne change rien sauf que ça déplace le maquillage éventuellement et que oui, mettre un rouge à lèvres bien pigmenté n’est pas une bonne idée (sans dec ?). Sinon, et bien, quand on le porte toute la journée, le fait que la peau transpire dessous peut surtout aggraver l’acné. Le cocktail sébum + sueur n’est pas top pour les peaux grasses. L’idéal est de nettoyer son visage quand on rentre chez soi et qu’on se débarrasse du masque et faire suivre d’un soin spécifique. En gros et pour faire simple, il faut être encore plus rigoureux sur l’hygiène mais on s’en doutait un peu en ce moment…  

dimanche 24 mai 2020

L’eau de Bien-Être bio Mandarine d’Italie et Bergamote de Calabre


Bien-Être, forcément vous connaissez, ça traîne dans toutes les salles de bains de France depuis 1962… Alors, par curiosité, la prochaine fois que vous passez dans un supermarché, allez sentir ce petit bijou, une cologne tout à fait dans la lignée de ce que la marque propose depuis plus de 50 ans mais en version bio. Et, à mon humble avis, bien meilleure que beaucoup de parfums bio qui sont déjà sur le marché. Elle est juste délicieuse et très addictive : agrumes pétillants en tête, fleur d’oranger en coeur et, pour finir, fond boisé pour donner du corps et un poil de tenue à toute cette simplicité. Tout ça pour 9,99 €, ça vaut carrément le coup. Et puis, comme le voyage en Italie, c’est un peu râpé pour cette fois-ci, autant faire venir l’Italie ici ! Le jus est signé Sidonie Lancesseur de la maison Robertet. 

mercredi 20 mai 2020

Jaha Dukureh


On pourrait jouer les cyniques et se dire que tout ça c’est encore une récupération de plus. Mais on peut aussi être optimiste et saluer l’audace… de la part de L’Oréal Paris de nommer Ambassadrice Internationale de la marque une militante incroyable de la cause des femmes dans le monde. Son non, c’est Jaha Dukureh, et j’avoue mon ignorance, je ne le connaissais pas. Elle a été nominée pour le Prix Nobel de la Paix en 2018 et a obtenu dans son pays d’origine la Gambie, l’interdiction de l’excision. Elle se bat depuis des années contre les mutilations génitales féminines et les mariages de mineurs. Et là, on verra sa photo partout pour promouvoir des rouges à lèvres et c’est bien (à mon humble avis). D’ailleurs, voilà, maintenant je n’écorche plus son nom, je le connais et c’est déjà un grand pas, non ? 

dimanche 17 mai 2020

Connaissez-vous ces marques ?


ça m’étonnerait ! (ou alors vous travaillez dans la beauté ?). C’est impressionnant le nombre de nouvelles marques en ce moment sur le marché. Toutes ont quelque chose de spécial. Une histoire autour d’un ingrédient ou une compétence sur une formule, genre les sérums et la marque ne fait que ça ou les lotions. Certaines sont bio, d’autres sont Coréennes (rarement les deux). Mais leur point commun, c’est qu’elles sont toutes neuves et répondent au besoin des millenials d’utiliser des marques récentes, nées en même temps qu’elles ou presque et pas des marques « vieux monde ». Beaucoup se revendiquent « clean » mais toutes ne le sont pas, loin de là. Je trouvais déjà l’aventure risquée pour pas mal d’entre elles mais avec la crise actuelle du covid, c’est évidemment encore pire. Comment réussir à s’imposer uniquement en virtuel et sans le soutien des magasins ? Des bloggueuses l’ont fait avec du maquillage (Huda Beauty…) mais pour le soin, ça me semble compliqué. Pourtant, parmi elles il y a de vraies pépites dont je vous reparlerai, ma préférée étant Lixirskin. Sa créatrice, Colette Haydon, est à la fois hyper calée, super drôle (elle ne se prend pas au sérieux, j’adore) très inspirante et m’a donnée envie de tester ses produits aussitôt après l’avoir rencontrée (elle est assez cash et dit la vérité concernant la formulation, c’est plutôt rare), les formules sont géniales, les produits jolis (enfin à mon goût hein) et pas très chers (35 € la crème de jour).

mercredi 13 mai 2020

ma barette Bachca


Ok elle a presque le nom de ma brioche préférée mais ce n’est pas pour ça que je l’adore. J’aime son look ultra-simple et surtout, depuis le confinement, c’est devenu ma nouvelle amie. Parce que mes cheveux ont poussé et que je les relève non-stop car je ne les supporte plus tout longs et plats. Donc je fais une espèce de tresse un peu naze sans bien voir car j’ai mal aux cervicales (la joie !) et j’attache le tout avec la barrette qui a le format idéal. Le fait de m’attacher les cheveux permet aussi de bien positionner les lanières de mes masques… Vous savez tout :-) Ca faisait longtemps que je n’avais pas craqué pour des accessoires cheveux. Il faut dire que la marque arrive sur un créneau bien vide, celui de l’accessoire simple et design sans être hors de prix (6,90 € sur leur site). Oui parce que sinon il y a des modèles très classe à 80 euros au Bon Marché ou des modèles très moches pas chers en hypermarchés. Le reste des accessoires est aussi super mignon, pinceaux, brosses, accessoires de manucure : j’ai quasi eu envie de tout en visitant le site. Niveau qualité, je ne sais pas si c’est ultra-résistant mais ça fait déjà 2 mois qu’elle est utilisée quotidiennement et qu’elle se tient… 

dimanche 10 mai 2020

Peeling Solution AHA 30% + BHA 2%, The Ordinary


Test chelou : la suite… J’ai depuis quelques mois un peeling de la mort de chez The Ordinary. Celui que tous les internets s’affolent pour. Il y a celles qui disent que c’est génial et les autres qui hurlent au scandale. Le produit est même interdit à la vente dans certains pays. Oui, il est diablement efficace, tellement qu’il en est limite dangereux pour celles qui ne respecteraient pas à la lettre les consignes. Bref, comme je suis méga-trouillarde quand même, je ne suis pas mega chaude pour l’essayer sur le visage pour l’instant, surtout que je n’ai plus d’imperfections à faire disparaître (privilège de l’âge 😉). L’idée m’est alors venue de l’utiliser sur le corps. Alors voilà, une goutte ou deux sur un cor au pied pour dissoudre la corne ou sur les coudes un peu secs. Très efficace et facile (et puis en ce moment le pédicure, c’est compliqué). La formule est rouge et visqueuse pour une application qui ne dégouline pas et la couleur, c’est pour bien visualiser où tu le mets. On laisse poser 10 minutes max (avec minuteur) et on rince. Evidemment, vu le format, ça ne servira pas sur tout le corps mais sur des mini-zones, c’est top. Et si vous voulez l’essayer sur le visage, je conseille de faire une première fois avec juste deux minutes de temps de pause, en évitant bien le contour des yeux. Pas plus de deux fois par semaine, en gardant à l’esprit que, comme tous les produits à base d’acides de fruits, on ne s’expose pas au soleil sans protection juste après car la peau est fragilisée. Il coûte 8 euros environ.

mercredi 6 mai 2020

Witch hazel and rosewater toner, Mario Badescu


Le produit qui te dit « si tu crois que ça m’intéresse de choisir de jolis emballages »… Ils sont quelques uns sur ce créneau à mépriser grave les packs mignons et Mario Badescu en est sans doute le représentant le plus emblématique. Aux Etats-Unis, la marque (créée en 1967) a ses fans, totalement en phase avec son look minimaliste / normcore. On est au delà du pack cheap, tellement cheap qu’il en devient classe (vous suivez ?). Sous entendu « ce qui compte c’est ce qu’il y a dans nos produits, pas les emballages ». Et l’avantage aussi avec ces packs standard, c’est qu’on peut les recycler pour y mettre d’autres choses dedans et que, du coup, les produits ne sont pas très chers (14 € pour celui-ci). La marque est peu connue ici mais en vente depuis quelques mois chez Sepho et Nocibé. J’ai testé les toniques et je suis totalement fan des textures et des odeurs. Attention, ce ne sont pas des eaux florales naturelles pour celles qui se poseraient la question. Celui-ci, à l’hamamélis et à l’eau de rose purifie sans agresser, hydrate et apaise, je l’adore. Il faudra un jour que je fasse un trèèès long post sur les lotions et les toniques, j’ai l’impression souvent que je suis la seule à les utiliser et pourtant je ne peux pas m’en passer… Mario Badescu a une côte d’enfer aussi avec ses soins anti-boutons, super efficaces (et du coup souvent copiés par les autres marques).

dimanche 3 mai 2020

crème de jour avec filtres, le débat sans fin ?

Surtout qu’au lieu de se simplifier, ça se complique : certains scientifiques pensent que la lumière bleue (celle des écrans télé et ordi) est néfaste elle aussi. Pour l’incidence sur le sommeil, c’est prouvé, mais sur la peau ? Cela ferait surtout du tort à celles qui ont tendance à avoir des taches comme le melasma (masque de grossesse). Pour autant, faut-il, comme certains le préconisent appliquer une crème de jour avec filtres même quand on reste confinée à la maison ? Sincèrement, à chacune de mesurer le bénéfice/risque. Pour ma part, je dis non aux filtres solaires dans ma crème de jour pour rester devant un écran ou même devant ma fenêtre. Oui les UVA passent au travers des vitres et la lumière bleue est peut-être responsable de taches, mais je pense qu’une accumulation de filtres (potentiellement allergisants) sur ma peau et ensuite dans les eaux usées n’est pas une meilleure solution.  

mercredi 29 avril 2020

Quel produit solaire conseilles-tu pour un bébé ?

Aucun. Ma réponse est catégorique, avec les bébés, il faut se démerder pour qu’ils ne prennent pas du tout le soleil. De l’ombre et point. Et de la vraie ombre, pas de l’ombre de parasol fin comme un tee-shirt. Leur peau est immature et risque des allergies, des insolations et tout un tas de trucs pas sympas plus tard. Normalement, on ne doit pas exposer au soleil un enfant de moins de 3 ans. A partir de 6 mois, on peut quand même mettre une crème si vraiment on n’a pas le choix (mais sincèrement je déconseille, même bio) et la choisir avec la mention « pour bébés » dessus. Les alternatives c’est l’ombre, le tee-shirt protecteur spécifique à manches longues et la casquette. Et la sieste à l’heure de la journée où les rayons sont les plus nocifs. Sachant que les rayons du mois de mai sont quasi aussi nocifs que ceux de juillet et qu’il n’y a pas de corrélation obligatoire entre la chaleur et la dangerosité des rayons solaires. C’est juste qu’on cumule deux problématiques. Sous les tropiques le soleil est très agressif et il fait plus chaud, le risque de coup de soleil est énorme. Mais du coup, on se méfie davantage. Alors qu’en Bretagne, quand ça caille un peu sur la plage, on a plus envie d’y aller à 14 h qu’à 18 h, il faut résister… (et revoilà la rabat-joie !)

dimanche 26 avril 2020

Shampooing solide, Respire


Opportunité du confinement : tester des trucs qui demandent du temps et une petite modification de sa routine. Démonstration avec le shampooing solide de Respire qui attendait depuis quelques mois que je lui accorde un regard. Et… gros coup de coeur ! Il mousse bien et j’ai trouvé le résultat vraiment pas mal alors que mes cheveux étaient sales (lavés 4 jours avant). Bon, il faut bien passer partout et émulsionner au fur et à mesure, ce qui prend un peu plus de temps qu’avec un shampooing liquide habituel. Mais genre trois minutes en plus, pas dix. J’ai fait suivre d’une noisette d’après-shampooing parce que les cheveux étaient un peu rêches. Au final, la seule différence que je constate c’est un peu moins de brillance juste après le shampooing. La composition indique qu’il contient des huiles d’amande douce, de cameline et d’avoine et le parfum est légèrement amandé aussi. Je pensais qu’il était bio mais visiblement le tensio-actif utilisé n’est pas bio, ceci explique cela ? (la mousse sympa…), la composition n’est pas non plus dégueu, c’est un tensio-actif doux et beaucoup d’ingrédients sont bio. La marque a fait le choix de formuler la plupart de ses produits en référentiel Cosmos sans faire la démarche de certifier à cause du prix. Ca se discute. Perso, j’ai tendance à penser que si on n’a pas les moyens de certifier, on n’aura pas les moyens de faire tout un tas d’autres trucs pour la marque et que dans ce cas là, autant laisser faire les autres (c’est méchant ? Un peu, mais réaliste aussi). Breffffff. Mais les produits sont mignons et j’aime bien aussi leurs mini-déos bille, ultra-pratiques en voyage (comme si c’était encore d’actualité :-)) . Petit souci logistique avec le shampooing solide, il faut lui prévoir un porte-savon pour qu’il puisse bien sécher entre deux utilisations et s’arranger pour ne pas le confondre avec un savon normal. Pas évident, il est rond et blanc… Pour info, il coûte 8,90 € et fabriqué en France.  

mercredi 22 avril 2020

La crème de santé, absolution


Des bonnes crèmes visage bio, je trouve qu’il n’y en a pas tant que ça, mais j’en ai essayé une ces derniers temps qui mérite qu’on s’y attarde un peu. Elle n’est pas toute nouvelle mais je ne la découvre que maintenant. Déjà, je trouve que la marque est l’une des rares (en bio…) à proposer de jolis packs. Tout le monde n’y est pas sensible, moi si, et je pense que dans l’envie d’achat d’un produit, c’est un facteur essentiel. Perso j’adore, c’est sobre, pratique -on tourne et la pompe se cache-, doux au regard comme au toucher et on a envie de laisser le produit traîner dans la salle de bains, pas de le planquer (mega compliment de pro de la beauté !). Côté texture, c’est un peu déroutant car la sensation est très aqueuse à l’application pour évoluer aussitôt après en quelque chose de plus soyeux. Elle n’est ni trop grasse ni trop légère pour moi (56 ans, ancienne peau mixte qui se normalise), bien pour la saison et laisse un fini mat après 5 minutes. Elle contient des p . rébiotiques pour préserver la flore cutanée ainsi que des extraits d’hysope aux vertus apaisantes, de l’huile de coco, du calendula, du jojoba et de l’aloe vera. L’odeur est peu présente, quand même un peu trop connotée bio pour moi, mais elle s’évanouit super vite. La crème coûte 38 €

dimanche 19 avril 2020

Est-ce que le savon « sans savon » est conseillé pour se laver les mains en période de pandémie ?

Oui, car en fait, le « savon sans savon » c’est du syndet (pour synthetic detergent) et cela contient des tensio-actifs. Ces agents lavants entraînent les particules grasses dans l’eau de rinçage comme le fait le savon mais aussi le gel lavant pour les mains, le gel douche, l’huile de douche ou le liquide vaisselle (qui sont à peu près la même chose mais pas dosés pareil). Là où il faut être plus prudent qu’en temps normal, c’est avec le pain de syndet ou de savon qu’on doit bien rincer aussi, sinon le virus reste dessus. Du coup, le savon liquide est plus pratique avec sa pompe. Autre précaution : oublier pour un temps les ongles un peu longs et le vernis. On les coupe à ras et adios la rainbow manucure… On peut toujours se consoler avec les pieds !  

mercredi 15 avril 2020

Tu te maquilles pendant le confinement ?

Et bien, oui, je me maquille tous les matins et c’est là que je réalise que je me maquille pour moi et pas pour les autres. J’adore le maquillage et j’ai toujours plein de produits à tester et à utiliser, des associations pas encore tentées : ouais j’ai même essayé un gros trait bien large d’eye-liner l’autre jour dans ma salle de bains. Ca ressemble à quand j’étais petite et que ma mère partait faire des courses (ou bosser le mercredi je ne sais plus bien), je prenais possession de la salle de bains et Yalla ! Je testais tout et de préférence, les trucs bien violents, le rouge à lèvres ultra marqué, le crayon noir sur les yeux, transformation en pupute directe ! (avec les bottes en cuir, encore mieux !). Donc, je n’ai pas viré drag queen depuis le début du confinement mais, oui, je me maquille, même si j’ai arrêté le mascara tous les jours car du coup, je me démaquille plus vite. Le fait de me maquiller m’incite aussi à me démaquiller très soigneusement, c’est indispensable pour bien nettoyer le visage et faire suivre de bons soins… (je dis ça, je dis rien, je suis sûre qu’il y a un certain laisser-aller niveau démaquillage en ce moment).  

dimanche 12 avril 2020

Test Slendertone, la suite…

Je vous avais promis un retour sur l’expérience Slendertone avec la ceinture abdos au bout de 6 semaines et plus d’utilisation (testée depuis fin janvier), donc le voici. Autant vous dire qu’en plus, en période de confinement, c’est le genre d’appareil très utile (je suis allée sur le site, ils ont vendu deux fois plus qu’en temps normal, les affaires marchent bien, comme chez mon boucher 😉) . Perso, je suis très contente de l’appareil et des résultats, je n’ai pas le ventre mega plat, mais vu ce que je m’ingurgite comme douceurs en ce moment, c’est assez logique (faut bien se consoler et le sucre remplit ce rôle à merveille, hélas). Surtout que j’ai abandonné mes 30 minutes de marche rapide quotidiennes qui ne sont pas compensées par les séances de yoga ou pilates ou cardio boxe que je fais, j’en ai bien peur. Donc, déjà, mise au point ; l’électro-stimulation ne fait pas maigrir mais renforce la musculature. Là où je me rends compte de l’effet, et c’est déjà bien, c’est que j’ai boosté mes abdos, mon ventre est plus tonique. Autre bonne découverte, quand je fais des abdos, je tiens bien plus longtemps qu’avant, cela augmente ma force et c’est donc un cercle vertueux car j’en fais plus. Je pensais que mettre cette ceinture 30 minutes par jour allait s’avérer contraignant et ce n’est pas le cas (même avant le confinement). J’ai ritualisé le moment, c’est le secret je crois. Pour moi donc, c’est tous les soirs au moment de me démaquiller et de ranger la cuisine etc… Au début, j’utilisais la ceinture en restant allongée avachie sur mon canapé mais, en fin de compte, je trouve ça moins pénible -niveau sensations- de rester en mouvement. La marque conseille même de faire de la gym avec, ça je n’ai pas réussi. Je précise que ce type d’appareil ne remplace pas le vrai sport. Car il ne permet pas de gagner en endurance et ne réalise aucun travail cardio, c’est un travail musculaire statique. Ca vient donc en complément. Voilà, vous savez tout !

mercredi 8 avril 2020

250 tests ont été nécessaires pour réaliser ce produit… et alors ?

C’est la phrase que je n’ai plus envie d’entendre. Et je l’entends trop souvent à l’occasion du lancement d’un nouveau produit. Mais oui c’est le boulot d’une marque de faire plein d’essais avant de parvenir à la bonne formule (bonne pour la marque qui le lance, tout est subjectif) et que celle-ci ait nécessité 30 ou 300 essais, on s’en fout totalement. On veut bien comprendre que le produit a été difficile à formuler parce que les ingrédients ne matchaient pas entre eux mais 30 ou 300 ne nous indique rien. D’abord sait-on déjà combien d’essais on fait généralement pour n’importe quel produit ? Non. Et ce n’est pas une garantie de qualité ni de réussite. Dans la même idée, les marques qui précisent qu’elles ont fait des tests de tolérance : merci de le signaler, mais vu que c’est obligatoire… Dis donc toi, le confinement ne te rendrait pas un peu aigrie ?

dimanche 5 avril 2020

la cure de sébum pendant le confinement, une bonne idée?

Un autre monde existe, celui des réseaux sociaux influents (pas moi donc 😉) et ce monde là, confiné lui aussi, a lancé l’idée que c’était le moment idéal pour faire une « cure de sébum » autrement dit, laisser le sébum s’installer et ne plus se laver les cheveux pendant quatre semaines… Les copines me demandent ce que j’en pense. Difficile de dire. Moi j’essaye d’espacer mes shampooings mais j’ai du mal à me supporter avec les cheveux dég et luisants. Je trouve ça assez déprimant et la situation actuelle est déjà tellement déprimante ! Pour les filles aux cheveux secs, c’est easy mais quand on a les cheveux gras, c’est pas gagné. L’autre question, la principale, c’est de savoir si ça vaut vraiment le coup. Est-ce que ça fait vraiment du bien au cuir chevelu ? Là encore, je ne suis pas formelle. Au bout de quelques jours, mon cuir chevelu me gratte et je préfère shampouiner avec une formule très douce que pas du tout. Je ne pense pas que faire ça une fois change la donne radicalement. Il n’y a pas de raison ensuite que le cuir chevelu se dise « ok je regraisse plus ». Il faudrait donc le faire tout le temps, mais c’est socialement compliqué quand même. Autre option, conseillée par Olivier Lebrun de Olab : remplacer son shampooing par un rinçage à l’eau tiède qui élimine le surplus de sébum sans décaper (pas d’eau hyper chaude). En tout cas, si on veut faire cette cure de sébum, le plus important est de bien brosser ses cheveux pour, justement, répartir le sébum sur les longueurs. Cela les hydrate (c’est leur hydratant naturel) et permet d’éviter que celui-ci ne s’accumule sur le cuir chevelu. En vrai, il faudrait poser la question à nos mères/grands-mères. Dans les années 50, les femmes se lavaient les cheveux tous les quinze jours, comment faisaient celles qui avaient les cheveux gras ? 

mercredi 1 avril 2020

la crème de jour et la crème de nuit…


Autrement dit, la formule pratique vite absorbée et qui reste bien mate sur les mains, ce qui permet de continuer ses activités et la formule super costaud qu’on mettra le soir au moment de se coucher pour une action réparatrice toute la nuit. Voilà celles qui m’accompagnent en ce moment, sachant que, comme tout le monde, à force de les laver non stop, elles sont bien abîmées (et là je pense au personnel soignant qui doit douiller en plus du reste). La Crème mains anti-taches Vinoperfect de Caudalie est, comme son nom l’indique, parfaite ! Très agréable texture, odeur sympa mais discrète et compo qui s’occupe de tout… Pour la nuit, ma chouchoute c’est la Cica-Crème cicatrisante à tout faire de Mixa Bio. En tout cas, le soir, c’est le moment de faire ses fonds de tiroir et d’appliquer sur ses mains toutes les vieilles crèmes qu’on hésite à utiliser sur le visage, surtout si elles sont trop riches ! Mais vous n’avez pas besoin de moi pour y penser. Pour info, Caudalie a d’ailleurs livré tout son stock de crèmes au personnel des hôpitaux ainsi que ses blouses, masques et charlottes normalement utilisés dans les labos.  

dimanche 29 mars 2020

Plein d’idées débiles…

… ou pas, ça dépend du point de vue !
Bref, mis à part le fait que je télétravaille à fond, il me reste quand même pas mal de temps à occuper le week-end et j’ai eu quelques idées à force de tourner en rond. Me suis mise en mode Marie Kondo et hop, le ménage et le rangement. Tout ça est un peu décousu car je commence un endroit sans finir le précédent. On sent une volonté mais parfois, le « à quoi bon » gagne (puisque c’est l’angoisse généralisée). J’ai voulu laver mes rideaux blanc/crème et cata totale, ils sont ressortis zébrés de traces noires, je pense que ma machine est sale à certains endroits dans le tambour et il faut donc maintenant que je la lave. Mais je pense que je ne réussirai jamais à récupérer mes rideaux, même après trois lavages, ils sont encore zébrés (je vais relancer l’industrie des rideaux c’est chouette). Après cet épisode, j’ai décidé de récupérer le contenant énorme et joli d’une bougie d’intérieur dont l’odeur ne me plaisait pas. Je verse donc de l’eau bouillante, la cire fond, fait une petite galette à la surface et je mets celle-ci à la poubelle ensuite. Il me faudra sûrement 20 passages de bouilloire pleine d’eau bouillante pour finaliser le projet. En attendant, toute ma maison sent l’horrible odeur de la bougie, bien ouéj ! J’ai aussi rangé mes tiroirs pleins de produits, viré quelques produits très périmés (oui même moi, la queen de la beauté, j’ai des produits périmés tout au fond sous le lavabo). J’ai fait des classements de ouf dans les maquillages, tous les rouges à lèvres ensemble, toutes les ombres ensemble dans des mini-boîtes qui traînaient dans l’appart (et que Marie Kondo aurait jeté il y a longtemps 😉) mais le tiroir ne ferme plus, je n’ai pas retrouvé mon tétris comme auparavant ! Autre initiative fun, le sport à la maison. Au début, j’ai suivi avec ardeur les cours de mon prof de yoga chéri, Mohammed, qui les mettait en vente en ligne sur Vimeo, puis je me suis laissée gagner par l’ambiance YouTube de partout et j’ai cliqué sur « préparation cardio-boxe » d’une chaîne de salle de fitness un peu cheap. Alors, musique de daube, couleurs moches et look salle de muscu en périphérie, surtout pour un sport que je ne risque pas de pratiquer un jour. Contre toute attente, j’ai a-do-ré ! C’est rapide, 15 minutes, c’est cardio (faut entretenir son cœur) et ça défoule un max, ce qui fait vraiment du bien en ce moment. Bref, il me fallait ça pour sortir de ma zone de confort bobo !

mercredi 25 mars 2020

Tout le monde s’y met…

… à fabriquer des gels hydro-alcooliques dans les usines de cosmétiques. Le gouvernement l’a autorisé (selon les normes en vigueur je vous rassure) car beaucoup d’unités de production de cosmétiques sont aux normes pharmaceutiques. Et, au moins, (je dis ça, je dis rien), ces usines-là sont en France. Donc, bravo et merci au personnel de LVMH, Clarins, Eugène Perma, Guinot entre autres, qui vient y travailler pour fournir. La FEBEA (fédération des entreprises de la beauté) assure la mise en relation des fournisseurs d’alcool et de flaconnage et met également en relation tous ces acteurs pour la distribution des produits aux établissements de santé.

dimanche 22 mars 2020

tester des trucs chelous ?


A force de ranger, nettoyer, trier, je tombe sur des produits en attente de test que j’ai ENFIN le temps d’essayer (restons positive !). Et donc ce petit sérum auto-bronzant progressif pour le visage, Glow Radiance Booster de Hylamide. La marque est quasi inconnue mais fait partie du groupe Deciem, les Canadiens qui font The Ordinary, dont je vous parle beaucoup depuis quelques mois (pas cher et très bien). Il ne contient pas de DHA comme les autres auto-bronzants mais le principe est le même. Pas d’ingrédient mystère, on retrouve dans sa composition de l’erythrulose (issu ici de la framboise), principe actif auto-bronzant, souvent mélangé à la DHA dans d’autres marques. Très bien dosé, il ne donne aucune couleur à la première application mais quelques heures après la seconde on voit le léger résultat (donc le lendemain). Ensuite, ça s’entretient tous les trois jours en le réappliquant. Côté texture, c’est léger, vite absorbé et facile à étaler, un peu huileux sans être pour autant gras ensuite sur la peau. On en met trois ou quatre gouttes ur le visage après sa crème de soins et voilà. Il sent une drôle d’odeur mais moins forte que les auto-bronzants classiques et qui s’évanouit rapidement. Tout ça pour 19 euros et un flacon qui dure longtemps longtemps. Bon maintenant, mon avis plus détaillé (ça va, hein, on a le temps 😅). Autant je suis une inconditionnelle de l’auto-bronzant progressif sur le corps, histoire de ne pas ressembler à une endive aux premiers rayons, autant passé 50 ans, je n’en suis pas fan sur le visage. Je m’explique : l’auto-bronzant a tendance à « jaunir » légèrement la peau, or, le phénomène de glycation (en gros la caramélisation du collagène dans la peau) a déjà tendance à faire ça aussi avec l’âge. Au final, la peau manque de fraîcheur mais c’est, en revanche, joli sur une peau de 30 ans 👿. Sinon, au passage, le nom du produit n’est pas assez précis et ne dit pas suffisamment qu’il colore la peau. 

mercredi 18 mars 2020

tout ce qu’on pourrait faire si on avait le temps…

Ben là, c’est bon je crois qu’on l’a, le temps ! Donc, on va en tirer un max de profit (cuisiner pour manger sainement, rattraper son retard de lecture etc). En beauté aussi, on a le droit de se faire plaisir. Par exemple en prenant soin à fond de ses pieds s’ils sont secs : étalage de crème en couche épaisse et chaussettes en coton par dessus. C’est plus pratique à faire quand on reste en chaussons à la maison… Les massages du cuir chevelu, c’est aussi un geste agréable quand on a le temps et on peut le faire avec les enfants. On soulève bien la peau du crâne en appuyant doucement avec la pulpe des doigts. Déjà, ça relaxe et c’est important pour faire baisser l’anxiété. Ensuite, ça stimule la circulation sanguine ce qui facilite les échanges sanguins dans le bulbe pileux et favorise la pousse. Voilà, confinée mais avec des pieds tout doux et des cheveux en pleine forme. Bien sûr, profitez-en aussi pour vous écouler vos stocks de masques visage ou cheveux, ça tombe sous le sens. Et prenez soin de vous !

dimanche 15 mars 2020

et dire que je pensais le revendre dix fois son prix !


Qu’apprends-je ? Qu’ouï-je ? Mon gel pour les mains aux extraits de licorne de Merci Handy ne serait pas efficace pour tuer les virus ? Ben oui, il faut se faire une raison, ces gels cosmétiques, bien qu’alcoolisés, ne sont pas considérés comme biocides mais simplement nettoyants. Ils contiennent moins d’alcool que les gels hydro-alcooliques vendus en pharmacies et ne sont pas « garantis » du point de vue de l’élimination des microbes, bactéries virus et cie. Bon, vous me direz, comme on ne trouve plus de gel dans les pharmacies, utiliser ceux-là, c’est déjà mieux que rien ? Certes… Mais la priorité reste au bon lavage de mains, long et minutieux. 

mercredi 11 mars 2020

Fais pas ta snob avec Yves Rocher…


Oui, même si c’est la marque que ta grand-mère utilisait et que tu trouves les visuels un peu cheap parfois, je t’assure, jette un œil sur les produits, ils méritent qu’on s’y intéresse. Comme cette eau micellaire à la camomille, ingrédient emblématique pour Yves Rocher. Elle est d’ailleurs cultivée (en bio) à La Gacilly sur les terres Bretonnes de la marque. Elle est hyper douce, étudiée pour les peaux sensibles, très peu parfumée et sa bouteille est en plastique recyclé. Elle coûte 8,95 les 400 ml. Le reste de la gamme est top aussi avec des crèmes parfaitement formulées et sans huiles minérales ni silicones.

dimanche 8 mars 2020

Humeur

Allez, c’est le 08 mars, journée des droits de la femme (et pas journée de la femme - d’ailleurs cette année, moins de mails de promos sur l’épilation du maillot pour le 08 mars – ah c’est peut-être parce que les instituts sont fermés le dimanche 😉 ) donc je vous livre l’étude qui fait mal, once again : les influenceuses gagnent 31 % de moins que les influenceurs pour leurs partenariats rémunérés. Notez bien que je suis très libre de parler du sujet puisque pas du tout concernée, étant donné qu’il n’y a aucun partenariat rémunéré sur ce blog, mais j’en parle juste parce que je trouve ça dingue ! Surtout que généralement les partenariats concernent les femmes qui forment aussi le gros des bataillons d’influenceurs. L’homme influenceur est plus rare, donc plus cher et les marques qui le sollicitent font dans le luxe et le budget qui va avec : bagnoles, montres de luxe etc. Pas un pauvre mascara quoi. La preuve, s’il en fallait encore une, que quand il n’y a pas d’encadrement par une loi, les inégalités perdurent. Surtout évidemment dans une jungle économique comme celle des réseaux sociaux. On peut se dire bien-sûr que cela obéit à la loi de l’offre et la demande et qu’il n’y a pas de facteur discriminant volontaire mais ça fait quand même réfléchir sur le fait que les femmes ont l’habitude, bien ancrée de brader leur travail.

mercredi 4 mars 2020

Mollo sur le shampooing sec…

Avant il n’y avait que celui de Klorane, tout farineux mais qui rendait bien service quand même… Mais depuis quatre ou cinq ans, ça se déchaîne, vraiment ! Il y en a quasiment un nouveau toutes les semaines. Toutes les marques de capillaires ont le leur, certaines n’ont même que ça (Batiste). D’ailleurs, ils ne prennent même plus la peine de se positionner en tant que shampooings mais plutôt comme des coiffants. Ce qu’ils sont effectivement car ils redonnent du volume aux cheveux plats et fins en les gainant. Même Klorane a décliné les produits avec une formule teintée, plus facile à utiliser sur cheveux foncés. Bon, tout ça c’est bien beau mais, comme d’habitude, certaines ont fait des excès de zèle en les utilisant tous les jours. Avec pour conséquence, démangeaisons et tutti quanti. En effet, les utiliser tous les jours n’est pas génial pour le cuir chevelu car ils sont généralement bourrés d’alcool, bien desséchant quand même. Autre souci, surcharger le cuir chevelu d’amidon finit par étouffer celui-ci, mélangé au sébum, c’est irritant. Le mieux, quand on les utilise c’est de laver ses cheveux le lendemain, pas de recommencer une application de shampooing par dessus. Et quand ils ne font pas de traces blanches, c’est souvent parce qu’ils contiennent des amidons modifiés interdits en bio et pas vraiment clean. Ok, on économise de l’eau en retardant le shampooing mais si c’est pour avoir un eczéma, c’est pas génial… Quant aux versions naturelles home made à base de maïzena, je ne vois même pas comment on peut aimer le résultat.  

dimanche 1 mars 2020

Cica Natura lèvres, Sanoflore


Deux produits bio pour les lèvres, c’est toujours bon à prendre parce que les baumes qu’on mange un peu c’est mieux en bio… Alors le petit tube marron foncé est une huile, je n’ai pas aimé du tout le rendu, ça brille et puis c’est liquide à l’application, je ne vois pas l’intérêt du truc. J’ai l’impression que si je me mets une goutte d’huile d’olive ce sera exactement la même chose donc bof. Le second en revanche m’a vraiment plu, c’est une crème réparatrice, un peu épaisse mais pas grasse du tout que j’utilise en ce moment le soir : et hop des jolies lèvres bien réparées le matin, mais sans gras (ça ne glisse pas !). Dans sa compo, on retrouve de l’aloe vera, de la camomille, du beurre de karité. Le parfum, ultra soft, est naturel lui aussi et le produit coûte 10 euros.

mercredi 26 février 2020

La Source, Eau Thermale Rochefort


Le groupe Léa Nature continue son chemin pavé de bio en lançant une nouvelle marque, bio of course et locale aussi, ce qui est très important pour eux (et nous). Après avoir mis en valeur l’eau thermale de Jonzac en pharmacies, c’est au tour de l’eau thermale de Rochefort. Et là, c’est en grandes surfaces que ça se passe. Le principe de la marque est de faire infuser des plantes bio (qui poussent dans la région) dans cette eau thermale à la température naturelle de sa source (42 °) pour conserver au mieux les molécules actives. Il y a 4 gammes : hydratante, apaisante, anti-âge, purifiante et une ligne de démaquillants que je trouve très à mon goût. C’est frais, net, facile et pas ruineux. Les crèmes sont autour de 15 € et les nettoyants/démaquillants dans les 7 €. Pas mal aussi le look des produits, simple mais moins moche que d’autres produits Lea Nature (oui parce que tout n’est pas sublime chez eux, hein).

dimanche 23 février 2020

Bonjour c’est la beauty police !

J’adore faire le flic dans les salle de bains de mes copines, j’y retrouve les produits non entamés que je leur ai conseillés et donnés et pour lesquels elles avaient l’air dubitatives (si, si tu devrais essayer les acides de fruits pour ta peau !), ah ah ça m’apprendra. Et c’est la règle numéro 1, si la fille n’est pas totalement convaincue, elle n’appréciera pas le produit. J’y vois aussi des pinceaux qui furent un jour beaux, bien touffus et propres et là ils ne sont plus que des vieux plumeaux crades. Hormis le fait que oui, c’est dégueu, il faut aussi savoir que le résultat maquillage est moins bon, les pigments ne se répartissent pas bien, les poudres font des paquets… Ce que je vois aussi et ça me fait sourire ce sont des ombres à paupières de marques qui n’existent plus depuis… 20 ans (véridique). La copine qui a ce produit dans sa salle de bains ne s’en sert jamais (sinon le produit serait fini depuis longtemps) mais ne peut pas se résoudre à jeter un produit quasi neuf. Bon, vu que le produit est sec, il n’y a pas des masses de risque que ça soit plein de bactéries mais quand même, faudrait le mettre à la poubelle ! 

mercredi 19 février 2020

 Un bon diagnostic de peau ?


Toutes les marques sérieuses le proposent et c’est bien utile. Même moi, qui sait tout 😊 je suis bien contente qu’on me dise dans quel état est ma peau. En général, ces diagnostics sont gratuits sans obligation d’achat des produits. J’ai testé celui de SkinCeuticals, marque que j’aime beaucoup, et c’est très instructif. En fait, dans la boutique (rue des Francs Bourgeois à Paris), il y a deux diagnostics, un rapide et gratuit, le Skinscope (celui sur la photo, on place sa tête dedans), qui renseigne sur l’état des taches à venir ou pas sur la peau (impressionnant car même quand on se protège bien, il y a des surprises) et l’autre, le Visia, qui prend une photo très spécifique d'un côté du visage, dure 30 minutes et qui renseigne sur les rougeurs, le relâchement, les pores… Il n’est pas gratuit mais facturé 20 euros ou gratuit dès qu’on achète un produit. Il vous donne l’âge réel de votre peau, moi j’ai trois ans de moins qu’en vrai, c’est déjà pas mal (mais j’aurais préféré qu’elle me dise « waouu votre peau a dix ans de moins » j’avoue… #vanité). Bref, tout ça permet d’affiner vachement la prescription. Pour ma part, ça m’a indiqué ce qui allait : les taches ok, les rides ok, le relâchement ok et quels points il fallait surveiller : j’ai quelques rougeurs qui indiquent une sensibilité, il faut que je fasse attention à ne pas sensibiliser davantage ma peau (donc penser à doser très finement les acides de fruits). On me conseille de bien penser à intégrer un soin apaisant dans ma routine, le soir par exemple ; ce que je ne fais pas souvent effectivement. Mes pores ne sont pas terribles non plus, trop visibles sur certaines zones (les joues !). Hélas c’est typique des peaux grasses et mixtes qui vieillissent car les pores s’ouvrent davantage avec le manque de fermeté. Sur ce point il n’y a pas grand-chose à faire mais les acides de fruits aident quand même. Petite précision, pour réaliser ces diagnostics il faut penser à réserver sa place même si on ne fait pas de soin ensuite.

dimanche 16 février 2020

Palette Nudy Shades, Santé Naturkosmetik


Rachetée par L’Oréal, la marque allemande Santé ressemble de plus en plus à un Maybelline bio et c’est tant mieux (selon moi !). La preuve avec cette palette adoptée illico, vraiment jolie, portable (on dirait mes habituelles nuances de chez Bobbi B, c’est vous dire si elle me plaît), dont les tons sont parfaitement harmonisés et les textures nickel : trois mates et trois légèrement irisées à utiliser à sec ou humides. Aussi désirable qu’une palette habituelle signée L’Oréal, mais bio et certifiée Natrue, elle coûte 15,90 € dans les magasins bio.

mercredi 12 février 2020

Lait nourrissant réparateur corps Nutritive, Jonzac


Flacon pompe, grand format, formule bio : il coche toutes les cases et sincèrement il fait le boulot. La texture est très fluide ce qui donne l’impression qu’il ne va pas hydrater assez mais au bout du compte c’est parfait, même en hiver par temps froid et la pénétration est plutôt rapide pour un lait bio (généralement ils savonnent un peu). Le parfum n’est pas renversant, juste neutre et très léger mais parfois, c’est tout ce qu’on demande le matin (avant d’être envahie par des odeurs de déo, de parfum etc). Tout ça pour 15 € max.

dimanche 9 février 2020

Vernis semi-permanent Green Flash, Manucurist


Habituellement, le vernis semi-permanent, je suis carrément contre : ça abîme les ongles, c’est bourré d’ingrédients pas nets et il faut l’enlever avec un dissolvant à l’acétone. Mais j’ai craqué pour celui de Manucurist, plus « green » que les autres. Moins flippant, il s’élimine avec un dissolvant normal et après 12 jours, mes ongles sont impecs, je suis vraiment bluffée. Le principe est le même que les autres semi-permanents : on catalyse entre chaque couche sous une lampe LED. Le vernis est fin, brillant et ne s’écaille pas (et je ne l’ai pas ménagé avec les mains dans l’eau et en cuisine souvent), il s’use juste légèrement au bord des ongles. Je l’ai enlevé car la repousse commençait à se voir. Sur la photo, je vous le montre après une semaine. Je ne pense toutefois pas que ce soit bien de l’avoir sur ses ongles non-stop, il faut faire des pauses et bien réhydrater, mais ça m’ouvre des perspectives pour le vernis des pieds en été ou pour des évènements un peu exceptionnels… La pose peut se faire chez Manucurist directement et coûte 35 euros mais on peut aussi investir pour le faire soi-même. 

mercredi 5 février 2020

savon pour l'oreille gauche


En 2020, on ne dit plus savon, on dit savon solide corps 😉. comme ça on le distingue bien du savon solide cheveux ou du savon solide visage, mais j’aurais bien envie de savoir si la compo du savon solide corps est très différente de celle du savon solide visage (parce que je suis méchante en vrai…).

dimanche 2 février 2020

Est-ce qu’on aime Aime ?


C’est la marque un peu énervante du moment, faite par la fille énervante du moment (belle, intelligente, qui réussit tout ce qu’elle entreprend, des tonnes de followers, bureau dans le Marais) donc, a priori, on se méfie car on n’est pas née de la dernière pluie et on attend que le buzz passe pour voir si ça résiste. Le produit a atterri dans ma salle de bains et comme la compo avait l’air vraiment bien, n’écoutant que mon courage et pas mon agacement, j’ai testé. Et oui, ça m’arrache un doigt de vous le dire, mais l’engouement est mérité. Au delà du look parfaitement dans son époque des produits, ma peau adore cette crème visage. The Simple Cream, comme son nom l’indique, hydrate mais le fait bien, avec des actifs efficaces (acide hyaluronique, pré et probiotiques, bakuchiol) et n’est ni trop légère ni trop grasse, juste bien équilibrée et pénètre vite. Le tout pour 35 €, pas si cher pour un produit de cette qualité, à 99 % d’origine naturelle. Pas de parfum, elle a l’odeur de ses ingrédients donc assez neutre. Le concept de la marque, c’est d’associer des soins (pas compliqués et peu nombreux) et des compléments alimentaires. Pour la petite histoire, la créatrice -bien que sublime- a souffert de rosacée et ne s’en est sortie que grâce à un traitement de l’intérieur, d’où l’idée très actuelle d’associer soins et nutrition. Tous les compléments alimentaires sont validés par Valérie Espinasse, pharmacienne et micronutritionniste, ce qui est plutôt rassurant. Bref, on valide…

mercredi 29 janvier 2020

J’ai une cicatrice qui fait une petite boule…

… C’est derrière l’oreille où je me suis fait faire un piercing et j’ai l’impression que ça ne passe pas. 
En fait, ma fille a eu exactement la même chose il y a quelques années, c’est un problème fréquent de cicatrisation, ça s’appelle une cicatrice chéloïde. La petite boule est bien dure et peut même grossir. Bon, pas de panique mais il faut agir sans tarder et le mieux c’est de prendre un rendez-vous chez le dermatologue. Celui-ci pourra décider d’injecter un peu de cortisone pour stopper le phénomène. Bref, il faut s'en occuper. Bon à savoir, les peaux noires et métissées sont très sujettes à ce genre de problème, mieux vaut réfléchir à deux fois avant le piercing à la mode. 

dimanche 26 janvier 2020

le bakuchiol, on s’y met ?


C’est l’ingrédient prometteur du moment, il ne faudrait pas passer à côté… tout le monde (enfin tout le monde de la cosméto, hein !) en parle parce que c’est, paraît-il, aussi efficace que le rétinol, les effets secondaires en moins. Le rétinol, est mal supporté par les épidermes les plus sensibles alors que le bakuchiol si. Il est souvent associé à d’autres molécules anti-âge. Ici, chez Bybi, on l’a couplé au squalane végétal, ingrédient très proche de la composition du sébum et donc absolument génial pour les peaux bien sèches. La mienne est trop mixte pour apprécier mais l’essai sur une copine qui a une peau sèche lambda avec ridules et tout, a été très fructueux (le produit coûte 16 €). Le bakuchiol est extrait d’une plante et, comme le rétinol, il « force » la peau à se renouveler plus vite sans pour autant l’exfolier et à produire davantage de collagène. Il est très efficace, semble-t-il aussi sur les imperfections. On peut l’utiliser matin et soir car, contrairement au rétinol, il ne rend pas la peau plus sensible au soleil. 

mercredi 22 janvier 2020

J’ai testé la ceinture Slendertone…


… Et vous voudriez que je vous dise que j’ai perdu 10 cm de tour de taille. Bon, calmez-vous, pour l’instant je ne l’ai fait que trois fois et je vais essayer de m’y astreindre 5 fois par semaine (ce qui est préconisé) pendant 6 semaines. Le principe ? C’est de l’électrostimulation musculaire. Premières impressions : j’ai été étonnée par la facilité de mise en place du truc, le boîtier qui sert à faire marcher la ceinture se recharge sur une prise usb. Ensuite, ben, il suffit d’appuyer sur le bouton.. Je l’ai fait en étant avachie sur le canapé mais on peut aussi l’utiliser en faisant du sport ou en marchant (pour celles qui sont vraiment motivées). J’ai poussé le niveau assez fort, histoire de mettre toutes les chances de mon côté, c’est pas désagréable mais on sent bien les contractions et j’avais des mini courbatures ce matin. Le seul moment désagréable, c’est quand on installe la ceinture et ses patchs gélifiés sur la peau : c’est tout froid. Mais c’est une histoire de deux secondes. Après on serre bien le tout et roule ma poule ! Je suis quand même assez motivée car je fais habituellement de la marche et du yoga ainsi que des séances d’abdos MAIS, j’ai régulièrement mal aux lombaires parce que je n’ai pas assez d’abdos et ça me fait mal aux lombaires d’en faire. Bref, le cercle vicieux usuel… Du coup, l’électrostimulation pourrait être un début de solution. La ceinture est vendue avec un carnet pour bien noter ses progrès et ses séances, ça aide à l’assiduité ! Pour savoir si ça vaut le coup de dépenser 175 €, rendez-vous dans 6 semaines…

dimanche 19 janvier 2020

Forever Skin Correct, Dior


J’adore le concept de ce produit : c’est un correcteur qui peut faire office de fond de teint et vice versa. Il sert à tout et son format hybride (évidemment on ne voit pas bien l’échelle avec ma photo pourrie !) encourage le geste. Il ne prend pas plus de place qu’un gros rouge à lèvres et peut s’emporter partout. En gros, c’est le genre de formule qui te dit « détends-toi, fais tout ça à l’instinct et planque ce qu’il y a planquer -cernes, imperfections- sans prise de tête ». La texture est plus onctueuse qu’un fond de teint classique, elle est couvrante mais se fond bien à la peau sans marquer les ridules. L’applicateur mousse est très large pour déposer facilement les touches un peu partout sur le visage. On peut ainsi se faire un teint service minimum comme un teint sophistiqué. Le choix des teintes est vertigineux (30 dans les points de vente bien équipés), il faut vraiment, j’insiste, demander de l’aide à une conseillère pour choisir la bonne. Par exemple, assez claire pour faire à la fois les cernes et le teint. Il coûte 35 euros environ.

mercredi 15 janvier 2020

Le parfum naturel ou bio, ça existe ?

Mais oui ! Bien sûr que ça existe et ça va même devenir de plus en plus courant dans les années à venir. Cela dit, le parfum naturel, c’est plus difficile à concevoir que le parfum conventionnel. La palette de matières premières est très réduite et on ne peut pas mettre d’ingrédients qui assurent la durée dans le temps. Les formules sont donc fragiles. Il y a des marques historiques vendues chez Mademoiselle Bio comme Honoré des Prés, et pas mal d’eaux légères (pas toujours super sexy, il faut quand même le dire). Je suis, pour ma part, une fan absolue de Huygens qui fait des senteurs sublimes dans des flacons sublimes aussi, les prix sont chers mais ça vaut le coup d’économiser pour acheter le produit et pour l’utiliser avec parcimonie ensuite… Atelier Cologne a une charte de fabrication très stricte aussi. Et il faut aller sniffer les compositions du Couvent des Minimes, tout comme Durance, Pur Eden et 100 Bon. Et puis d’autres univers à découvrir : Aimée de Mars, Ph fragrances… Bref, ça bouge !

dimanche 12 janvier 2020

Des pinceaux, ça faisait longtemps...


Les pinceaux de maquillage chez moi, c’est comme les pulls en cachemire, je les collectionne. Je ne sais pas pourquoi je m’en goinfre autant, peut-être parce que c’est de la douceur -j’en ai teeeeeellement besoin- ou alors c’est parce que quand j’étais jeune adulte et sans le sou, ces trucs-là étaient hyper chers ? Entre-temps, le cachemire est devenu (un peu) moins cher, les pinceaux aussi et je gagne plus de sous donc, dès que je vois l’un ou l’autre je craque, persuadée de faire une bonne affaire et persuadée sans doute qu’il faut stocker pour quand les jours seraient/seront plus durs, la compulsion me gagne… Voilà ma dernière cargaison : beaux et pas chers, super efficaces. Créés par deux sœurs maquilleuses Sam et Nic Chapman, ultra-célèbres (si vous ne connaissez pas c’est que vous êtes peut-être aussi vieille que moi) qui ont une chaîne YT (Pixiwoo), la marque s’appelle Real Techniques. Les orangés sont pour le teint, les roses pour le blush et les violets pour les yeux. Il y a toutes les tailles et toutes les formes. Une petite idée des prix : le blush Brush 1407 est à 12,99 € et le Expert Face Brush 1411 est  à 14,99 €. Tout ça se vend chez Monop.

mercredi 8 janvier 2020

bio chic ou bio social ?

Dans le monde du cométique bio il y a deux camps qui se distinguent nettement maintenant, celui du bio chic (et cher donc) et celui du bio a tendance plus social et éthique. C’est quelque chose qui m’a surtout frappée après avoir lu pas mal d’articles sur Tata Harper. Son story telling est très au point, c’est l’américaine à la mode Ralph Lauren avec photo d’enfants blondinets et ferme Nouvelle Angleterre adorable, comme si elle faisait fabriquer ses produits à cet endroit...  On peut trouver ça agaçant mais il y a plein de gens à qui ça parle. Les produits sont plutôt bien mais horriblement chers et vendus dans des points de vente ultra-sélectifs. Et de l’autre côté, on a le bio social et éthique, façon Lea Nature, groupe totalement investi dans une démarche globale dont les produits ne sont pas chers et vendus en grandes surfaces. Les seconds n’incarnent pas leurs produits, ils présentent leur travail collectif à la différence de Tata Harper qui est sa marque (le collectif existe bien sûr mais il est gommé). Pour moi, les démarches sont un peu similaires à celles qui poussent à s’alimenter en bio. Certains le font égoïstement pour leur santé tandis que d’autres le font pour eux et pour la planète. J’avoue que j’ai du mal à concevoir le bio comme projet individuel et plus encore ici et maintenant au vu de l’état de la planète. Et je me demande s’il y a vraiment une place pour ces deux aspects du marché. Le bio est-il totalement soluble dans le capitalisme ou bien attend-on de lui qu’il propose justement un autre modèle ? A ce sujet, et sans qu’il s’agisse uniquement de produits bio, on ne peut que saluer la démarche du groupe Rocher (Yves Rocher, Petit Bateau) qui devient une société à mission, en référence à la loi Pacte 2019, avec des objectifs sociaux et environnementaux dans ses statuts.