mercredi 12 décembre 2018

Le makeup Flash Nude Filorga, tu en penses quoi ?


Comme j’adore la marque j’ai tout testé et même fini la poudre depuis longtemps (les produits sont sortis il y a six mois). J’ai adoré la poudre compacte, absolument parfaite pour mon type de peau -mixte mais mature- . Elle est blanche mais transparente une fois appliquée et elle matifie sans plâtrer avec un effet naturel qui floute un peu les défauts. Aussi bien que la référence en la matière, celle de Make Up For Ever (qui est exactement au même prix, tiens tiens…). Le fluide teinté « Effet peau nue zéro défaut » est pas mal aussi mais il y en a plein d’autres sur le marché déjà. Tous les fonds de teints transparents et fluides sortis ces derniers mois sont dans la même veine. Les produits sont quand même assez chers (37 euros chaque) mais la marque revendique des actifs identiques à ceux des soins, ce qui ravira les fans de Filorga (donc moi par exemple). Le Fluide de teint est dispo en trois couleurs et s’applique très facilement, aux doigts instinctivement, difficile de se louper… En tout cas, la grosse bataille du makeup en pharmacie ne fait que commencer, Galénic est sur les rangs avec pas de produits top et moins chers…

dimanche 9 décembre 2018

Les produits coiffants : de l’alcool, trop et tout le temps

Rien à faire, à chaque fois que je reçois un nouveau produit coiffant je me précipite, pleine d’espoir, sur la compo et déception, l’alcool est quasiment toujours un des premiers ingrédients. Quel que soit le type de produit, gel, lotion, spray : ça ne change pas. Peu importe que le produit soit efficace ou pas, le fait qu’il soit bourré d’alcool est un gros frein pour moi. Ca sensibilise les longueurs et les dessèche à la longue, rien de vraiment formidable pour les cheveux. Bien sûr, je ne parle pas des lotions anti-chute qui, elles, doivent souvent être alcoolisées pour faire pénétrer les actifs dans le cuir chevelu et qu’on n’applique pas, de toute façon, sur les longueurs. Le pire, vu récemment, c’est un accélérateur de séchage. Il te promet de réduire le temps de sèche-cheveux pour protéger la fibre, sauf que pour cela, tu vaporises une tonne d’alcool dessus qui la sensibilise, cercle vicieux… Et le comble, histoire de vous achever, c’est que la plupart de ces produits, bien qu’alcoolisés, « salissent » le cheveu en y laissant des résidus et nécessitent de faire davantage de shampooings.  

mercredi 5 décembre 2018

Le luxe, le vrai


Voilà, c’est arrivé. Au fil des années, les beauty addicts se sont détournées des marques luxueuses classiques en vente dans les parfumeries. Trop d’emballages cartonnés et plastifiés pour emballer des formules pas si intéressantes finalement ? Le recours systématique aux égéries sur-payées dont on sait bien qu’elles ont une belle peau car elles ont la vie qui va avec (pas de problèmes de sous, une bonne alimentation, de la gym et des dermatos compétents, ça fait déjà pas mal de bons points). D’ailleurs, on n’arrive même plus à suivre pour qui elles bossent. Bref, pour nous vendre du rêve, c’est ailleurs que ça se passe, pour les filles que je connais par exemple c'est sur des sites comme Bazar-bio et sa sélection nickel ou Oh My Cream où tout fait envie, y compris et surtout la ligne de produits du site, formules impec, pas trop chers et, cerise sur le gâteau, joli look pour avoir envie de les exposer dans sa salle de bains. En tout cas, il y a un signe qui ne trompe pas c’est que tout le monde veut me les piquer !

dimanche 2 décembre 2018

Les réponses à vos questions concernant les allergies à la colo

Sujet d'actu hein... Suite à la vidéo d'une jeune femme qui a fait une réaction allergique d'une exceptionnelle gravité après une coloration

C est quoi la marque ?
Je ne sais pas, mais on s'en fout un peu car on retrouve l’ingrédient allergisant dans toutes les colorations permanentes.
Pourquoi la substance allergisante n'est-elle pas interdite ?
Parce que pour faire tenir la couleur, cet ingrédient, le paraphénylènediamine (ou PPD) est indispensable. C est la raison pour laquelle les colos végétales sont moins efficaces. 
Est-ce que le test d'allergie est efficace ?
Oui et non. Si on est au contact de l’allergène pour la première fois, normalement on ne peut pas être allergique car on n'a pas développé d'anticorps. Du coup, on peut faire le test et avoir quand même une grosse allergie deux jours plus tard. De plus, on peut ne pas être allergique pendant 15 ans et le devenir brusquement (comme moi il y a 5 ans avec les chats, alors que j'en ai toujours eu #dramedemavie)
Est-ce qu'il y a une différence entre une colo de supermarché et une colo achetée en pharmacie ?
S'il s'agit d'une colo permanente et pas d'une teinture végétale, aucune différence ou presque entre les marques concernant cet ingrédient. 
Est-ce que cet ingrédient est présent dans d'autres cosmétiques ?
Non car il est interdit, en revanche on peut le trouver dans des hennés noirs qu'on se fait tatouer vite fait sur les plages... 
Est-ce que ça peut arriver chez le coiffeur ?
Oui et ça arrive souvent au coiffeur lui-même qui est obligé de changer de métier...


Bref, si vous avez peur de faire une allergie ou si cela vous gratte souvent après une coloration, n’hésitez pas à essayer les colorations végétales qui n’en contiennent pas.

mercredi 28 novembre 2018

Les calendriers de l’avent beauté ne font pas grossir…














Et tout le monde se fout de l’idée de les offrir début décembre pour le compte à rebours jusqu’à Noël, il y en a plein sous les sapins, de quoi se faire plaisir tout le mois de janvier. D’année en année, il y a de plus en plus de modèles et toutes les filles ou presque craquent (certaines que je connais gardent les petits emballages pour les réapprovisionner elles-mêmes !). Moi j’étais plutôt sceptique mais c’est sans doute normal, je suis bien trop gâtée pour apprécier ces mini-formats de tout. Néanmoins, mon préféré est le plus cher de chez The Body Shop, d’abord parce que le dessin de la boîte me fait craquer (ouais j’adore les renards ET les lapins, ce n’est pas incompatible) mais surtout parce qu’il est très généreux. Il est vendu 120 euros mais contient 273 euros de produits. Seul souci, il pèse une tonne, le rapporter à bout de bras peut vous déclencher une jolie tendinite de Noël mais faut savoir ce qu’on veut…

dimanche 25 novembre 2018

Les produits qui font peur…

Ils restent au fond du tiroir attendant leur tour qui ne vient… jamais. Moi ce sont les sérums qui font pousser les cils, je n’y peux rien, j’ai la trouille. Pourtant, je me mets du mascara tous les jours, bien à la racine et parfois même dans l’oeil quand je ne suis pas bien réveillée. Heureusement, il n’y a pas beaucoup d’autres produits qui me font peur, c’est quand même mon métier de tester #reporterdeguerre. Mais vous, je suis sûre qu’il y a plein de produits qui vous foutent la trouille. Je parie que ce sont les peelings (quand la copine à qui tu l’as filé te redemande pour la 4 ème fois le mode d’emploi !) jamais assez bien expliqués sur les notices (qu’il est nécessaire de lire, dois-je le rappeler ?). Et ne parlons pas des peelings pour les pieds qui, en promettant de faire partir la peau en lambeaux en effraient plus d’une ! Grosses interrogations aussi pendant longtemps sur les sérums à mettre avant la crème (avec des questions fun du genre « combien de temps avant ? » ben, chais pas, deux jours avant ;-) Idem pour tous les produits pigmentés chargés de redonner un coup de frais à la couleur des cheveux. Tout le monde a la trouille de les utiliser alors qu’ils ne sont pas si efficaces que ça ! 

mercredi 21 novembre 2018

Est-ce que la Chine fait rêver ?


Pas sûr… voilà pourquoi je ne parierais pas sur Cha-Ling, marque ultra-luxueuse (vendue au Bon Marché…) qui utilise des principes actifs issus de la pharmacopée Chinoise dont le précieux thé Pu’er et tout l’imaginaire qui va avec. D’ailleurs, j’ai mis un certain temps avant de les tester, même si je trouvais les packs très beaux. Difficile de faire rimer -actuellement- la Chine avec beauté. Les images qui nous viennent le plus rapidement sont celles de villes tentaculaires, de ciels pollués, d’usines, même si cela ne correspond pas forcément à la réalité. Cette Chine traditionnelle et raffinée que Cha-Ling laisse imaginer est plutôt pour nous dans le passé. Pourtant, les produits sont absolument parfaits avec des textures superbes, des packs à tomber et des compositions plutôt clean. Le tout est issu des labos LVMH (Sephora, Dior, Givenchy, Guerlain etc) donc pas les derniers nés sur le front de la cosméto. Mon produit préféré dans la gamme, c’est « Sérum Infusion », un sérum presque comme une huile toute fine mais vite absorbé par la peau qui n’est plus du tout grasse au bout de 5 minutes (et sans l’aide de silicones comme souvent). Il coûte 150 euros, une blinde donc, mais fait un bon boulot sur la peau et dure très très longtemps : j’en mets tous les soirs depuis quatre mois et je ne suis même pas au quart du flacon. Il me sert de soin de nuit et hydrate très bien la peau, inutile de mettre un autre soin ensuite.

dimanche 18 novembre 2018

Blush Minimalist Whipped Powder, Shiseido


Je vous présente mon nouvel ami : le blush crème Shiseido. Et même crème fouettée ou mousse de blush tant la consistance est aérienne. Il en faut une micro-goutte pour maquiller la joue, il va me durer deux ans je pense. J’adore le résultat, ultra naturel, qui se fond parfaitement à la peau. Comme tous les blushs crème, on le pose après la crème hydratante ou le fond de teint et avant l’éventuelle poudre. Selon moi, côté couleur, il n’y en a qu’une qui vaille le coup pour les peaux claires, c’est Sonoya (01), les autres sont trop roses ou trop orangées et c’est moins joli. Celle-ci est un subtil équilibre entre rose et corail, à peine irisé. Plus de choix côté couleur pour les peaux foncées. Attention, il faut vraiment avoir la main légère, mais de toute façon, s’il n’y en a pas assez, on peut toujours en rajouter, la texture est facilement modulable. la marque conseille de l’appliquer éventuellement au pinceau, j’ai essayé mais ça ne m’a pas convaincue. Je préfère y aller avec le bout du doigt et tapoter ensuite la joue, on prélève forcément moins de produit avec cette technique. Il coûte entre 30 et 40 euros selon les sites, cher mais très rentable à la longue. 

mercredi 14 novembre 2018

Decléor passe au bio

Et c’est peut-être le début d’une longue série de changements de cap des marques qui misent sur les plantes. Car Decléor, c’est depuis son origine le spécialiste des huiles essentielles, et c’est vrai que ça paraît étrange aujourd’hui de travailler sur les huiles essentielles sans qu’elles soient bio (c’est peut-être con mais dans la même idée, cela fait des années que je ne peux plus boire de tisane ou de thé non bio, ça me paraît aberrant d’ingurgiter du jus de pesticides). La gamme s’appelle Harmonie Calm et elle est dédiée aux peaux sensibles et certifiée bio, ce qui ne change rien, c’est ça qui est bien. Les textures sont toujours aussi bien travaillées et les odeurs de plantes divines (pour qui aime car avec cette marque c’est un peu tout ou rien). 

dimanche 11 novembre 2018

Bon alors, les applis beauté, tu en penses quoi ?

Yuka, QuelCosmetic, Clean Beauty… Enorme débat depuis cet été avec mes copines et mes collègues entre celles qui sont carrément pour et d’autres qui crient à l’arnaque. En résumé, celles qui sont « pour » sont les novices de la beauté (souvent les mêmes qui rechignaient à utiliser des cosmétiques bio), pas des consommatrices pointues et, jusque là, pas regardantes sur la compo mais qui ont commencé à flipper avec les histoires de perturbateurs endocriniens et autres. Les « contre » sont souvent des pro de la beauté, effarées qu’on dise oui ou non à un produit sans y mettre davantage de nuance. Voici donc le moment de vous livrer mon avis et ce n’est pas simple. En vrai, je suis un peu « pour » les applis et beaucoup « contre ». Le « pour » c’est que ça secoue le cocotier de toutes ces marques qui s’endormaient sur leurs compos ou mettaient beaucoup de temps à reformuler, ça met le doigt sur des formules pas géniales (genre on s’attend à ce qu’un lait corps à 2 euros soit moyen mais quand on découvre que la formule à 25 euros est quasi identique, c’est troublant). Le bon point c’est aussi que les applis s’améliorent sans cesse car au début, c’était truffé d’erreurs monumentales.
Maintenant, passons au « contre » : déjà certaines applis fonctionnent en open-source et ce sont les utilisateurs qui entrent les codes-barres. Une hérésie, certains codes barres ne correspondent pas à la compo actuelle du produit car elle n’est pas destinée à ça à la base, mais au référencement. On met donc des notes à des formules qui n’existent plus. Quand les marques découvrent ça et demandent une rectification, les applis disent « oui mais dans six mois car on est débordés » ! Ensuite on met plein de choses sur le même plan : des graves comme les perturbateurs endocriniens potentiels (et là on marche sur des oeufs car il y a aussi des ingrédients naturels qui sont perturbateurs endocriniens) comme des moins graves, avec la possibilité d’irritation (bon, c’est un exemple mais un produit aux acides de fruits c’est forcément irritant si on l’utilise trop souvent mais en même temps il n’y a pas mieux pour lisser la peau). On ne fait pas assez le distinguo sur les publics auxquels ça s’adresse, si le produit est rincé ou non. Certaines rejettent l’ingrédient dès lors qu’une publication l’a considérée comme « à risque ». Tant pis si le protocole de l’étude n’est pas sérieux et n’a servi qu’à faire du buzz. D’autres applis, heureusement, ne s’appuient que sur des avis scientifiques validés. On nie aussi le travail de formulation (qui est un vrai métier validé par des diplômes…), le rapport des ingrédients les uns par rapport aux autres ou la dose utilisée. Exemple perso : je n’utiliserai jamais un sérum qui contient des silicones en haut de sa liste INCI. Pourquoi ? Parce que c’est un soin et que les silicones ne servent à rien dans un soin, elles apportent un toucher velouté mais, selon moi, font obstacle aux autres ingrédients dans la formule. En revanche, dans mon maquillage pour le teint, les silicones, c’est top, c’est ce qui rend aujourd’hui les fonds de teint si légers et je n’ai pas envie de m’en passer totalement. Par ailleurs, si on veut totalement éviter tout ingrédient controversé, pourquoi ne pas choisir des cosmétiques bio ? C’est bien plus facile qu’une appli ! C’est ultra-contrôlé et ce n’est même pas plus cher. Avec les applis, on a aussi l’impression que les cosmétiques classiques sont bourrés de cochonneries. Ce n’est pas le cas, la législation européenne est la plus stricte au monde sur la question. Il y a des batteries de tests pour savoir si on autorise tel ou tel ingrédient et dans quel type de formules. Ensuite, il y a aussi des cas problématiques : les filtres solaires, ce n’est bon ni pour l’homme ni pour la planète. Est-ce qu’on dit aux gens d’arrêter de se protéger alors que les cancers de la peau sont en augmentation constante depuis 50 ans (et qu’on sait que dire aux gens de ne pas se mettre au soleil ne fonctionne pas) ? Et puis comment on choisit quand une appli donne le feu vert à un produit tandis qu’une autre appli le met au contraire en rouge ? En conclusion, le gros problème pour moi mais c’est aussi le reflet de notre époque, c’est de vouloir tout résumer à un pouce levé ou un pouce abaissé. Tout n’est pas blanc ou noir, il y a plein  nuances de gris (ouarf !). Raison pour laquelle je vous assomme avec mes post de deux kilomètres ! Mais n’hésitez pas à commenter, le débat est ouvert et je suis prête à entendre tous les arguments…

mercredi 7 novembre 2018

Mascaras : le sexe les inspire


Qu’est ce qu’ils ont tous à surfer sur l’imaginaire du sexe pour vendre des mascaras ? Après Better than sex de Too Faced voilà Climax de Nars (orgasme en anglais). En même temps chez Nars, on avait déjà Orgasm pour le blush, donc…Enfin, on a beau dire que la taille ne compte pas, un mascara c’est quand même riquiqui. Je m’égare. Climax de Nars est-il à la hauteur ? Ben, désolée mais avec un nom comme ça, si prometteur, on attend forcément un effet waouuuu. Alors qu’en fait oui, c’est un très bon mascara, très équilibré, bien volumateur mais pas non plus révolutionnaire. La brosse est dodue et la formule ne fait pas de paquets, son gros avantage étant de ne pas cartonner les cils qui restent doux et aérés. Mais, le souci quand on promet Rocco Siffredi c’est qu’il ne faut pas envoyer son arrière-cousin par alliance, sinon y a déception. Donc oui c’est un bon produit mais « Climax » on va peut-être se calmer, hein (et il coûte 25 euros). 

dimanche 4 novembre 2018

gestion de la miniature


C’est le problème des bagages du week-end, pas le problème en partant mais le problème en revenant. Des miniatures, j’en ai plein. Mais alors des wagons. Parce qu’on m’en envoie, parce que je ne résiste pas quand je suis dans un hôtel de luxe à prendre celles qu’on m’offre quand les marques sont top. Bref, pas de souci d’approvisionnement. Le souci, c’est plutôt le stockage (ça fait du monde dans la trousse de toilette) et le méga souci, c’est la miniature entamée. Celle que tu as utilisé trois jours et dont tu sais qu’elle ne pourra pas faire trois jours de plus mais que tu ranges quand même dans la trousse de toilette, car on ne sait jamais, quand tu partiras une seule nuit, elle te servira (entre-temps tu auras oublié évidemment). Je voudrais bien m’obliger à les finir en rentrant mais comme tout le monde j’imagine, je range directement la trousse sans l’ouvrir. J’ai juste réussi à faire un truc intelligent, c’est remplir à chaque fois mon mini-flacon d’eau démaquillante et n’en avoir donc plus qu’un seul, rechargeable. Je remarque aussi que je galère toujours un peu pour l’après-shampooing; il y en a peu en petits formats. Et au fait, pourquoi est-ce qu’il n’y a quasiment jamais de tubes de dentifrice offerts dans les hôtels ? C’est le seul produit dont on ne peut vraiment pas se passer et qu’on oublie à tous les coups !

mercredi 31 octobre 2018

Peau mature ? Mais c’est qui ?

En tout cas, moi, je ne m’y reconnais pas… Et pourtant j’ai bientôt 55 ans (je m’habitue à le dire pour m’habituer à le penser) donc, normalement, logiquement, incontestablement, j’en fais partie, des peaux matures. Et je vous assure que les formules pour peaux matures me paraissent davantage destinées à ma mère (81 ans) qu’à moi. Il faut dire que j’avais la peau mixte et là, avec les hormones qui se font la malle, elle a tendance à devenir normale #tropcool. Je ne sais pas si ça va durer mais pour l’instant, c’est tout bénef et je privilégie des textures hydratantes certes, mais légères et même uniquement des sérums quand il fait chaud. Donc, à moins que votre peau ne montre des signes de changement manifeste, ne vous précipitez pas sur les crèmes peaux matures à 50 ans. Typiquement, dès que je vois « peau mature » sur un pack, j’imagine aussitôt une formule bien épaisse et brillante, destinée à nourrir les peaux ultra-sèches. Mais on en reparle dans six mois…  

dimanche 28 octobre 2018

Crème L’originale, Bioregena


Voilà quelques jours déjà que je suis tombée dans ce pot de crème à tout faire, conseillée pour le visage comme pour le corps. C’est sur le corps que je la préfère car elle est moelleuse, vite absorbée pour du bio (léger savonnage mais vraiment à peine quelques secondes) et très équilibrée dans sa composition. Elle hydrate super bien mais sans poisser la peau non plus (il y en a comme ça que tu sens sur ta peau tout au long de la journée coller à ton jean !). Et surtout, elle ne contient pas de parfum donc ne sent rien, à part l’odeur très légère de ses ingrédients. Et dans ce monde sursaturé d’odeur en tous genres, ça fait un bien fou ce repos des narines… Elle coûte 16,90 € le pot de 180 ml. Dans le même genre, j’ai bien aimé aussi la crème hydratante des familles de So Bio’Etic, même gamme de prix (10 € pour 100 ml) mais son odeur, malgré l’absence de parfum de synthèse est plus forte (on peut ne pas aimer). Ces crèmes peuvent s’utiliser aussi sur le visage pour celles qui ont la peau sèche. Pour les peaux mixtes, je ne suis pas sûre qu’elles soient assez mates…

mercredi 24 octobre 2018

Argument marketing le plus stupide de l’année : the winner is…

Oui, je sais ce n’est pas encore l’heure des bilans mais là, j’ai envie de décerner un Award spécial, ça mérite ! Donc, il s’agit de compléments alimentaires anti-âge développés par et pour des mannequins, et ce, pour la première fois (et la dernière on espère). Fallait déjà y penser ! Développé PAR des mannequins : sachant que la moyenne d’âge sur les podiums doit être de 17 ans, on imagine aisément les longues études scientifiques qu’elles ont eu le temps de faire. J’en vois déjà qui disent que j’abuse de la critique… Mais je n’aurais pas critiqué si les produits avaient été développé par d’anciens mannequins, non là, on parle de mannequins en « exercice ». Enfin, développé POUR des mannequins : ok mais dans quel but ? Pour les rendre encore plus belles que nous ? c’est dégueulasse ! Bref. Je note que malgré tout cet argumentaire alléchant, la marque doit avoir du mal à se vendre car j’ai reçu un mail tous les deux jours pendant un mois pour me demander si j’avais l’intention de parler de ce produit génial… 

dimanche 21 octobre 2018

La Cologne Intense, Parfums Huygens


Partager mon nouveau crush ? J’y consens à peine mais bon, la marque est confidentielle, on ne sera sûrement pas des milliers à la porter… (ouf !) Alors, oui c’est une Cologne, on ne se refait pas, mais avec un supplément aromatique très sympa. En gros, on y trouve, en plus des agrumes, des notes de basilic et de coriandre, un soupçon de lavande et de sauge et un absolu de jasmin en coeur pour finir par un chouia de patchouli, fève tonka et vanille. Mais peut-être que cela ne vous parle pas trop… C’est une cologne intense (ou un parfum léger, ça me rappelle l’histoire d’Obélix dans Astérix en Corse qui dit « ah, vous avez des sangliers domestiques ?» Et le Corse répond « non ce sont des cochons sauvages » cité de mémoire donc pas archi-sûre que ce soit ça mais vous voyez l’idée !), le coeur jasminé-patchoulisé tient sur la peau et c’est ça qui rend le produit particulièrement addictif. Je craque aussi pour le flacon, beau et sobre (tout moi, hein). Last but not least : la compo est à 98,9 % naturelle, c’est encore mieux. Pas de phtalates, de colorants ou de filtres UV. Le prix est à la hauteur hélas, 98 euros les 100 ml

mercredi 17 octobre 2018

Rouge Allure Liquid Powder, Chanel


Ben voilà, il suffisait de demander et Chanel l’a fait : un rouge à lèvres mat mais pas trop dense qui laisse juste de la couleur sans sécher. L’effet obtenu est flouté et on peut en rajouter pour intensifier si besoin. Sa texture, assez crémeuse, est plus proche du baume à lèvres que du rouge, d’ailleurs elle est présentée dans un flacon et on l’applique avec un embout mousse. C’est très confortable et ça pourrait satisfaire toutes les envies de mat de l’hiver, enfin déjà les miennes car je ne le quitte plus. Il coûte 36 €

dimanche 14 octobre 2018

Le déodorant fraîcheur, La Provençale


Je précise tout de suite pour celles qui crieraient à l’opportunisme d’un grand groupe, que L’Oréal n’est pas nouveau sur le marché du bio puisque la marque possède déjà Sanoflore et 
lance régulièrement des formules bio chez Mixa. N’empêche… Avec des produits qui s’appellent La Provençale et du bio, on surfe bien sur toutes les tendances qui se vendent en ce moment (mais après tout, pourquoi pas). Alors, ça donne quoi ? Et bien c’est plutôt pas mal, comme ce déo bille pratique, frais, efficace et mini-prix. La gamme comporte aussi bien des soins corps (gels douche, huiles, savon) que visage avec des crèmes hydratantes et anti-âge. On voit bien que le but est d’occuper le terrain laissé encore assez ouvert en grandes surfaces puisque ni Nivéa ni Unilever, les deux autres mastodontes ne s’y sont intéressés. Dans les formules, des ingrédients rassurants comme l’huile d’olive Provençale et des prix riquiqui (de 5 à 15 euros grosso modo) qui donneront sans doute envie à pas mal de femmes d’essayer ou de ré-essayer le bio. Après test, je trouve les produits plutôt bien faits, ils sentent bon, les textures sont top. La démarche de L’Oréal paraît très vertueuse mais alors pourquoi, par ailleurs, lancer plus ou moins au même moment une gamme -St Gervais- sur le marché de la dermo-cosmétique, blindée de silicones dont le fameux cyclopentasiloxane dont tout le monde cherche actuellement à se passer ? 

mercredi 10 octobre 2018

Cabines UV dangereuses : rien de nouveau (sous le soleil…)

Ben oui, c’est dingue ça, l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) vient de pondre un rapport pour dire que oui les cabines UV sont dangereuses et sont à l’origine de mélanomes et qu’il faudrait les interdire. Sauf qu’elle l’a déjà dit en 2014 et qu’on le savait bien avant (de façon sûre depuis 2009) mais qu’on a laissé en place les instituts spécialisés, histoire de ne pas mettre les gens qui y travaillent au chômage (tant pis si à cause de ça on dépense plein de sous pour essayer de soigner les cancers en question). Voilà : avant on était sûr, maintenant on est sûr-sûr, peut-être faut-il attendre d’être sûr-sûr-sûr pour les interdire ? Les dermatos ont déjà (re)demandé en 2015 qu'elles soient interdites, l’académie de médecine aussi et même les sénateurs ! Le gouvernement traîne… Et cerise sur le gâteau, bon nombre de ces cabines ne répondent pas aux normes de sécurité, ne sont pas manipulées par du personnel formé et ne demandent pas forcément eux clients la preuve qu’ils ont plus de 18 ans, toutes choses pourtant inscrites dans la réglementation…    

dimanche 7 octobre 2018

Encre de peau All Hours Foundation Stick, Yves Saint Laurent


C’était cet été, on se préparait mes copines et moi pour la soirée d’anniversaire de l’une d’entre nous. Elles ont fait irruption dans ma chambre : elles adorent regarder en détail ce que j’apporte comme maquillage, persuadées que je cache des trésors que je ne leur donnerai jamais (elles ont raison ;-) Bref… Et là elles m’ont demandé de les maquiller, ce que j’ai accepté de bonne grâce (vocation refoulée de makeup artist) mais on n’avait pas beaucoup de temps et je n’avais pas non plus une valise de makeup avec moi. J’ai donc travaillé surtout leur teint en deux coups de fond de teint en stick (c’était celui de Bobbi Brown) et de blush crème. Je me tue à le répéter, mais si on ne travaille pas son teint après 50 ans, se maquiller les yeux et la bouche ne sert à rien (j’insiste, la fraîcheur du teint ça se travaille). Et là, les trois ont complètement flashé sur le fond de teint en stick : « c’est carrément génial, pourquoi tu ne nous en as jamais parlé ? », « c’est hyper facile à étaler », « c’est vachement naturel, j’adore », « on dirait qu’il n’y a rien sur la peau et pourtant c’est mieux »… Un catalogue de verbatim à faire pâlir une armée de publicitaires. Bien sûr, j’en avais déjà parlé au moins vingt fois mais je n’avais jamais « montré ». Donc, je redis : le stick, c’est comme du fond de teint compact mais plus facile à appliquer et un peu plus mou. On trace un trait sur le front, un sur le nez, un sur chaque joue, un sur le menton, puis on passe ses doigts dessus en étirant vers l’extérieur et c’est tout. Donc, pour mes copines -et les autres-, voici celui de Yves Saint Laurent, petit, pratique, très cher (45 euros), très facile à appliquer avec les doigts. La formule siliconée fait que ça glisse bien sur la peau et que le résultat reste mat une fois que les huiles volatiles se sont évaporées. Avis aux oiseaux de nuit, il est waterproof et tient 24 heures tout en offrant un fini naturel, un exploit ! Et tout ça en 20 teintes.

mercredi 3 octobre 2018

Gel Colorant Temporaire, Christophe Robin


Celui-là je ne l’ai pas vraiment essayé (je ne colore pas mes cheveux) mais sa composition mérite que je le signale pour celles qui sont intéressées. Il est signé Christophe Robin, dont j’adore les shampooings et qui a un discours très sincère et une vraie expertise en matière de coloration. Il a mis au point ce gel colorant pour toutes celles qui sont allergiques aux colos classiques, le produit ne promet pas la lune, on ne peut pas se passer de chimie pour avoir un résultat exceptionnel mais franchement c’est déjà très bien. C’est de la coloration directe revisitée (le procédé existe depuis longtemps) qui consiste à déposer les pigments sur le cheveu. Les nuances (quatre au total) sont étudiées pour se fondre au mieux avec les cheveux blancs ce qui permet une repousse en douceur. Ce n’est pas de la colo naturelle mais la formule est à 90 % d’origine végétale. Le temps de pose est de 40 minutes, c’est moins long que la colo végétale mais c’est le temps nécessaire pour que les pigments imprègnent correctement la chevelure. Le produit est vendu avec une brosse qui permet de cibler le produit (pour celles qui ont des mèches blanches ou du blanc très concentré à certains endroits, les tempes par exemple). La tenue, jusqu’à 7 shampooings, est meilleure que les habituelles colorations directes et le flacon est réutilisable, contrairement aux colos chimiques classiques. Il coûte 29 €.

dimanche 30 septembre 2018

Déodorant Orange Géranium, Girls Smells


Si j’en crois le nombre d’addicts à cette nouvelle marque de déos, les filles d’aujourd’hui préfèrent mettre 28 euros (c’est son prix) dans un déo bio, quitte sans doute à renoncer à s’acheter des choses habituellement chères comme un parfum (dont les ventes baissent carrément chez les moins de 30ans). Et je comprends tout à fait ça ! Comme un genre de nouveau luxe… Sa senteur est très bien travaillée (il y en 4 autres), il est en bille et reste discret une fois appliqué. Je l’ai trouvé efficace et doux pour la peau. L’autre bon point c’est que la bille de plastique s’enlève facilement pour la mettre directement ensuite sur la recharge (mais pour ça il faudrait déjà que le site vende la recharge seule, hein…).  Evidemment, il est sans sels d’alu et sans alcool et on le trouve chez Oh My Cream, la plateforme de marques naturelles et bio qui pourrait bien finir par énerver les géants de la cosméto (tellement c’est bien fait).

mercredi 26 septembre 2018

Détox officinale, Crème Détox multi-défense SPF 30, Saeve


Tout bouge tellement au rayon beauté en ce moment, qu’il y a foison de nouvelles marques, certaines très prometteuses, d’autres un peu moins… Celle-ci fait partie de la première catégorie évidemment et tout y est plutôt bien gaulé : look des produits avec des dessins de petits renards mignons et de fleurs à l'ancienne, ingrédients safe, odeurs sympas, ingrédients locaux et textures joliment travaillées. Ma préférée est cette crème toute fine mais avec un SPF 30 qui plaira à celles qui ne veulent pas alourdir leur peau avec un produit filtrant mais profitent des derniers rayons (genre moi, quoi !). Elle est très vite absorbée (un chouia d’alcool dans la formule aide bien) et laisse la peau bien souple. La marque (créée par une ancienne d’une grande marque de cosméto, ce qui est toujours plus vendeur que ex-directeur marketing d’une entreprise de roulements à billes) a déposé un brevet sur l’alliance de deux ingrédients issus du bouleau, la sève (d’où le nom..) fraîche et le chaga, un champignon parasite du bouleau, réputé pour sa richesse en nutriments –on en trouve d’ailleurs en compléments alimentaires. En passant et pour info, les brevets que déposent les marques de cosmétiques reposent souvent sur l’association de deux actifs, et dans ce cas, ce n’est pas une « grande" découverte pour la science mais du marketing pour donner une caution scientifique au produit et une façon légale de se prémunir de l’éventuelle concurrence sur des actifs identiques. Bref… Sinon, il y a aussi une affirmation un peu particulière dans le pack : "36 essais pour parvenir à cette formule exceptionnelle », là je ne sais pas si je dois rire ou pleurer… Les gars ou les filles de chez Saeve, 36 essais c’est un peu votre boulot non ? S'il suffisait d’un essai pour avoir la crème idéale, à quoi servirait le métier de formulateur ? Je m’égare…Je passe vite aussi sur le terme détox utilisé à toutes les sauces dont on ne sait plus très bien à quoi ça correspond. La crème est conçue pour les « peaux urbaines », en tout cas, elle ne contient pas trop de cochonneries puisque formulée sans silicones, ni parabens, ni PEG ni huiles minérales, ni phenoxyethanol, ni colorants, ni viande (pour les vegan), tout ça pile dans la tendance du moment donc… J’ai adoré l’odeur d’herbe fraîche, végétale et un peu âpre. Elle coûte 26 euros en pharmacies.

dimanche 23 septembre 2018

Vegan Stick Shampoo Detox, Cut By Fred


J’avais vraiment hâte de tester ce shampooing solide signé Fred, le coiffeur de Cut By Fred. Je suis un peu mitigée, non pas sur le résultat, mais sur l’utilisation, pas une cata mais pas tout à fait à la hauteur de ce que j’attendais. J’ai trouvé le produit difficile à appliquer : je précise que je lave mes cheveux tête en bas (oui, je suis une extra-terrestre) et que le shampooing solide s’appliquant directement sur le cuir chevelu, du coup, tête en bas déjà c’est compliqué. Et surtout avec des cheveux mi-longs. Je pense que sur cheveux courts c’est forcément plus simple. La formule contient beaucoup d’huiles essentielles, trop à mon goût, mon cuir chevelu est trop sensible pour ça et ce n’est pas spécifié sur l’emballage, c’est moyen. Le stick existe dans une autre version plus douce semble-t-il mais mes cheveux regraissant vite, c’est la version detox qui est conseillée. Ca mousse très peu, donc on a tendance à frotter pas mal et attention, trop frotter c’est irritant. Une chose est sûre, c’est pratique en voyage mais il faut quand même prévoir la dose d’après-shampooing -comme avec les shampooings bio- et ne pas lésiner sur les passages du stick pour être sûre de bien imprégner tout le cuir chevelu, car contrairement à un shampooing liquide, on ne peut pas beaucoup répartir le produit. Après séchage, les cheveux sont légers et doux mais pas très brillants, comme avec la pâte au rassoul de Christophe Robin mais ça m’a pris deux ou trois fois plus de temps… Il coûte 20 euros

mercredi 19 septembre 2018

Secret Brightening Powder For Under Eyes, Laura Mercier


Oups, j’ai vraiment failli passer à côté de ce produit pourtant génial, heureusement que l’attaché de presse m’a précisé que c’était un des best-seller de la marque, du coup j’ai été intriguée et je l’ai essayé aussitôt. C’est une poudre destinée à fixer l’anti-cernes sur le contour de l’oeil. Oui, c’est pointu… A tel point que je ne pensais pas que le produit existait : il y aurait donc d’autres personnes à part moi pour trouver que la poudre normale ne convient pas toujours ? Faut croire… Bref, c’est une poudre blanche mais très transparente qui fixe sans ternir et sans faire de gros halos blancs une fois le makeup terminé. Elle ne dessèche pas la peau toute fine du contour de l’oeil. Je précise pour les novices de l’anticernes que si on ne le poudre pas, il file dans les ridules autour de l’oeil et ça gâche tout. Elle coûte 29 euros chez Sepho, ça peut paraître cher mais on en utilise très très peu. Je l’applique au pinceau, ce n’est pas idéal pour la prélever, car c’est une boîte de poudre classique avec petits trous, il faut en renverser dans le capot ou sur la main ce qui gâche toujours un peu de produit. Bref, je me creuse pour trouver une solution.  

dimanche 16 septembre 2018

Le yoga (long post !)

Ok ce n’est pas exactement de la cosmétique mais de la beauté sans aucun doute. Mes meilleures copines savent déjà que je suis ultra prosélyte sur la question mais je veux aussi partager ça sur le blog. Faire du sport donne bonne mine, personne ne dira le contraire et améliorer sa posture quand on a une double scoliose depuis l’adolescence fait aussi gagner en beauté. Je sais que c’est très cliché, la journaliste bobo qui va au yoga le soir, mais bon, s’il y a un tel engouement autour de cette pratique il y a peut-être des raisons. En fait, j’ai commencé le yoga de façon dilettante quand j’avais 20 ans. A l’époque c’était très baba cool et c’est ce qui m’agaçait (dans les années 80 j’étais plutôt dans l’ambiance cold wave/post punk si ça parle à des gens encore vivants !). J’ai testé entre-temps plein d’autres sports sans succès et j’ai refait un peu de yoga ensuite. Enfin il y a 7 ans, j’ai vraiment accroché. Et je m’étonne moi-même d’avoir réussi à aller une fois par semaine au même cours alors qu’auparavant j’ai claqué des fortunes dans des abonnements à la gym non rentabilisés (l’abo payé pour un an pour faire trois séances, c’est moi, je l’ai fait #shame). Il faut croire que c’était le bon moment, le bon prof, le bon horaire, le bon lieu, toussa… Le bon moment parce que comme tout le monde, je ne vais pas en rajeunissant (sans dec ?) et qu’il me fallait absolument un renforcement musculaire. Cette pratique correspondait aussi au besoin que j’avais de faire beaucoup d’étirements car je marche beaucoup, ce qui fait travailler toujours le même groupe de muscles (même si c’est déjà top). Le bon prof parce qu’il a su trouver les mots (genre : tu as intérêt à être assidue au yoga si tu veux pouvoir continuer à nouer tes lacets quand tu auras 80 ans…). Il est pince sans rire (c’est un anglais ceci explique aussi cela) et exigeant en cela qu’il nous pousse avec bienveillance. Le yoga qu’il enseigne est le Vinyasa, et pour celles et ceux qui pensent que le yoga est une activité trop calme, je précise que je transpire tellement que je file sous la douche après chaque séance. Pour toutes celles aussi qui pensent qu’il faut être souple pour faire du yoga, c’est en fait le contraire, c’est idéal pour les gens non-souples afin, précisément, de gagner en souplesse. Au premier cours, je touchais au max mes chevilles et désormais à la fin du cours, je coince mes doigts sous mes pieds : petite victoire perso. Le bon lieu est important aussi, c’est en bas de chez moi, je peux y aller en chaussons, pas de transports stressants pour ne pas gâcher le moment. J’ai investi aussi dans la tenue, pas tout de suite (ça je l’avais déjà fait pour les abonnements en salle) mais une fois que j’étais bien accro. Pourquoi c’est important ? Parce qu’il faut se sentir bien et en confiance (avec dans la salle des petites bombasses de 25 ans, c’est pas toujours évident…), pouvoir faire les mouvements sans être obsédée par son legging trop large ou trop serré. Un bon legging de yoga, ça maintient sans comprimer, pas le premier prix chez décat, le mien vient d’une marque spécialisée yoga et coûte 80 euros, mais ça fait 5 ans que je l’ai et il subit un lavage par semaine sans moufter. Notez bien qu’à l’heure de mon cours, je resterais bien les fesses calées dans mon canapé devant une série des tartines de Nutella, mais le bénéfice est tellement évident que je réussis à me motiver et à enfiler ma tenue… Précision importante, quand j’avais 20 ans, je voulais faire du sport pour être mieux gaulée, maintenant ma motivation concerne davantage la santé, peut-être que tout est là ?

mercredi 12 septembre 2018

Ombre à paupières 205 Chocolat, Bo-ho


Petit crush du jour : cette ombre à paupières marron de la marque bio Bo-ho. Comme beaucoup de femmes, j’ai un peu de mal avec le makeup bio, c’est encore un des bastions du luxe pour moi. Je me force un peu… Là, j’ai peut-être trouvé le graal, une ombre marron toute simple mais bien calibrée, superbe pour faire ressortir les yeux bleus ou verts. Surtout qu’avec son pack en carton tout petit, on se doute bien qu’une fois terminée, elle ne laissera pas trop de trace de son passage sur terre, contrairement à tous ces boîtiers noirs ultra-chics que je surkiffe. Et puis, côté texture, rien à redire, la matière s’étale parfaitement, ce n’est pas complètement mat ni vraiment brillant, tout velouté. La marque la vend pour une ombre nacrée mais je ne la trouve pas si nacrée que ça (et je préfère…), facile à travailler en halo pour un smoky ou en aplat au doigt. Elle coûte 8,95 euros.

dimanche 9 septembre 2018

Déo-Douche, Spirial, SVR


Un gel douche déodorant ? Je sais, ça peut faire flipper… Pourtant, pas de sels d’aluminium dans sa formule (manquerait plus que ça !), pas de parfum ultra-fort non plus, ni d’alcool mais un complexe de probiotiques (des ferments lactiques) qui maintiennent une flore microbienne impec toute la journée. Il est sorti au printemps dernier et je l’ai testé au début de l’été, j’ai beaucoup aimé, mon mari a testé et a adoré (au point de me demander où ça s’achetait… c’est déjà notre troisième tube). Alors, qu’on se mette bien d’accord, ça ne remplace pas complètement le déo quand il fait chaud et qu’on a une bonne grosse journée dans les transports en commun, mais ça fonctionne quand même. Je m’explique sur ce « quand même » : là où ça transpire, la peau sent bon pendant des heures ou bien ça sent juste un tout petit peu mais pas horriblement. Car contrairement à ce qui arrive en temps normal, la transpiration n’est pas dégradée en mauvaises odeurs. On peut l’utiliser partout (oui, vraiment partout !), cheveux compris. Et cette formulation avec des probiotiques est peut-être le début d’une très grande histoire. Le gel douche coûte environ 9 € et, cerise sur le gâteau, son odeur légèrement hespéridée, bien que discrète, est très sympa…

mercredi 5 septembre 2018

Le Grand Musée du Parfum a fermé ses portes

C’était un superbe endroit, rue du faubourg St Honoré, quasiment en face du Bristol et à deux pas des Champs-Elysées. Vraiment bien conçu, avec des animations interactives et tout un parcours retraçant l’histoire du parfum. Trop élitiste peut-être pour conquérir le grand public car le lieu pouvait être intimidant, et puis le prix du billet était assez dissuasif (versus le Musée Fragonard totalement gratuit). Moi je l’aurais bien vu gratos aussi ce musée, financé par l’industrie du parfum qui pouvait en faire une vitrine pour les touristes du monde entier (mais bon, peut-être qu’on n’en a pas besoin, ça se vend plutôt bien…). Dommage…

dimanche 2 septembre 2018

Et ton rouge à lèvres sera… rouge !


En 2018 si tu es un fabricant de rouges à lèvres de luxe et que tu sors un nouveau produit, fais bien attention, il faut que l’étui soit rouge ou, a minima, de la couleur du rouge à l’intérieur. Adieu les étuis noirs… Du coup, raz de marée de jolis rouges à lèvres rouges (pour rappel, c’est Chanel qui avait lancé le bal il y a deux ou trois saisons) chez Guerlain, Lancôme et Dior. Ils sont sublimes, tu as envie de les avoir dans ton sac et une fois que tu en as un dans le sac tu as envie de le sortir dix fois par jour ! #etreunefille On ne parle pas des textures, inutile de vous faire l’article, c’est fin sur la bouche, pas de sensation de matière et pourtant une couleur lumineuse pendant des heures. 

mercredi 29 août 2018

OMG ! Chanel lance son maquillage pour hommes


Et ça va s’appeler Boy, c’est tout bleu marine comme Bleu de Chanel et ça sera vendu bientôt en Corée puis en novembre en France. Bon, on n’est pas non plus dans l’ambiance drag queen puisque les trois produits sont : un baume à lèvres transparent mat, un crayon à sourcils et un fluide teinté bonne mine. Gaultier avait lancé déjà un maquillage pour hommes il y a des années et n’avait pas eu assez de succès pour le continuer. Impossible pour moi de dire s’il y a des clients potentiels, je n’en sais rien. Le mot maquillage fait peur à plein d’hommes alors que quasiment tous utilisent un baume à lèvres et que certains se laisseraient sûrement tenter par un fluide teinté. Sur les sourcils, je suis moins formelle. Perso je n’aime pas quand les hommes s’épilent, question de génération peut-être ou de culture, car j’ai vu pas mal d’hommes avec les sourcils épilés en Italie et en Espagne. J’avais l’impression que c’était plus fréquent qu’en France ou alors je n’ai que Paris comme référence ? Bref, à suivre… 

dimanche 26 août 2018

Shampooing quotidien Source Essentielle, L’Oréal Professionnel


On dirait bien que peu à peu les digues cèdent… La preuve avec L’Oréal Professionnel qui se met au naturel. Jusqu’à présent, la marque vendue en salons de coiffures avait ignoré ce marché ou mis en avant d’autres marques du groupe sur ce créneau. Mais là, changement de cap avec de la colo végétale (plutôt bien mais je n’ai pas testé car je ne colore pas mes cheveux) et des shampooings naturels (pas bio mais avec des compo clean sans silicones ni sulfates). J’ai trouvé la formule pas mal mais ni mieux ni moins bien que tous les shampooings bio sur le marché. Au dernier rinçage, c’est super rêche comme avec un shampooing bio. Or ce n’est pas bio, donc, à la limite, mieux vaut, pour moi, acheter carrément un produit bio, non ? En tout cas, Après-shampooing ou masque sont obligatoires sinon bonjour le demêlage… Le bon point c’est qu’on peut recharger ces gros flacons carrés en salons. Je n’ai pas trouvé que le format carré soit très pratique à prendre en main mais ce n’est pas la cata non plus. Et sinon, les petites fleurs dedans c’est pour faire joli, ça n’a pas d’intérêt pour la formule (c’est trèèèèès à la mode en ce moment) 19,50 € les 300 ml.

mercredi 22 août 2018

Adieu les coton-tiges


Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais à l’avenir, il va falloir se passer de coton-tiges en plastique car ils seront interdits à la vente en 2020. Et on peut donc commencer tout de suite, c’est pas interdit…En fait, j’avais entendu l’info il y a quelques mois mais j’avoue que je ne m’étais pas penchée sur la question. Et puis une de mes collègues m’a dit qu’elle avait fait des gros stocks (4 boîtes d’avance), elle sait qu’on les interdit car il y en a plein les océans mais elle ne se sentait pas concernée car elle les jette à la poubelle (comme vous et moi sans doute). Son commentaire « mais ils sont malades les gens de jeter ça à la mer ! ». Comme j’avais lu tout un truc là-dessus juste avant, je lui ai expliqué qu’en fait ces déchets étaient très petits, volatiles et difficiles à recycler et que, donc, on les retrouvait souvent dans les océans. Ce n’était pas parce que des gens malintentionnés les y jetaient. Idem avec les mégots dans les caniveaux : ça finit par arriver dans la mer. Je suis sûre que si elle avait eu l’explication, elle n’aurait pas fait de stocks. Tout ça pour vous dire qu'aujourd’hui, ma boîte de coton-tiges vient de se vider et je cherche les alternatives (des faciles à se procurer, hein parce que je ne vais pas me faire livrer des coton-tiges bio par Amazon). Bilan : rien dans mon Naturalia (ou alors tout le monde les cherche et c’est la pénurie), rien dans mon Carouf, plus rien chez Mademoiselle Bio non plus. So what ? Je vais revenir dans un premier temps à l’allumette en bois et le petit morceau de coton au bout ? Autant vous dire que j’attends avec impatience de trouver des coton-tiges 100 % biodégradables. Cela étant dit, je trouve que ce serait bien de donner davantage d’explications (ma collègue n’est pas idiote, juste mal informée) quand on prend ce genre de mesures. Et non je n’ai pas décidé de totalement renoncer au nettoyage d’oreille, je dors avec des bouchons en mousse et j’ai sans arrêt l’impression d’être à moitié sourde quand je me lève.

dimanche 19 août 2018

Vendre des produits de luxe, un métier


Ici, le dossier de presse d’un fond de teint vendu 113 euros (oui vous avez bien lu). Bon, le souci c’est que le texte doit bénéficier d’une traduction google, pas tout à fait encore au point comme chacun sait (enfin visiblement non). « Meilleur vendeur » pour best seller, j’adore ! Bref, avec un produit à ce prix-là, on aurait pu espérer que la marque paye un vrai traducteur ou au moins fasse relire son texte. Ca laisse rêveur, imaginez qu’ils aient fait la même chose avec les formulateurs (tous stagiaires ?), je crains le pire et je persiste, le luxe, c’est un tout, rien ne doit être laissé au hasard. Et sincèrement je doute qu’il y ait un marché pour des fonds de teint à 113 euros en France.

mercredi 15 août 2018

Déos : la fin des sels d'alu ?

Virage à 180 ° sur le marché des déodorants : les sels d’alu font désormais flipper toutes les catégories de consommateurs, y compris ceux et celles qui jusqu’à présent s’en foutaient royalement. La faute aux nombreuses nouvelles applis qui traquent les ingrédients suspects ? (Clean Beauty, Yuka…). Sans doute et le résultat, c’est que les marques classiques (Dove, Mixa etc) lancent en ce moment des déo classiques (non anti-perspirants donc) avec, en bien gros sur l’emballage « 0% sels d’aluminium ». Plutôt drôle quand on se souvient qu’il y a encore deux ou trois ans, on ne trouvait en supermarché que des déos avec sels d’alu. Et si la pression des consommateurs devenait une réalité ? 

dimanche 12 août 2018

le savon à l’aubergine Ach Brito


J’ai un problème avec les jolis emballages de savons, je ne veux pas les ouvrir, idem avec les boîtes de sardines. Et là, vous me dîtes, mais quel rapport ? Et bien, c’est facile, c’est le Portugal. Oui parce que ces savons sont portugais et les plus jolies boîtes de sardines aussi ! Bref, ces deux beautés aux étiquettes rétro, parfumées à la tomate et à l’aubergine (c’est subtil parce que franchement l’aubergine, on ne peut pas dire que ça sente beaucoup) sont en vente chez Monop à 3,99 €. Vous avez le choix entre les exposer dans votre salle de bains ou les utiliser pour vous laver les mains… Et, au risque de me répéter, le savon c’est plus économique et plus écologique que le gel douche. Mais tout ça vous savez.

mercredi 8 août 2018

SynchroSkin Bronzer, Shiseido


Grande nouveauté de la saison, la terre de soleil se décline désormais en version cushion. Un peu réticente, il faut bien le dire car je n’aime pas les fonds de teint cushion, j’ai malgré tout testé celui de Shiseido. Bonne surprise car ça fonctionne impec niveau texture. Le produit qui sort est transparent et donne vraiment l’effet « peau bronzée » comme si elle n’était pas maquillée. A condition de tapoter la texture (ça ne se lisse pas, ça se tapote, faut apprivoiser le geste). Pas de couvrance du tout mais une superbe peau toute dorée qui fait vraiment « comme si ». Dans le boitier, ça paraît très sombre mais en fait ça ne l’est pas du tout sur la peau. La nuance que je vous montre sur la photo correspond à celle de ma couleur de peau, c’est à dire claire. Elle coûte 47 euros, c’est très cher mais on en utilise peu. Et si c’est pour sauver sa peau des méfaits du soleil, ça les vaut… 

dimanche 5 août 2018

Premières rides, première cellulite… On n’arrête pas le marketing !

Les premières rides, c’est déjà une histoire ancienne, une astuce pour vendre des crèmes anti-rides aux femmes encore jeunes qui n’ont pas envie d’entrer dans la catégorie « vieilles ». Mais la première cellulite, c’est nouveau. C’est, genre, la cellulite que tu as depuis quelques mois, beaucoup plus glam que la cellulite incrustée ! Physiologiquement, je cherche encore la différence entre de la première cellulite et de la cellulite « classique ». Là aussi on s’adresse à la jeune femme mais pas sûre que ça fonctionne car si je devais acheter ces produits, j’investirais plutôt pour un produit ultra-efficace, au prétexte que « qui peut le plus, peut le moins ». En même temps, je ne suis pas cliente, pas assez motivée pour utiliser un anti-cellulite, les seuls qui soient vraiment efficaces ont des formules alcoolisées desséchantes, il faut hydrater ensuite et je ne réussis pas à mettre deux produits sur le corps (déjà un, hein…). 

mercredi 1 août 2018

En vieillissant, J’ai des petites taches blanches et d’autres marrons quand je bronze, comment éviter ça ?

Bon alors, j’avoue c’est aussi mon cas et hélas, il n’y a rien à faire si ce n’est éviter de s’exposer au soleil… Cruel certes, mais tout ça, c’est dû à l’âge. En gros, les cellules chargées de faire monter le bronzage, les mélanocytes, font un peu n’importe quoi à partir de 45/50 ans, surtout si on a abusé du soleil (et si on a été enfant dans les années 70, c’est souvent le cas). Au lieu de produire un joli bronzage uniforme, elles se mettent en grappes et font des taches sombres ou font défaut et cela occasionne des mini-taches claires (hypomélanose). Evidemment, il y a aussi des maladies qui produisent des taches sur la peau (donc on vérifie tout ça avec un dermato) mais si ce n’est pas le cas, soyez sûre que les taches sont le signe que votre peau a sa dose d’expositions solaires : il faut faudrait y renoncer. Allez, bisous, C’était la rabat-joie des vacances… 

dimanche 29 juillet 2018

L’huile sèche Eau d’Hadrien, Goutal


C’est le style de produit que tu oses à peine toucher tant il est joli (de ceux qui restent parfois non-entamés pendant des années dans les salles de bains des beautystas, oui je vous connais !). Un flacon au design sobre mais raffiné et pas d’étiquettes moches pour gâcher tout ça… Mais, ce serait quand même dommage de ne pas se précipiter sur la formule, car l’addiction guette ! L’huile est très fine (jojoba et pépins de raisins), pénètre vite et, surtout, laisse sa senteur culte sur la peau. Un vrai défi car cette senteur hespéridée qui évoque la Toscane n’est pas facile à reproduire dans une huile. Elle est hors de prix (70 €) pour une huile corporelle mais pour moi, elle remplace le parfum en été car elle enveloppe totalement la peau. Notez au passage que Annick Goutal a perdu son prénom, la maison s’appelle désormais Goutal… Dior n’a plus de Christian, tout fout le camp…

mercredi 25 juillet 2018

Spray Solaire Bio SPF 30, Bioregena


Peut-être l’avez-vous remarqué, il y a moins de solaires bio aujourd’hui qu’il y a quelques années. Il faut dire que la formulation est compliquée et que le solaire bio, souvent décevant, se vend mal. Mêmes les accros au bio finissent par craquer en faisant une petite entorse à leur routine pour les solaires. Toujours trop blancs, difficiles à étaler, bref, chiants à utiliser. Mais celui-ci, sorti l’année dernière je crois, est l’exception qui confirme la règle et c’est, pour moi, un des meilleurs du marché. Certes il est blanc -normal, les filtres chimiques sont interdits en bio, ce sont donc des filtres minéraux- mais il s’étale bien, donc pas de souci. Pratique aussi car il est en spray. Son odeur exotique un peu présente à l’application se fait oublier peu de temps après. Le nom du produit est étrangement formulé « Spray Solaire huile précieuse d’argan ». Dit comme ça, on pourrait croire que c’est une huile mais non, c’est bien une émulsion qui contient de l’huile d’argan. Tout ça pour 20 euros environ.

dimanche 22 juillet 2018

Faut-il se mettre de la crème solaire sur le contour des yeux ?

Je connais des filles qui le font (les flippées), d’autres qui devraient le faire (celles qui ne portent jamais de lunettes de soleil). Perso, je ne le fais pas car je porte beaucoup mes lunettes de soleil ainsi qu’un chapeau et je mets rarement mon visage au soleil. Le rayonnement sur mes paupières est donc assez faible. Mais si ce n’est pas votre cas, il y a des produits spécialisés comme la nouvelle crème Anthelios Ultra sans parfum SPF 50 + de La Roche Posay qui ne pique pas les yeux ou le contour des yeux SPF 50 + de Dermedeen. Très utile aussi quand on a fait des séances de laser rajeunissant sur le contour des yeux car il y a un risque d’hyperpigmentation en cas d’exposition des zones laserisées. Mais je vous déconseille d’utiliser une crème solaire qui n’est pas prévue pour ça sur le contour des yeux. Même si vous faites attention en l’appliquant, il y a toujours le risque qu’elle migre dans l’oeil à cause de la transpiration ou l’eau de la piscine ou de la mer, et là, c’est garanti, ça pique grave ! D’ailleurs, même sans crème solaire, l’eau de mer me brûle les yeux, c’est horrible ! Du coup je ne mets plus ma tête sous l’eau… 

mercredi 18 juillet 2018

Quel prix faut-il mettre pour une bonne crème visage ?

C’est la question qu’on me pose sans doute le plus souvent, et la plupart du temps, celles qui me la posent ont besoin d’être rassurées. Dans un sens comme dans l’autre : « on est pas obligées d’acheter des crèmes à 80 euros pour prendre soin de sa peau, hein ? » ou l’inverse « moi je préfère investir dans une bonne marque, je n’ai plus 20 ans, il faut que ça fonctionne ». C’est amusant parce que, au fond, le prix c’est celui qu’on veut bien mettre, nous les consommatrices et il dépend surtout du circuit de distribution. Pas cher en grandes surfaces, un peu plus en pharmacies et hors de prix en parfumeries. On paye aussi tout ce qu’il y a autour du produit, pub, emballage etc. Alors, quel prix mettrais-je ? Pas au delà de 60 euros mais pas au dessous de 15 euros. C’est ma fourchette très large et j’achèterais sans doute en pharmacies. Mais en dessous de 15 euros, j’estime qu’on ne peut pas avoir une formule avec des bons ingrédients, la pétrochimie n’est pas chère. Pour autant, cela ne veut pas dire que la formule chère en sera exempte, méfiance… En tout cas, le prix fait débat, les marques de cosméto ont tendance à sortir des produits de plus en plus chers, dans les nouveautés de la rentrée (que je reçois en ce moment donc), il y a une foule de crèmes de jour qui a passé la barre des 100 euros. 

dimanche 15 juillet 2018

Sun Sensitive SPF 50, Lancaster


Le makeup solaire fait son petit chemin, perso j’aime de plus en plus, d’abord parce que je vieillis donc j’apprécie de ne pas être blanche comme un lavabo en plein soleil et puis les produits se sont vraiment améliorés. En fait, je pense que les marques ont compris qu’on ne voulait pas avoir la peau caramel, trop fake mais juste subtilement dorée. Ce qui est le cas avec ce produit, vraiment très peu coloré (moins que ce qu’il paraît). C’est un SPF 50 et il floute bien les défauts. Il semble onctueux quand on l’applique mais devient rapidement mat. Ma seule inquiétude c’est qu’on l’applique en couche fine donc pas sûre qu’on soit ultra-protégée. Plutôt pour celles qui ne s’exposent pas directement le visage ou qui partent à la plage avec chapeau et parasol. Il coûte 30 euros chez Marionnaud

mercredi 11 juillet 2018

Huile de Pen-Lan, Algologie


Je ne sais pas vous mais moi, quand on me parle huile corporelle, c’est plutôt le sud et l’orient que j’ai en tête, pas la Bretagne. Et pourtant, voilà qu’elle arrive sur le créneau trèèèèès convoité des huiles corps/cheveux. La faute au réchauffement climatique ? En tout cas, c’est réussi, tant au niveau plaisir à l’application -elle est assez sèche et pénètre vite- que pour sa senteur. Non, elle ne sent pas l’algue mais une odeur fraîche et délicate qui change un peu, justement, des huiles « orientales » auxquelles on est habituées. Elle contient un mix d’huiles de bourrache, camélia, amande douce et noisette ainsi qu’un complexe de plantes propre à la marque. Le flacon est très déco, ça ne gâche rien… Tout ça pour 25 €. En passant, je teste pas mal de produits de cette marque en ce moment et j’aime beaucoup les textures. 

dimanche 8 juillet 2018

Paris-Deauville, Chanel


Il faut vraiment s’appeler Chanel pour réussir à nous faire rêver sur un trajet aussi peu prometteur que le Paris-Deauville. On va oublier le train crado gare Saint-Lazare, le changement à Lisieux et les grèves perlées… Pourquoi Deauville ? Parce que Coco Chanel y avait ses habitudes (et sa première boutique) car il n’y a pas grand-chose de normand dans le jus ! C’est une eau fraîche mais c’est aussi un vrai parfum, bien plus complexe qu’une cologne. Ca démarre avec de l’écorce d’orange, du petit-grain et des feuilles de basilic, puis un soupçon d’essence de rose et des notes jasminées. Les fleurs ne sont pas trop lisibles, plutôt là pour appuyer le propos que pour pavoiser. Idem avec le fond légèrement patchouli. L’ensemble est décrit comme un jus vert/amer/mordant. C’est exactement ça et c’est cette amertume qui le rend si particulier et attachant, moins évident qu’un hespéridé classique. Le flacon est sublime, sobre mais classe. 112 € quand même (mais c’est Chanel alors que tous les parfums de niche de marques inconnues sont au dessus de 100 euros). Et dans la même gamme des Eaux, il y a Paris-Venise et Paris-Biarritz, très tentantes aussi.

mercredi 4 juillet 2018

Vernis : la moisson de l’été


En vrai, j’adore le rose mais j’ai parfois l’impression d’être une vieille Barbie avec des ongles roses, stupidement inquiète par l’image que je donne (peut-être que si j’étais une femme vraiment libre, je serais une créature avec un énorme chignon blond, une robe en léopard et des mules à talons avec des plumes de cygne… je m’égare, je sais). Bref, du coup, j’essaye plein de vernis tout sauf roses et ceux que je préfère cet été sont ceux-ci : un Kure Bazaar violet profond (Catwalk 16 €) et deux rouges, un corail et un carmin de Manucurist (Red Corral et Poppy Red 14 €). J’en profite une fois encore pour préciser que même si ces formules sont « green », elles ne sont pas bio mais juste moins pires que les autres.