mercredi 15 août 2018

Déos : la fin des sels d'alu ?

Virage à 180 ° sur le marché des déodorants : les sels d’alu font désormais flipper toutes les catégories de consommateurs, y compris ceux et celles qui jusqu’à présent s’en foutaient royalement. La faute aux nombreuses nouvelles applis qui traquent les ingrédients suspects ? (Clean Beauty, Yuka…). Sans doute et le résultat, c’est que les marques classiques (Dove, Mixa etc) lancent en ce moment des déo classiques (non anti-perspirants donc) avec, en bien gros sur l’emballage « 0% sels d’aluminium ». Plutôt drôle quand on se souvient qu’il y a encore deux ou trois ans, on ne trouvait en supermarché que des déos avec sels d’alu. Et si la pression des consommateurs devenait une réalité ? 

dimanche 12 août 2018

le savon à l’aubergine Ach Brito


J’ai un problème avec les jolis emballages de savons, je ne veux pas les ouvrir, idem avec les boîtes de sardines. Et là, vous me dîtes, mais quel rapport ? Et bien, c’est facile, c’est le Portugal. Oui parce que ces savons sont portugais et les plus jolies boîtes de sardines aussi ! Bref, ces deux beautés aux étiquettes rétro, parfumées à la tomate et à l’aubergine (c’est subtil parce que franchement l’aubergine, on ne peut pas dire que ça sente beaucoup) sont en vente chez Monop à 3,99 €. Vous avez le choix entre les exposer dans votre salle de bains ou les utiliser pour vous laver les mains… Et, au risque de me répéter, le savon c’est plus économique et plus écologique que le gel douche. Mais tout ça vous savez.

mercredi 8 août 2018

SynchroSkin Bronzer, Shiseido


Grande nouveauté de la saison, la terre de soleil se décline désormais en version cushion. Un peu réticente, il faut bien le dire car je n’aime pas les fonds de teint cushion, j’ai malgré tout testé celui de Shiseido. Bonne surprise car ça fonctionne impec niveau texture. Le produit qui sort est transparent et donne vraiment l’effet « peau bronzée » comme si elle n’était pas maquillée. A condition de tapoter la texture (ça ne se lisse pas, ça se tapote, faut apprivoiser le geste). Pas de couvrance du tout mais une superbe peau toute dorée qui fait vraiment « comme si ». Dans le boitier, ça paraît très sombre mais en fait ça ne l’est pas du tout sur la peau. La nuance que je vous montre sur la photo correspond à celle de ma couleur de peau, c’est à dire claire. Elle coûte 47 euros, c’est très cher mais on en utilise peu. Et si c’est pour sauver sa peau des méfaits du soleil, ça les vaut… 

dimanche 5 août 2018

Premières rides, première cellulite… On n’arrête pas le marketing !

Les premières rides, c’est déjà une histoire ancienne, une astuce pour vendre des crèmes anti-rides aux femmes encore jeunes qui n’ont pas envie d’entrer dans la catégorie « vieilles ». Mais la première cellulite, c’est nouveau. C’est, genre, la cellulite que tu as depuis quelques mois, beaucoup plus glam que la cellulite incrustée ! Physiologiquement, je cherche encore la différence entre de la première cellulite et de la cellulite « classique ». Là aussi on s’adresse à la jeune femme mais pas sûre que ça fonctionne car si je devais acheter ces produits, j’investirais plutôt pour un produit ultra-efficace, au prétexte que « qui peut le plus, peut le moins ». En même temps, je ne suis pas cliente, pas assez motivée pour utiliser un anti-cellulite, les seuls qui soient vraiment efficaces ont des formules alcoolisées desséchantes, il faut hydrater ensuite et je ne réussis pas à mettre deux produits sur le corps (déjà un, hein…). 

mercredi 1 août 2018

En vieillissant, J’ai des petites taches blanches et d’autres marrons quand je bronze, comment éviter ça ?

Bon alors, j’avoue c’est aussi mon cas et hélas, il n’y a rien à faire si ce n’est éviter de s’exposer au soleil… Cruel certes, mais tout ça, c’est dû à l’âge. En gros, les cellules chargées de faire monter le bronzage, les mélanocytes, font un peu n’importe quoi à partir de 45/50 ans, surtout si on a abusé du soleil (et si on a été enfant dans les années 70, c’est souvent le cas). Au lieu de produire un joli bronzage uniforme, elles se mettent en grappes et font des taches sombres ou font défaut et cela occasionne des mini-taches claires (hypomélanose). Evidemment, il y a aussi des maladies qui produisent des taches sur la peau (donc on vérifie tout ça avec un dermato) mais si ce n’est pas le cas, soyez sûre que les taches sont le signe que votre peau a sa dose d’expositions solaires : il faut faudrait y renoncer. Allez, bisous, C’était la rabat-joie des vacances… 

dimanche 29 juillet 2018

L’huile sèche Eau d’Hadrien, Goutal


C’est le style de produit que tu oses à peine toucher tant il est joli (de ceux qui restent parfois non-entamés pendant des années dans les salles de bains des beautystas, oui je vous connais !). Un flacon au design sobre mais raffiné et pas d’étiquettes moches pour gâcher tout ça… Mais, ce serait quand même dommage de ne pas se précipiter sur la formule, car l’addiction guette ! L’huile est très fine (jojoba et pépins de raisins), pénètre vite et, surtout, laisse sa senteur culte sur la peau. Un vrai défi car cette senteur hespéridée qui évoque la Toscane n’est pas facile à reproduire dans une huile. Elle est hors de prix (70 €) pour une huile corporelle mais pour moi, elle remplace le parfum en été car elle enveloppe totalement la peau. Notez au passage que Annick Goutal a perdu son prénom, la maison s’appelle désormais Goutal… Dior n’a plus de Christian, tout fout le camp…

mercredi 25 juillet 2018

Spray Solaire Bio SPF 30, Bioregena


Peut-être l’avez-vous remarqué, il y a moins de solaires bio aujourd’hui qu’il y a quelques années. Il faut dire que la formulation est compliquée et que le solaire bio, souvent décevant, se vend mal. Mêmes les accros au bio finissent par craquer en faisant une petite entorse à leur routine pour les solaires. Toujours trop blancs, difficiles à étaler, bref, chiants à utiliser. Mais celui-ci, sorti l’année dernière je crois, est l’exception qui confirme la règle et c’est, pour moi, un des meilleurs du marché. Certes il est blanc -normal, les filtres chimiques sont interdits en bio, ce sont donc des filtres minéraux- mais il s’étale bien, donc pas de souci. Pratique aussi car il est en spray. Son odeur exotique un peu présente à l’application se fait oublier peu de temps après. Le nom du produit est étrangement formulé « Spray Solaire huile précieuse d’argan ». Dit comme ça, on pourrait croire que c’est une huile mais non, c’est bien une émulsion qui contient de l’huile d’argan. Tout ça pour 20 euros environ.

dimanche 22 juillet 2018

Faut-il se mettre de la crème solaire sur le contour des yeux ?

Je connais des filles qui le font (les flippées), d’autres qui devraient le faire (celles qui ne portent jamais de lunettes de soleil). Perso, je ne le fais pas car je porte beaucoup mes lunettes de soleil ainsi qu’un chapeau et je mets rarement mon visage au soleil. Le rayonnement sur mes paupières est donc assez faible. Mais si ce n’est pas votre cas, il y a des produits spécialisés comme la nouvelle crème Anthelios Ultra sans parfum SPF 50 + de La Roche Posay qui ne pique pas les yeux ou le contour des yeux SPF 50 + de Dermedeen. Très utile aussi quand on a fait des séances de laser rajeunissant sur le contour des yeux car il y a un risque d’hyperpigmentation en cas d’exposition des zones laserisées. Mais je vous déconseille d’utiliser une crème solaire qui n’est pas prévue pour ça sur le contour des yeux. Même si vous faites attention en l’appliquant, il y a toujours le risque qu’elle migre dans l’oeil à cause de la transpiration ou l’eau de la piscine ou de la mer, et là, c’est garanti, ça pique grave ! D’ailleurs, même sans crème solaire, l’eau de mer me brûle les yeux, c’est horrible ! Du coup je ne mets plus ma tête sous l’eau… 

mercredi 18 juillet 2018

Quel prix faut-il mettre pour une bonne crème visage ?

C’est la question qu’on me pose sans doute le plus souvent, et la plupart du temps, celles qui me la posent ont besoin d’être rassurées. Dans un sens comme dans l’autre : « on est pas obligées d’acheter des crèmes à 80 euros pour prendre soin de sa peau, hein ? » ou l’inverse « moi je préfère investir dans une bonne marque, je n’ai plus 20 ans, il faut que ça fonctionne ». C’est amusant parce que, au fond, le prix c’est celui qu’on veut bien mettre, nous les consommatrices et il dépend surtout du circuit de distribution. Pas cher en grandes surfaces, un peu plus en pharmacies et hors de prix en parfumeries. On paye aussi tout ce qu’il y a autour du produit, pub, emballage etc. Alors, quel prix mettrais-je ? Pas au delà de 60 euros mais pas au dessous de 15 euros. C’est ma fourchette très large et j’achèterais sans doute en pharmacies. Mais en dessous de 15 euros, j’estime qu’on ne peut pas avoir une formule avec des bons ingrédients, la pétrochimie n’est pas chère. Pour autant, cela ne veut pas dire que la formule chère en sera exempte, méfiance… En tout cas, le prix fait débat, les marques de cosméto ont tendance à sortir des produits de plus en plus chers, dans les nouveautés de la rentrée (que je reçois en ce moment donc), il y a une foule de crèmes de jour qui a passé la barre des 100 euros. 

dimanche 15 juillet 2018

Sun Sensitive SPF 50, Lancaster


Le makeup solaire fait son petit chemin, perso j’aime de plus en plus, d’abord parce que je vieillis donc j’apprécie de ne pas être blanche comme un lavabo en plein soleil et puis les produits se sont vraiment améliorés. En fait, je pense que les marques ont compris qu’on ne voulait pas avoir la peau caramel, trop fake mais juste subtilement dorée. Ce qui est le cas avec ce produit, vraiment très peu coloré (moins que ce qu’il paraît). C’est un SPF 50 et il floute bien les défauts. Il semble onctueux quand on l’applique mais devient rapidement mat. Ma seule inquiétude c’est qu’on l’applique en couche fine donc pas sûre qu’on soit ultra-protégée. Plutôt pour celles qui ne s’exposent pas directement le visage ou qui partent à la plage avec chapeau et parasol. Il coûte 30 euros chez Marionnaud

mercredi 11 juillet 2018

Huile de Pen-Lan, Algologie


Je ne sais pas vous mais moi, quand on me parle huile corporelle, c’est plutôt le sud et l’orient que j’ai en tête, pas la Bretagne. Et pourtant, voilà qu’elle arrive sur le créneau trèèèèès convoité des huiles corps/cheveux. La faute au réchauffement climatique ? En tout cas, c’est réussi, tant au niveau plaisir à l’application -elle est assez sèche et pénètre vite- que pour sa senteur. Non, elle ne sent pas l’algue mais une odeur fraîche et délicate qui change un peu, justement, des huiles « orientales » auxquelles on est habituées. Elle contient un mix d’huiles de bourrache, camélia, amande douce et noisette ainsi qu’un complexe de plantes propre à la marque. Le flacon est très déco, ça ne gâche rien… Tout ça pour 25 €. En passant, je teste pas mal de produits de cette marque en ce moment et j’aime beaucoup les textures. 

dimanche 8 juillet 2018

Paris-Deauville, Chanel


Il faut vraiment s’appeler Chanel pour réussir à nous faire rêver sur un trajet aussi peu prometteur que le Paris-Deauville. On va oublier le train crado gare Saint-Lazare, le changement à Lisieux et les grèves perlées… Pourquoi Deauville ? Parce que Coco Chanel y avait ses habitudes (et sa première boutique) car il n’y a pas grand-chose de normand dans le jus ! C’est une eau fraîche mais c’est aussi un vrai parfum, bien plus complexe qu’une cologne. Ca démarre avec de l’écorce d’orange, du petit-grain et des feuilles de basilic, puis un soupçon d’essence de rose et des notes jasminées. Les fleurs ne sont pas trop lisibles, plutôt là pour appuyer le propos que pour pavoiser. Idem avec le fond légèrement patchouli. L’ensemble est décrit comme un jus vert/amer/mordant. C’est exactement ça et c’est cette amertume qui le rend si particulier et attachant, moins évident qu’un hespéridé classique. Le flacon est sublime, sobre mais classe. 112 € quand même (mais c’est Chanel alors que tous les parfums de niche de marques inconnues sont au dessus de 100 euros). Et dans la même gamme des Eaux, il y a Paris-Venise et Paris-Biarritz, très tentantes aussi.

mercredi 4 juillet 2018

Vernis : la moisson de l’été


En vrai, j’adore le rose mais j’ai parfois l’impression d’être une vieille Barbie avec des ongles roses, stupidement inquiète par l’image que je donne (peut-être que si j’étais une femme vraiment libre, je serais une créature avec un énorme chignon blond, une robe en léopard et des mules à talons avec des plumes de cygne… je m’égare, je sais). Bref, du coup, j’essaye plein de vernis tout sauf roses et ceux que je préfère cet été sont ceux-ci : un Kure Bazaar violet profond (Catwalk 16 €) et deux rouges, un corail et un carmin de Manucurist (Red Corral et Poppy Red 14 €). J’en profite une fois encore pour préciser que même si ces formules sont « green », elles ne sont pas bio mais juste moins pires que les autres.  

dimanche 1 juillet 2018

Pour éviter les rides, c’est obligatoire une crème ?

Non, la crème sert à protéger la peau et à éviter qu’elle ne tiraille ou ne soit trop sèche. Donc, si ce n’est pas le cas, on zappe. C’est amusant d’ailleurs comme il y a une espèce de diktat de la crème, certaines copines me confient presque sous le sceau du secret qu’elles ne se mettent pas de crème sur le visage. Alors, on se détend sur le sujet car j’ai même interviewé des dermatos qui s’en passent. Si on a la peau mixte, on peut, par exemple, appliquer un sérum, qui apporte des principes actifs anti-âge (des anti-oxydants souvent mais aussi des peptides) et réhydrate un peu sans pour autant surcharger la peau. Pour éviter les rides, il faut avant tout fuir le soleil, ce qui ne veut pas dire qu’il faut se croire à l’abri avec un SPF 50 toute l’année. Non, le but c’est de porter un filtre solaire quand on sait qu’on est exposée mais faire son max pour garder son visage à l’ombre (chapeau, lunettes). J’insiste aussi sur le nettoyage : la pollution, les poussières, le sébum mal nettoyés flinguent la peau et l’agressent inutilement. C’est presque plus important qu’une crème avec une peau mixte.  

mercredi 27 juin 2018

Eau de protection solaire SPF 30, Vichy


D’année en année, les filtres solaires gagnent en finesse et en praticité. La preuve avec ce qui se fait de mieux ou presque cet été, l’eau solaire de Vichy. Pas complètement une eau à vrai dire, mais une formule biphasée d’eau et d’huile (à bien secouer donc) toute fraîche. Normalement ça protège efficacement (ne comptez pas sur moi pour tester vraiment et m’exposer la moitié avec et la moitié sans) mais là où c’est super malin c’est que c’est l’un des rares produits solaires qu’on aura aucun mal à réappliquer souvent. Un pschitt et hop c’est fait. Le produit laisse comme un film à la surface de la peau, on a le choix de l’étaler ou pas, si on l’étale, c’est bien hydratant. Dans le dos par exemple, pas obligée d’y revenir avec la main, on peut laisser tel quel. La texture est bien hydratante, la peau est bien souple après utilisation et surtout hyper jolie, un peu satinée comme avec une huile sans le gras qui va avec. On voit -davantage qu’avec une brume- où on l’a mis. C’est un SPF 30 : la protection idéale pour tout le monde tout le temps si on ne reste pas exprès en plein soleil à midi sous les tropiques. Le flacon coûte 19 € environ.

dimanche 24 juin 2018

Pschitt Magique Corps, Garancia


Mauvaise nouvelle pour les gommages : voici la formule qui les ringardise en 30 secondes et qui est, en outre, bien plus efficace sur les rugosités et aspérités de la peau (ne me dîtes pas que je suis la seule à en avoir ?). C’est le petit frère du Pschitt Magique visage qui existe depuis 10 ans et fait des merveilles sur les peaux à imperfections. Mode d’emploi simplissime : on entre dans sa douche, on ne se mouille pas et on étale deux à trois pressions de cette mousse sur tout le corps sauf les muqueuses (donc pas sur les parties génitales pour celles/ceux qui ont besoin de bien bien comprendre). On attend trente secondes et on rince. Puis on se lave normalement. Au final, une peau mega douce et pour ma part, idéalement préparée à un petit coup d’autobronzant progressif. En cas de coudes rugueux, petits boutons sur les fesses et autres joyeusetés, je vous conseille de l’appliquer trois jours de suite et ensuite de recommencer un mois plus tard. A tester absolument aussi sur les petits boutons dans le dos des ados (oui faut déjà réussir à les attraper, je sais !). Pas sur les gros boutons infectés en revanche car il pourrait être irritant sur une peau très acnéique. Il coûte 34 €

mercredi 20 juin 2018

Crème Corps Hydratante Energisante, Bath Therapy, Biotherm


Vous n’avez peut-être pas remarqué mais toutes les marques se déchaînent sur les soins corps en ce moment. Peut-être qu’après des années de léthargie, on voit enfin le potentiel de ce marché ? En tout cas, tout le monde y va de sa petite gamme et je teste à tout va #hardlife. Celui-ci par exemple, fait partie de la nouvelle gamme corps de Biotherm, qui gravite autour du bain. Il y a trois senteurs, difficile de choisir, les trois sont très réussies. La verte est au gingembre et à la menthe poivrée (pour la senteur principalement) et sa senteur discrète est néanmoins hyper fraîche et revigorante, parfaite pour se réveiller le matin. Côté texture, on est davantage sur un beurre que sur une crème, c’est solide sous les doigts dans le pot mais ça fond direct dès l’application. Pénétration ultra-rapide et bonne hydratation. Il y a des silicones dans la compo mais pas tant que ça, et la formule est assez hydratante pour la saison. Le truc super agréable c’est que la senteur reste sur la peau tout au long de la journée mais ce n’est pas entêtant, ça parfume en douce. Le pot coûte 20 euros. 

dimanche 17 juin 2018

Cattier fête ses 50 ans


Et je crois que c’est la marque bio que je connais depuis le plus longtemps puisque quand j’étais petite, je me souviens très bien qu’il y avait un tube d’argile verte prête à l’emploi de chez Cattier dans la salle de bains. Ils sont vraiment spécialistes de l’argile sous toutes ses formes, même si, entre-temps, d’autres produits ont été développés. Comme ce « Moussant Familial » qui sert aussi bien de shampooing que de gel douche. Ce n’est pas ma base lavante préférée (elle est à base de sulfates -ceux autorisés en bio) mais à l’essai, je n’ai pas trouvé la formule irritante du tout. Tout ça pour un prix de 9 € environ les 500 ml. Pour l’occasion des 50 ans, la marque a mis quelques fioritures sur le pack et, d’ailleurs, elle s’autorise de plus en plus souvent la couleur après des années d’austérité (comme Lavera et Weleda). C’est ce qui m’agaçait il y a 30 ans : si on choisissait le bio, on n’avait pas le droit au fun, quelle injustice !

mercredi 13 juin 2018

Pourquoi on ne trouve pas de brume solaire bio ?

Marie me pose la question car elle voudrait un solaire bio et elle trouve que les brumes sont ultra-pratiques. Problème : ça n’existe pas en bio. Mais pourquoi ? 
C’est une question un peu technique mais je pense avoir la réponse. En fait pour faire une brume solaire, on utilise des filtres solaires chimiques, interdits en bio. Les solaires bio fonctionnent grâce à des filtres solaires minéraux comme le dioxyde de titane. Or, pour le transformer en brume, il faudrait qu’il soit sous une forme de nanoparticules da façon à être finement sprayable. Mais les nanoparticules de dioxyde de titane sont dangereuses si on les inhale, ce qui pourrait arriver avec une brume. Voilà pourquoi il n’y a pas de brume solaire bio. On trouve des laits fluides en spray et c’est ce qui se rapproche le plus d’une brume.  

dimanche 10 juin 2018

le secret du blush : il en faut deux


Un pour l’hiver plutôt rose et un pour l’été plutôt orangé. En hiver et au printemps, la lumière du jour est froide et la peau souvent un peu plus pâle (la mienne est vert endive, merci), le blush sera plus joli dans un rose plus froid (rose thé par exemple) que celui de l’été. Avec une lumière chaude, en été et en automne, le blush orangé est plus joli, mais surtout pas de terre de soleil à la place, c’est trop terne pour les joues. Ca fonctionne aussi sur les peaux mates qui sont souvent un peu jaunes en hiver et ont besoin de rose légèrement pêche pour retrouver de l’éclat. Pour donner du bombé aux joues qui en manquent (quand on vieillit ça peut être un vrai souci), je conseille le blush crème en stick. Il y en a plein cette saison et on peut investir dans une bonne marque, ça s’use très lentement (en photo le Blush Stick Bright Red de Lancôme). Toutes mes copines ont peur de ce genre de produits pourtant c’est simplissime à utiliser. On sourit dans le miroir pour repérer l’endroit le plus bombé des joues. On trace un gros rond avec le stick et on étale du bout des doigts, en rond aussi. Les nouvelles textures sont prévues pour se fondre à la peau. Attention, il faut les appliquer avant la poudre, ça marche aussi après mais c’est moins bien. 

mercredi 6 juin 2018

Anthélios Ultra, Crème sans parfum 50+, La Roche Posay


Le solaire des peaux qui ne supportent rien, c’est celui-là ! Sans parfum (c’est rarissime mais par exemple, en grandes surfaces, toute la gamme solaire Mixa est sans parfum et elle est très efficace) et qui ne pique pas les yeux, c’est à dire qu’on peut en mettre sur ses paupières. J’ai essayé et effectivement, pas de picotements ! Il est facile à étaler et hyper pratique à doser grâce à son flacon pompe. En passant, je conseille aux allergiques de tout poil de chercher à tout prix des formules sans parfum, et plus encore pour les produits solaires car l’exposition aux UV peut entraîner des réactions plus fortes qu’habituellement. Celle-ci coûte 18 € mais on la trouve facilement autour de 11 € sur les sites de para.

dimanche 3 juin 2018

It Cosmetics débarque en France



J’avais vaguement entendu parler de cette marque américaine, mais j’avoue ne pas m’y être intéressée plus que ça jusqu’à la semaine dernière… Rachetée par L’Oréal il y a deux ans, elle arrive en France en juillet sur le site de Nocibé (et en septembre dans les points de vente Nocibé). L’occasion de nous la présenter lors d’une conférence de presse mémorable, façon show à l’américaine, normal car la marque se vend régulièrement sur QVC la chaîne de télé-achat et y fait un carton de ouf. Moi, à la fin de la conférence, ce n’est pas compliqué, j’étais prête à tout tester tant la fondatrice, Jamie, et sa formatrice sont convaincantes (sur la photo en pleine démo). Jamie Kern Lima, c’est l’américaine type (mais pro de la com’ quand même car elle était présentatrice télé avant) moulée dans une improbable mini-robe rose layette à volants et perchée sur des Louboutin de 12… et qui n’hésite pas à se démaquiller pour montrer comment est sa peau au naturel (énorme rosacée, plaques rouges sur les joues) et comment elle la transforme avec ses produits. Vous l’aurez compris, je n’ai pas super envie de lui ressembler mais même avec moi, la sauce a pris car il y a beaucoup de sincérité dans son discours. Résultat, je me suis jetée sur les produits et, je suis dingue de leur meilleure vente, une CC Cream SPF 50 incroyable. Son nom « Your skin but better »… je n’aurais pas dit mieux ! Pourquoi c’est bluffant ? Parce que c’est couvrant mais que ça reste naturel. Je l’ai appliquée avec le pinceau de la marque, j’avais juste un teint de rêve qui n’a pas bougé d’un pouce tout au long de la (chaude) journée. Les ridules n’étaient pas marquées pour autant ni les pores visibles. Bref, du vrai maquillage, pas uniquement joli sur les mannequins mais aussi sur les peaux pas terribles de madame tout le monde. Evidemment, c’est couvrant, c’est peut-être ce qui pourrait ne pas plaire aux Françaises, et encore, je suis sûre qu’après essai, tout le monde achète. Les prix seront aux environs de 40 euros la CC. Perso, j’ai essayé aussi l’anti-cernes (dément… assez proche du Full Cover MUFE), la poudre (dingo) et le mascara dont je vous reparlerai car il va chez moi détrôner tout le reste. Vous me demanderez, après tous ces commentaires louangeurs, si la marque m’a payée. Non, ma ligne de conduite n’a pas changée, mais franchement là, je suis devenue leur meilleure ambassadrice !   

mercredi 30 mai 2018

Le rouge à lèvres nude : fausse bonne idée (mais vrai casse-gueule)

Coucou c’est la reine du makeup nude qui vous parle… Je suis tellement nude que j’ai même l’impression parfois que c’est moi qui l’ai inventé le nude, c’est vous dire… Je suis hyper nude pour le teint par exemple. Pourtant, il y a un terrain sur lequel je vous déconseille d’aller jouer, c’est celui du nude en version rouge à lèvres. Des années que j’essaye et rien à faire, c’est moche. Pourquoi ? Parce que c’est terne, fadasse et que ça donne mauvaise mine. Le pire, c’est quand la couleur est plus pâle que le teint, là on va direct chez les morts-vivants. Bien sûr sur Kylie et ses copines, ça passe. Mais c’est parce qu’elles sont mannequins et que TOUT leur va (même si souvent elles sont plus jolies au naturel). En fait, la plupart du temps, les tons nude sont élaborés sur des bases blanches ce qui assure leur opacité et c’est ça qui les rend difficiles à porter dans la vraie vie. Le rendu est comme de la craie car c’est bien mat aussi. Si en plus le teint n’est pas nickel, c’est la cata. Inutile aussi de préciser que la ride ne fait pas bon ménage avec la bouche nude mate. Alors quoi ? A mon avis, pour rester dans l’esprit du nude, il faut se contenter d’un baume à lèvres (pas trop brillant) et passer vite-fait un rose/brun un peu éteint par dessus. On a alors une petite teinte qui rehausse la nuance naturelle de la bouche. Un peu comme les formules « Shine » qui, bien choisies (pas rose barbie donc), sont super embellissantes.

dimanche 20 mai 2018

Idéal Soleil Pocket, SPF 50, Vichy


Le mini-solaire, pas à dire, c’est une grande idée. Celui-ci est riquiqui, n’espérez pas faire les museaux de toute la colo avec, c’est vraiment le produit d’appoint. Ultra-fin, il prend moins de place qu’un portable dans la poche. Côté texture, c’est pas mal, à condition de bien s’en servir. La formule est fluide, vite appliquée mais elle colle un peu sur la peau. Il faut la laisser sécher 10 minutes (c’est long parfois) avant de se maquiller par dessus. Le produit est blanc mais devient quasi transparent, si on ne met que ça, on n’a pas très bonne mine, c’est bien pour les hommes et les enfants (tant pis pour eux) mais moi, maintenant je me suis habituée à des solaires qui ont un chouïa de couleur, histoire d’être moins livide. Bref, il fait le boulot mais il est assez roots, plutôt pour la randonnée avec casquette et lunettes de soleil que pour la ville. Il coûte 8,50 €

mercredi 16 mai 2018

Diorskin Mineral Nude Bronze, Dior


Sans cesse améliorée, la terre de soleil devient aussi importante pour les marques de makeup que le mascara ou le rouge à lèvres. Il faut reconnaître qu’on est nombreuses à l’utiliser toute l’année alors, tant qu’à faire, on veut un produit top. Par exemple, contrairement aux terres de soleil d’il y a dix ans, désormais beaucoup sont dispo en plusieurs teintes. Pour celle-ci, c’est 6 nuances (= si vous n’y trouvez pas votre bonheur, on ne peut plus rien faire pour vous !). La texture est une poudre minérale, sans trop de matière poudrée donc, c’est fin sur le visage, le résultat est assez transparent. Comme elle contient un peu de rose, l’effet bonne mine est garanti et même particulièrement réussi. Chère ? Oui. 44 euros, mais elle les vaut car son boîtier est ultra-fin et léger, facile à glisser dans le sac et elle dure très longtemps. je ne sais pas pour vous mais moi, les terres de soleil me durent environ un an. Et je me permets d’insister : on n’en met pas sur tout le visage sinon on ressemble à un vieil indien, on l’applique uniquement sur les reliefs. Par exemple, on trace un grand 3 côté droit : le haut du trois c’est le front, le milieu pour les joues et le bas pour les mâchoires. On fait la même chose à l’envers pour le côté gauche du visage.

dimanche 13 mai 2018

Les garçons se rasent, les filles se dépilent !


Oui parce que raser ça doit pas être un assez joli mot, chais pas… Bref ça m’a bien fait rire de découvrir dans le dossier de presse d’une marque de rasoir un mot que je n’ai jamais entendu dans ma bouche ou celles de mes copines. Moi je m’épile ou je me rase mais je ne me dépile pas. Cela dit, il est possible que je sois à côté de la plaque donc, dites-moi, de votre côté, si vous vous dépilez…  

mercredi 9 mai 2018

Aqua Urban, Galénic


Le solaire de ville commence à se répandre dans toutes les marques et celui-ci se débrouille bien. La texture est fine et mate à condition de la laisser sécher quelques minutes (c’est le cas de toutes ces textures mates). Mais pour moi, la vraie réussite de ce produit, c’est sa couleur. enfin, pas vraiment une couleur, plutôt une nuance un peu beige qui ne colore pas la peau mais qui évite cet aspect teint cireux qu’on a souvent après avoir appliqué un solaire haute protection visage (celui qui te fait regretter aussitôt de vouloir bien te protéger !). Bref, pas une couleur qui fait peur mais qui fait une belle peau sympa. Ca peut faire peur aux hommes mais il faut leur faire essayer… La formule existe en SPF 30 ou 50, à mon avis le 30 -sous nos latitudes et à condition de ne pas mettre « exprès » son visage au soleil- est bien suffisant. Un peu cher (35 euros) mais il en faut peu. Je l’utilise juste après le sérum, sans crème de jour.

dimanche 6 mai 2018

Les produits bio vendus en pharmacies sont-ils meilleurs que ceux vendus en supermarchés ?

C’est une question qu’on me pose souvent, ce qui prouve qu’il y a une vraie inquiétude autour de tout ça… Alors, précisons déjà que tous les produits d’hygiène et de beauté vendus en France sont soumis à la même réglementation européenne et qu’il n’y a pas de « bons » ou de « mauvais » produits. Ils sont tous soumis à la réglementation qui, même si elle n’est pas parfaite, est quand même une des meilleures au monde. Ensuite, ceux qui sont bio répondent au cahier des charges bio qu’ils ont choisi (Cosmebio, Cosmos, Natrue) souvent selon leur pays d’origine. Maintenant, niveau qualité des produits, une chose est sûre : le bio vendu en pharmacies est un peu plus cher qu’en grandes surfaces, on a donc plus de chances d’y trouver  des ingrédients plus précieux ainsi que des formules étudiées pour répondre à des besoins plus précis et des jolis packs ou encore des innovations. Démonstration avec mon trio gagnant de marques top en pharmacies : Sanoflore, Melvita et Lift Argan. En grandes surfaces, ceux qui se débrouillent le mieux -pour moi- sont Lavera et So Bio Etic. 

mercredi 2 mai 2018

Nutri Modeling, Filorga


Comme la plupart des formules qui promettent le raffermissement, celle-ci possède déjà une texture de baume, bien ferme. Probablement parce qu’on associe aussitôt une sensation compacte et dense à une action raffermissante. On n’est pas un paradoxe près dans la beauté car on préfère les produits corporels qui pénètrent vite -donc souvent fluides- mais quand c’est fluide on ne croit plus à la promesse raffermissante… Elle n’échappe donc pas à la règle : c’est une crème épaisse qui se masse et qui nourrit la peau. Et quand je dis qu’elle se masse, c’est qu’il faut vraiment la masser ! Ca tombe bien, on a plus de chances que ça marche avec massage que sans… Sinon, elle contient de quoi affiner (bon, pas de miracle non plus comme dab) avec 5 % de cafeine comme dans les amincissants les plus performants. C’est assez rare d’ailleurs d’avoir autant de cafeine dans une texture qui ne soit pas un gel alcoolisé. On y trouve aussi des huiles de babassu et de lierre pour lisser et drainer ainsi que du collagène associé à des polysaccharides pour tonifier. Beurres de karité et murumuru complètent le tout pour nourrir. Produit vraiment complet, idéal pour les peaux matures (délicat euphémisme pour dire vieilles) et comme toujours chez Filorga, l’odeur est discrète et sympa. Il coûte 39,95 € pour 200 ml. 

dimanche 29 avril 2018

Ma fille a de l’acné et veut se maquiller, ça risque d’empirer, non ?

Non… Pitié, laissez vos ados se maquiller surtout quand il s’agit de planquer les boutons. Si ça peut les aider à se sentir mieux, franchement, c’est tout ce qu’on souhaite. Mais (il y a toujours un « mais » avec moi), à condition de bien se démaquiller le soir. C’est donnant-donnant. Car le souci c’est que cette génération maîtrise à fond le maquillage (merci YouTube) mais zappe souvent le démaquillage (ça passe moins bien en tuto…). Résultat, c’est là que ça empire. Donc ok pour le maquillage avec un produit bien choisi, pas de risques avec ce qu’on achète en supermarchés, tout est non-comédogène. Sinon, évidemment, et surtout en cas de grosse inflammation, c’est toujours mieux avec un cosmétique vraiment fait pour ça, comme Dermablend de Vichy, Avène, La Roche Posay ou Uriage. Expliquez bien à vos ados que le démaquillage permet de virer les bactéries qui prolifèrent sur les peaux acnéiques. Ce n’est pas uniquement pour enlever le maquillage. Ensuite on applique son traitement bien comme il faut. Evidemment, hors de question de l’appliquer sur une peau maquillée, au cas où l’idée leur viendrait… Le tout avec une hygiène stricte : mains et ongles nickel of course. On peut aussi leur expliquer que la peau grasse retient tout ce qui passe à sa portée (comme le papier tue-mouche hé hé…) : poussière, pollution, bactéries… Un joli terrain de jeu pour que s’épanouissent pustules, papules et tous leurs amis. La peau sèche est moins accueillante pour cette population.  

mercredi 25 avril 2018

Fard à joues minéral, Lavera


Le nombre de filles qui sont passées au bio pout tout, sauf pour le maquillage c’est dingue. D’ailleurs moi aussi, j’avoue, le maquillage bio n’est pas ma priorité. Ca ne me fait pas rêver donc en général, je découvre un produit non bio qui me plaît et ensuite j’essaye éventuellement de trouver l’équivalent en bio. Pas évident à chaque fois et plus facile sur certaines formules que sur d’autres. Mais je me donne comme mission de vous faire découvrir quelques pépites (surtout depuis que Une n’existe plus) comme ce blush qui paraît très foncé et très rouge mais en fait non. Au contraire, il est parfait pour apporter du relief naturellement. Et ultra-facile à appliquer parce qu'il est bien large. La référence, c’est Cashmere Brown 9,40 €

dimanche 22 avril 2018

un peu de couleur sur les jambes, vite !



Eh oui Coco, on colle à l’actu ! Et quand il fait 28 °, on aimerait bien se promener jambes nues. Oui, mais… Cette couleur de jambes qui hésite entre le blanc et le verdâtre, comment dire, c’est juste pas possible ! Surtout qu’on a même pas eu le temps de passer à l’auto-bronzant. La solution de dernière minute, c’est le soin teinté pour le corps. Il y en a de plus en plus et c’est aussi une solution pour celles qui n’aiment pas l’auto-bronzant. Les trois que je vous présente sont très différents. Appliqués sur la peau bien blanche de mon bras, c’est impressionnant. Celui du haut, c’est le Sun 365 de Lancaster (30 € mais 15 € sur certains sites !). Trop foncé pour moi et je le trouve un peu difficile à étaler correctement (mais c’est sans doute parce que sa couleur ne me convient pas). Il a un SPF 15, bon, ça ou rien c’est presque pareil. Celui en dessous à gauche c’est le Perfect Legs Skin Miracle This Works (40 € arghhh). La formule a tellement d’adeptes que c’est une des meilleures ventes de la marque. Effectivement, elle est pas mal, il faut prendre son temps pour étaler mais le résultat est assez naturel, transparent à souhait avec des nacres réflectrices qui font une jolie peau. Enfin à droite sur mon bras, c’est la Crème Ingénieuse jambes et bras de Mary Cohr (40 € arghhh bis). Au sortir du tube, elle est blanche car ses pigments sont encapsulés, ensuite, sur mon bras on la croirait un peu orange mais la couleur est très réussie, pas trop fausse. Et surtout, comme une BB crème visage, elle sublime la peau. C’est bluffant, ça floute les imperfections, un pur plaisir. Attention, la formule est très siliconée, avant de tester j’avais appliqué un produit hydratant le matin qui devait être siliconé aussi et cela a fait pelucher le produit. J’ai un peu galéré pour enlever les peluches. Si cela vous arrive, il faut frotter ultra-légèrement sinon vous enlevez tout ! En tout cas, pour se faire des jambes de rêve pour une cérémonie ou autre, c’est le produit qu’il faut (mais par pitié, entraînez-vous avant le jour J pour l’application). Quelle que soit la formule choisie, il faut bien laisser sécher ces produits avant de s’habiller (dix minutes suffisent) mais une fois secs ils sont relativement résistants. Je dis bien « relativement » car si on n’enlève pas tout ça le soir, je ne pense pas que les draps blancs en sortent totalement indemnes si on transpire. Pareil le lendemain sous la douche, il faut les éliminer avec du savon. Uniquement à l’eau et sans frotter, ça ne part pas bien et on retrouve le produit ensuite en zébrures marronnasses sur la serviette de bain (qu’on aura choisie blanche bien sûr, c’est plus rigolo !).

mercredi 18 avril 2018

j’ai testé l’appli QuelCosmetic de l’UFC Que Choisir


Alors globalement, elle est intéressante mais pas de quoi grimper aux rideaux. Certes gratuite. Elle pointe du doigt les ingrédients à risque, par exemple toutes les substances suspectées d’être des perturbateurs endocriniens. Il n’y a pas des masses d’explications sur pourquoi tel ou tel ingrédient est classé rouge (pas bien) plutôt que vert (très bien), il faut fouiller un peu pour avoir des infos. Ce qui est très clair en revanche c’est le groupe de personnes pour lequel le produit est considéré comme « à risque » : les bébés et les femmes enceintes, les enfants ou les adultes. Très utile quand on veut visualiser si le cosmétique convient à toute la famille ou pas. Sans surprise, les produits bio sont les mieux notés mais il y a parfois de vraies trouvailles comme des formules vraiment pas bio du tout mais pas trop nazes. Maintenant, l’appli ne juge pas de l’efficacité ou de l’agrément cosmétique des formules, ce qui ajoute encore un peu plus de difficulté pour choisir son produit. Là où ça coince, c’est dans la classification des produits : par exemple, il y a une catégorie autobronzants et on y retrouve pas mal de produits solaires pas autobronzants qui n’ont rien à y faire. J’imagine que c’est parce que l’appli est participative : on peut scanner ses produits pour avoir un avis et la plupart des gens les collent dans n’importe quelle catégorie sans faire attention. Dommage que ce ne soit pas davantage vérifié… Et puis, il y a les vraies conneries (à mon avis) comme cette graisse à traire dans les produits solaires, considérée comme sans risque, mais qui ne contient pas de filtres solaires. Elle ne protège donc pas du tout mais a ses petits points verts partout comme il faut parce qu’elle n’a pas d’ingrédients nocifs. En tant que consommateur, qu’est ce qu’on comprend ? Qu’on peut y aller franco avec ce produit… Et pour finir, bien se cramer et risquer sa peau, bref, le système a ses limites… 

dimanche 15 avril 2018

le contour des yeux, ça ne sert à rien…


La question revient régulièrement : pourquoi devrais-je mettre un contour de l’oeil si ma crème de jour fait l’affaire ? Alors, oui je suis d’accord avec vous toutes… jusqu’à un certain point. Par exemple, si la crème de jour contient des filtres solaires pas testés sur le contour des yeux, ça peut irriter sérieusement. Idem si la la crème de jour est parfumée, les produits pour le contour des yeux ne le sont quasiment jamais pour éviter les irritations et allergies. Autre argument, la texture. Trop riche elle peut faire gonfler le contour de l’oeil, pas top pour celles qui ont tendance à avoir des poches. Côté ingrédients, dans les crèmes contour des yeux anti-cernes il y a des principes actifs spécifiques qui sont chargés d’améliorer la circulation sanguine à cet endroit (ruscus et arnica par exemple). Et ça, on n’en trouve jamais dans les crèmes de jour (car pas besoin). Et puis il y a des formules de crèmes de jour qui contiennent des huiles essentielles, c’est totalement interdit sur le contour de l’oeil ou pire, des acides de fruits, parfaits pour l’épiderme du visage mais dangereux pour les yeux. Alors, convaincue ou pas ? 

mercredi 11 avril 2018

Vegan et bio, ce n’est pas pareil !

Peut-être suis-je en train d’enfoncer des portes ouvertes pour la plupart d’entre-vous mais il ne se passe pas une semaine sans qu’une fille –souvent jeune- me dise qu’elle utilise des produits bio, parce qu’elle est vegan. Et quand je dis que ça n’a rien à voir, on me regarde avec des yeux ronds ! Donc, je reprécise : vegan c’est qui n’utilise pas de produits issus des animaux (en cosméto c’est le miel ou les cires ou des restes d'animaux dans l’industrie agro-alimentaire, car on ne tue pas d’animaux pour la cosmétique) et bio, ce sont des formules certifiées avec ingrédients biologiques. Alors, il arrive que certains produits vegan soient bio ou que certains produits bio soient vegan (le cas le plus fréquent) mais pas tout le temps… par exemple, des marques de maquillage pas du tout bio comme Nyx ou Too Faced sont vegan. On peut donc y trouver des ingrédients issus de la pétrochimie, pas top pour la planète (que si ça continue il n’y aura plus d’animaux à protéger dessus, hein…). Et pour rappel, les marques vegan ne sont pas testées sur les animaux mais les autres non plus  !!! Et ce, depuis quelques années, sauf celles vendues en Chine car le pays exige les tests pour une autorisation de commercialisation. Posez-moi vos questions sur le sujet, j’y répondrai volontiers, c’est assez difficile de ne pas tomber entre les griffes des polémiqueurs de tout poil (ouarf) mais j’essayerai de rester sereine… (et sinon, oui, j'ai déjà abordé le sujet il y a un an pile !)

dimanche 8 avril 2018

Classic Shampoo, Rahua



La quête du capillaire à la fois efficace, green friendly, joli dans la salle de bains et pas trop cher est sans fin. Mais, on avance et les progrès sont indéniables dans le domaine. Aujourd’hui, j’ai testé Rahua dont le nom m’évoque un peu trop Rahan, mais bon.. (les moins de 45 ans ne peuvent pas comprendre), cela dit, Rahan était dessiné avec une chevelure de rêve, ça tombe bien ! Bref, je m’égare… C’est du bio US, je vous mets la liste des ingrédients pour que vous puissiez juger vous-même. Moi, j’ai adoré la formule, super équilibrée, qui mousse bien et se répartit très bien aussi. Le rinçage est facile mais, comme toujours avec les shampooings bio, c’est après-shampooing obligatoire. 36 euros chez Oh my cream

mercredi 4 avril 2018

Ces marques qui disparaissent…


C’est peut-être une impression mais je trouve qu’en ce moment, en France, on rebat drôlement les cartes dans l’industrie de la cosméto. Des marques qui avaient tout pour plaire et proposaient une approche différente mettent la clé sous la porte et cessent d’exister; Evidemment, je ne parle pas de marques récentes qui n’auraient pas réussi à passer la barre des six mois de commercialisation. Là, il s’agit plutôt de marques très installées et cohérentes. Souvent elles appartiennent à des groupes pour lesquels elles n’étaient pas assez rentables ou pas dans les priorités des stratégies globales. Par exemple, la disparition du makeup Une est typique de ce phénomène. Elle proposait du maquillage naturel et/ou bio mais n’était pas commercialisée par un groupe dont c’était la spécialité (Coty qui est très axé sur la parfumerie et le mass market). Beau gâchis donc car les packs et les formules étaient top et on ne peut pas dire qu’en matière de maquillage bio il y ait des merveilles à se mettre sous la dent. On ajoute à ça quelques malentendus possibles pour les consommatrices car le maquillage proposé était dans le registre naturel tout comme les formules, beaucoup ont compris qu’il n’y avait que le look de naturel. Autre disparition annoncée, celle de Bare Minerals en France -car elle se vend encore ailleurs- (groupe Shiseido). En tout cas, on ne la trouve plus chez Sepho. Le site de la marque fonctionne encore mais pour combien de temps ? On se pose la question puisqu’il donne encore les adresses de Sepho comme points de vente, la mise à jour n’est pas des plus efficaces… Dommage car Bare Minerals avait des adeptes, surtout pour son fond de teint poudre très particulier. J’adorais aussi les palettes d’ombres mais elles étaient chères et ne buzzaient pas autant que Too Faced ou Urban Decay. Autre marque à disparaître : ELF, le spécialiste du makeup pas cher sur internet. Tué par Kiko ? C’est surtout aussi un gros litige entre le distributeur français et la maison mère qui ne proposait plus assez de produits attractifs qui l’a fait renoncer. Après, le grand mystère c’est pourquoi ces marques disparaissent alors qu’elles sont encore jeunes et jolies et que des vieilleries inchangées depuis des lustres perdurent…

dimanche 1 avril 2018

L’Or Rose, Huile Fermeté suractivée, Melvita


Revoilà le temps des produits amincissants, le marronnier number 1 de la presse féminine, et pour beaucoup, la plus gigantesque fumisterie de l’industrie cosmétique. Oui, car même avec un produit qui fonctionne, on ne perd jamais 10 centimètres de tour de cuisse ou de bide mais plutôt 1 centimètre max. Sauf que, ces produits ont quand même une vertu, ils obligent à masser et c’est le plus important pour affiner et traquer le capiton. Et tant qu’à masser, autant le faire avec un produit drainant (oubliez le massage à sec, c’est trop difficile). Dans le genre, j’adore cette huile signée Melvita, avec une formule bio évidemment, et une texture qui pénètre bien. L’odeur un peu épicée est super agréable et la présentation en spray pratique. Très concentrée en extrait de baies roses, elle facilite le destockage (en surface, parce que dessous, pour éliminer les tartines de Nutella, il faut déjà commencer par arrêter d’en manger…). Et comme elle nourrit la peau, pas besoin de se tartiner en plus de lait corporel. Bref, le tout-en-un idéal pour maintenant… Elle coûte 29,50 euros et est assez économique à l’usage car on n’en utilise que très peu à chaque fois.  

mercredi 28 mars 2018

Ombre à paupières Satin Edition 24 h, Bourjois


Allez, je parie que pour la plupart d’entre-vous, utiliser ce type d’ombre à paupières crémeuse, en flacon avec embout mousse, relève de l’impossible… "Je ne sais pas l’appliquer »… "Le résultat va être trop nacré » etc. Alors je me suis lancée et je vous assure, ça vaut le coup d’essayer. Celle-ci est signée Bourjois mais il y en a des wagons dans d’autres marques (si mon souvenir est bon, c’est dans la collection maquillage d’Armani que la première était sortie il y a deux ans environ), l’avantage avec Bourjois c’est que la qualité est impec et niveau porte-monnaie, ça reste raisonnable. L’applicateur laisse sous-entendre qu’on le pose directement sur la paupière et qu’on étale avec. Oui, c’est possible mais dans ce cas, le résultat est très intense. Mon conseil : mieux vaut le tartiner sur le dos de la main et ensuite prélever du bout du doigt pour fondre l’ensemble sur la paupière. Aucun risque de se rater et on peut moduler tout ça à volonté, c’est à dire en rajouter pour intensifier (mais c’est plus joli quand on voit la paupière en transparence selon moi). Attention, le produit a les défauts de ses qualités, à savoir, il sèche ultra-vite, il faut le travailler en dix secondes. Mais ensuite, il ne bouge plus pendant des heures (d’où le nom, hein…), ce qui permet aux paupières même plus très jeunes, d’envisager la possibilité d’une ombre à paupières. Ma couleur préférée est celle-ci : une nuance qui hésite entre taupe, bronze et kaki (ref 04 Abracadabrown) qui fonctionne avec toutes les couleurs d’iris. Le prix ? 11,95 €

dimanche 25 mars 2018

Lash Magnifier, Age Perfect, L’Oréal


Tiens, un mascara qui ne promet pas la lune ! Ca devient rare… Et pourtant, pour moi, il bat à plates coutures toutes les formules les plus récentes (dont le très très décevant Benefit). Les poils sont de vrais poils (je hais les poils en plastique), il apporte du volume, recourbe bien et se travaille confortablement car il ne sèche pas trop vite. Il résiste bien aux larmes : non, je n’ai pas eu de gros chagrin, c’est juste que récemment avec le froid, j’ai eu la larmichette facile au coin de l’oeil. Néanmoins, il se démaquille facilement. La formule fortifie les cils, c’est difficile à constater en quinze jours d’utilisation mais, déjà, il les laisse souples et ne cartonne pas, même quand on en met dix ou vingt couches comme moi ! Et puis, vous allez rire, il est positionné « spécial vieilles » puisqu’on le trouve dans la gamme Age Perfect et que c’est Julianne Moore qui fait la pub. Bref, ça y est, me voilà passée du côté obscur de la Force. Il paraît qu’il existe en brun foncé, si j’arrive à mettre la main dessus, je serai une femme comblée. Il coûte 15,50 euros. 

mercredi 21 mars 2018

Crème hydratante peaux mixtes, Alaena


Les spots bio se multiplient en France façon villages gaulois dans Asterix… Au départ il y avait les purs et durs, ceux qui sont partis dans la Drôme dans les années 70 pour élever des abeilles (cf Melvita, Sanoflore…), ensuite on a vu les industriels militants comme le groupe Lea Nature à La Rochelle. Et désormais, il va peut-être falloir compter aussi avec Biarritz, hot spot bio/hype. Il s’y passe quelque chose et ça a souvent un rapport avec le surf. Dernier exemple : la marque Alaena. L’histoire ? Lui est chirurgien esthétique, elle est dermato, ils ont trois filles (une pharmacienne, une ingénieure, une HEC, no comment) et ils ouvrent un spa magnifique. Suite logique : ils créent leur marque. Arrivés là, on pourrait penser que c’est juste une ligne de plus sur leur cv. Mais non, leur démarche, ultra-locale sur la mise au point et la production est passionnante. Leur idée est de partir sur les mêmes préconisations que l’alimentation bio et leur actif breveté est issu de graines germées : chia, lin, chanvre, avoine, pavot… Par ailleurs, ce sont d’authentiques militants de l’environnement et la fondatrice prescrit des cosmétiques bio à ses patientes depuis des années (ça doit être rare, perso c’est la seule dermato que je connaisse dans ce cas). Les produits sont quand même assez chers, fabriqués en mini-productions, par exemple cette crème hydratante pour peaux mixtes est à 79 €. Pour tester les produits, on peut commander une petite trousse d’échantillons pour laquelle on ne règle que les frais de port, j’aime bien l’idée.

dimanche 18 mars 2018

ISO 16128 : la norme relou

Peut-être avez-vous vu, récemment, des pages de pub dans les magazines, émanant des marques fondatrices du bio (Melvita, Léa Nature, Fleurance etc) tentant d’expliquer pourquoi, plus que jamais, il faut se fier aux labels Cosmebio et Cosmos pour se fournir en cosméto bio. Il faut dire qu’il y a effectivement de quoi flipper. En cause, la nouvelle norme ISO, chargée de définir ce qu’est un produit naturel et un produit bio (j’essaye de vous la faire courte mais c’est complexe). Au début de l’histoire de cette norme, il y a eu la volonté, somme toute assez légitime, de faire en sorte que tous les fabricants de bio ou pas parlent le même langage. Sauf que, à coups de compromis, on arrive à une usine à gaz qui rend encore plus confus le débat déjà pas mal tordu. En gros, cette norme permettra d’indiquer « bio » quand on a mis des ingrédients bio dans le produit, même si on a mélangé ceux-ci à des ingrédients pas du tout bio : silicones, huiles minérales et autres. Et même si on a utilisé des procédés de fabrication non-respectueux de l’environnement. On comprend que les fabricants qui se battent depuis des années pour informer les consommateurs hurlent à la mort. Franchement il y a de quoi car on trouvera en rayons le vrai bio et le faux bio. Pour info, quand on interroge les consommateurs de bio, pourtant parmi les plus pointus sur le déchiffrage des étiquettes, on se rend compte que bien peu savent réellement ce que contiennent les produits et comment identifier les substances controversées. La norme ISO 16128 c’est vraiment le chien dans le jeu de quilles… 

mercredi 14 mars 2018

Translating ? Someone ???



Hi guys!
Were you aware that translating is an actual job and not only a click away on google translate ? We have many people here in France who can write and speak in proper French.
Don’t hesitate to contact us….
Chers fabricants anglais ou américains, « Masque Bronzante », « Masque de gelée à la gingembre, aide à illumine »... Seriously ????
Je rigole, mais au fond j’ai une petite pensée un peu perfide : en gros, j’espère sincèrement que vous mettez davantage de soin dans la formulation de vos produits que dans la rédaction de vos notices ou la dénomination de vos produits. Sinon, on est mal barrés !

Et même, en poussant un peu le raisonnement, si j’étais un peu parano, j’y verrais une lichette de mépris pour les consommateurs étrangers… A vos dictionnaires !

dimanche 11 mars 2018

Resist C15 Super Booster, Paula’s Choice


Ahhh Paula Begoun ! Son nom ne vous dit peut-être rien –elle est peu connue en France- mais c’est une star de la cosméto aux US et c’était mon idole il y a 20 ans. Auteure d’un livre qui s’appelait « Don’t go to the cosmetics counter without me » ou encore « Blue Eyeshadow should be illegal » -trop d’accord !-, c’est une des pionnières du déchiffrage des compositions de produits. Elle y passait en revue tous les cosmétiques pour apprendre à ses lectrices à faire le tri. Elle a fini par créer sa propre gamme « Paula’s Choice » sans pour autant renoncer à son activité critique sur un site qui s’appelle Beautypedia (le mélange des genres ne fait jamais peur aux américains) et que je vous recommande en passant. Elle n’est pas branchée bio ou naturel, son truc c’est l’efficacité au meilleur rapport qualité/prix. En clair, elle mise tout sur le principe actif, exemple avec ce sérum à la vitamine C qui contient aussi de l’acide férulique et de l’acide hyaluronique. C’est un anti-oxydant et, pour celles qui n’auraient pas suivi ce que je me tue à répéter depuis 10 ans, l’antioxydant c’est super important pour la peau. Ca la protège des dégâts dus aux agressions extérieures (UV etc) et ça booste même l’efficacité des filtres solaires. Perso, je ne mets pas de filtre solaire quand il fait gris mais je ne sors jamais sans un antioxydant sur la peau. Très léger et vite absorbé, on en met trois gouttes dans sa crème avant de l’appliquer ou on l’applique seul en guise de sérum deux minutes avant la crème de jour, y compris sur le contour des yeux. C’est assez rare de trouver ce type de produit sans une tonne d’alcool, sans silicones ni parfum dedans (toutes les formules de Paula sont sans parfum). Pour moi, il rivalise carrément avec CE Ferulic de SkinCeuticals, aussi dosé à 15 % de Vit C et exempt de silicones, parfums et huile minérale mais, celui de Paula est à 53 euros... La bonne nouvelle c’est qu’on peut se procurer les produits en Europe en allant sur le site (je sais je suis chiante je ne mets pas de lien mais je ne suis pas payée par la marque, vous cherchez vous-même), attention c'est en anglais.

mercredi 7 mars 2018

Quel prix pour un bon shampooing ?


Sûrement pas les prix stratosphériques qu’on voit depuis peu avec l’arrivée de marques comme Sisley sur le marché des capillaires. 63 euros le shampooing, c’est clairement trop cher, les produits sont bons mais pas spectaculaires au point de casser sa tirelire. Pour autant, un shampooing à moins de 6 euros le flacon est rarement un bon produit et j’ai bien du mal à trouver de bonnes formules en grandes surfaces. Généralement, les tensio-actifs bon marché sont nuls pour le cuir chevelu. Si on veut une formule moins agressive, il faut mettre un peu plus cher. Conclusion : si je devais choisir une marque sûre, à laquelle je fais vraiment confiance, c’est Phyto qui arrive en premier. Les prix sont encore abordables et il y a un vrai savoir-faire. 

dimanche 4 mars 2018

Pince à épiler coudée crabe mors biais, Vitry


Aujourd’hui je rends service à toutes celles qui portent leurs lunettes non-stop et ne voient pas de près et qui, du coup, n’arrivent plus à s’épiler les sourcils correctement. Notez quand même que la nature est presque bien faite, plus on avance en âge et moins on voit de près, on se floute donc la ride soi-même, c’est merveilleux ! Bref, cette pince à épiler est faite pour se glisser sous les lunettes facilement, elle se place donc de façon totalement parallèle à la peau. Peut-être connaissiez-vous déjà l’existence de l’engin ? Moi, non. Il faut quand même un petit coup de main, on a tellement l’habitude du modèle classique qu’un peu d’entraînement est nécessaire pour se servir de celle-ci, mais ça vaut le coup ! Le modèle coûte 11,20 euros (en pharmacies ou sur leur site) et se fait en 12 couleurs ! On peut l’assortir au carrelage… 

mercredi 28 février 2018

regarder ses grains de beauté, mais pas que…

C’est juste une info comme ça en passant, glanée lors d’une conférence de presse sur les solaires (oui, pour nous, c’est en ce moment les solaires, on a de gros délais de fabrication pour les magazines, du coup on a les infos très en amont). Alors que l’incidence des mélanomes ne faiblit pas, j’apprends que 60 % des mélanomes surviennent ex-nihilo. Autrement dit, il ne s’agit pas de la transformation d’un grain de beauté mais d’une tache qui apparaît comme ça sur une peau saine. En fait, je savais, mais je ne pensais pas que c’était autant. Et le même professeur de photo-dermatologie a précisé que pour synthétiser la vitamine D, dix minutes d’exposition par semaine (avant-bras, mains, visage, sans filtres solaires évidemment) suffisaient. Difficile de comprendre pourquoi on est si carencés mais bon… 

dimanche 25 février 2018

Le blush crème au pinceau


C’est le genre de produit que j’applique au doigt mais je reconnais que ça prend un peu de temps car il faut fondre la matière au teint en tapotant, pas idéal pour celles qui sont toujours pressées. Alternative : l’appliquer au pinceau en choisissant un modèle un peu touffu pour avoir le geste assez large. Soit directement sur la peau nue, soit après le fond de teint et avant la poudre (pour fixer un peu quand même). Avec cette technique, on peut le moduler, commencer mollo et puis insister pour avoir un résultat plus soutenu. En photo, le Blush-Crème Rosé, Teint Lumière de Galénic (27 euros environ), absolument parfait car il est pile couleur "bonne mine".

mercredi 21 février 2018

Crème mousse pieds secs, Soludiab, Marque Verte


Encore un produit pour les pieds, vous allez croire que c’est une obsession chez moi… Et vous aurez raison ! Des pieds bien entretenus, c’est pas insurmontable comme boulot et très gratifiant. L’idéal c’est de les crémer tous les soirs bien sûr. J’en entends qui couinent déjà : j’ai pas le temps / je suis trop fatiguée / j’oublie / han, c’est l’hiver on s’en fout des pieds. Alors, pour celles-là, dont je fais partie aussi, personne n’est parfaite, cette mousse dosée à 10 % d’urée (pour manger vite fait la corne) fait office de séance de rattrapage . C’est très actif, on peut même espérer récupérer des talons râpeux en une ou deux applications. Une noix de mousse suffit pour chaque pied, ça pénètre à la seconde sans vraiment masser. Bon, le nom de la gamme est bizarre mais sinon, c’est sans parfum, sans colorant et sans conservateur et vendu en pharmacies à 14,30 euros les 125 ml.

dimanche 18 février 2018

Emulsion Nettoyante, Oh My Cream


J’ai enfin reçu les produits Oh My Cream, que j’ai vus partout (enfin sur ma petite planète beauté) et que j’avais vraiment hâte de tester. C’est fait et pas de déception, la gamme est top. Je vous fais un mini refresh sur OMC. Créé en 2013, c’est d’abord un site marchand très pointu où l’on trouve plein de marques naturelles ou bio (entre autres Paï, Ren, Tata Harper etc), dix boutiques où l’on conseille vraiment bien, diagnostic de peau à l’appui. Les produits vendus sont tous sélectionnés pour leur approche naturelle et leurs compos clean, le site donne la liste INCI de toutes les formules et tout est très joliment présenté, ça ne gâche rien, on parle bien de beauté… Tout fait envie ! La suite logique ? La création d’une gamme « maison » pour le visage avec des nettoyants, un exfoliant doux et des huiles de soin. J’ai adoré l’émulsion nettoyante, un lait super onctueux, à masser sur le visage pour dissoudre les impuretés et démaquiller en profondeur. Il est à base de beurre de cupuaçu, nourrissant, d’avoine et de lin, apaisants et d’acide phytique qui lutte contre les méfaits de la pollution. Evidemment, me direz-vous, des super laits pour le visage il y en a déjà plein sur le marché. Sauf que celui-ci ne contient pas d’huiles minérales, de SLS, de colorants, de parfums synthétiques, de phtalates, de parabens, de phénoxyethanol ou encore de MIT. Bref, niveau composition, ça balance du lourd. La marque préconise le double nettoyage, chose que j’ai tendance à trouver un peu pénible habituellement mais avec des produits comme ça, je pourrais changer d’avis (#girouette). Les prix sont élevés mais pas inabordables, 25 euros pour ce lait dont il ne faut qu’une petite quantité.