dimanche 14 octobre 2018

Le déodorant fraîcheur, La Provençale


Je précise tout de suite pour celles qui crieraient à l’opportunisme d’un grand groupe, que L’Oréal n’est pas nouveau sur le marché du bio puisque la marque possède déjà Sanoflore et 
lance régulièrement des formules bio chez Mixa. N’empêche… Avec des produits qui s’appellent La Provençale et du bio, on surfe bien sur toutes les tendances qui se vendent en ce moment (mais après tout, pourquoi pas). Alors, ça donne quoi ? Et bien c’est plutôt pas mal, comme ce déo bille pratique, frais, efficace et mini-prix. La gamme comporte aussi bien des soins corps (gels douche, huiles, savon) que visage avec des crèmes hydratantes et anti-âge. On voit bien que le but est d’occuper le terrain laissé encore assez ouvert en grandes surfaces puisque ni Nivéa ni Unilever, les deux autres mastodontes ne s’y sont intéressés. Dans les formules, des ingrédients rassurants comme l’huile d’olive Provençale et des prix riquiqui (de 5 à 15 euros grosso modo) qui donneront sans doute envie à pas mal de femmes d’essayer ou de ré-essayer le bio. Après test, je trouve les produits plutôt bien faits, ils sentent bon, les textures sont top. La démarche de L’Oréal paraît très vertueuse mais alors pourquoi, par ailleurs, lancer plus ou moins au même moment une gamme -St Gervais- sur le marché de la dermo-cosmétique, blindée de silicones dont le fameux cyclopentasiloxane dont tout le monde cherche actuellement à se passer ? 

mercredi 10 octobre 2018

Cabines UV dangereuses : rien de nouveau (sous le soleil…)

Ben oui, c’est dingue ça, l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) vient de pondre un rapport pour dire que oui les cabines UV sont dangereuses et sont à l’origine de mélanomes et qu’il faudrait les interdire. Sauf qu’elle l’a déjà dit en 2014 et qu’on le savait bien avant (de façon sûre depuis 2009) mais qu’on a laissé en place les instituts spécialisés, histoire de ne pas mettre les gens qui y travaillent au chômage (tant pis si à cause de ça on dépense plein de sous pour essayer de soigner les cancers en question). Voilà : avant on était sûr, maintenant on est sûr-sûr, peut-être faut-il attendre d’être sûr-sûr-sûr pour les interdire ? Les dermatos ont déjà (re)demandé en 2015 qu'elles soient interdites, l’académie de médecine aussi et même les sénateurs ! Le gouvernement traîne… Et cerise sur le gâteau, bon nombre de ces cabines ne répondent pas aux normes de sécurité, ne sont pas manipulées par du personnel formé et ne demandent pas forcément eux clients la preuve qu’ils ont plus de 18 ans, toutes choses pourtant inscrites dans la réglementation…    

dimanche 7 octobre 2018

Encre de peau All Hours Foundation Stick, Yves Saint Laurent


C’était cet été, on se préparait mes copines et moi pour la soirée d’anniversaire de l’une d’entre nous. Elles ont fait irruption dans ma chambre : elles adorent regarder en détail ce que j’apporte comme maquillage, persuadées que je cache des trésors que je ne leur donnerai jamais (elles ont raison ;-) Bref… Et là elles m’ont demandé de les maquiller, ce que j’ai accepté de bonne grâce (vocation refoulée de makeup artist) mais on n’avait pas beaucoup de temps et je n’avais pas non plus une valise de makeup avec moi. J’ai donc travaillé surtout leur teint en deux coups de fond de teint en stick (c’était celui de Bobbi Brown) et de blush crème. Je me tue à le répéter, mais si on ne travaille pas son teint après 50 ans, se maquiller les yeux et la bouche ne sert à rien (j’insiste, la fraîcheur du teint ça se travaille). Et là, les trois ont complètement flashé sur le fond de teint en stick : « c’est carrément génial, pourquoi tu ne nous en as jamais parlé ? », « c’est hyper facile à étaler », « c’est vachement naturel, j’adore », « on dirait qu’il n’y a rien sur la peau et pourtant c’est mieux »… Un catalogue de verbatim à faire pâlir une armée de publicitaires. Bien sûr, j’en avais déjà parlé au moins vingt fois mais je n’avais jamais « montré ». Donc, je redis : le stick, c’est comme du fond de teint compact mais plus facile à appliquer et un peu plus mou. On trace un trait sur le front, un sur le nez, un sur chaque joue, un sur le menton, puis on passe ses doigts dessus en étirant vers l’extérieur et c’est tout. Donc, pour mes copines -et les autres-, voici celui de Yves Saint Laurent, petit, pratique, très cher (45 euros), très facile à appliquer avec les doigts. La formule siliconée fait que ça glisse bien sur la peau et que le résultat reste mat une fois que les huiles volatiles se sont évaporées. Avis aux oiseaux de nuit, il est waterproof et tient 24 heures tout en offrant un fini naturel, un exploit ! Et tout ça en 20 teintes.

mercredi 3 octobre 2018

Gel Colorant Temporaire, Christophe Robin


Celui-là je ne l’ai pas vraiment essayé (je ne colore pas mes cheveux) mais sa composition mérite que je le signale pour celles qui sont intéressées. Il est signé Christophe Robin, dont j’adore les shampooings et qui a un discours très sincère et une vraie expertise en matière de coloration. Il a mis au point ce gel colorant pour toutes celles qui sont allergiques aux colos classiques, le produit ne promet pas la lune, on ne peut pas se passer de chimie pour avoir un résultat exceptionnel mais franchement c’est déjà très bien. C’est de la coloration directe revisitée (le procédé existe depuis longtemps) qui consiste à déposer les pigments sur le cheveu. Les nuances (quatre au total) sont étudiées pour se fondre au mieux avec les cheveux blancs ce qui permet une repousse en douceur. Ce n’est pas de la colo naturelle mais la formule est à 90 % d’origine végétale. Le temps de pose est de 40 minutes, c’est moins long que la colo végétale mais c’est le temps nécessaire pour que les pigments imprègnent correctement la chevelure. Le produit est vendu avec une brosse qui permet de cibler le produit (pour celles qui ont des mèches blanches ou du blanc très concentré à certains endroits, les tempes par exemple). La tenue, jusqu’à 7 shampooings, est meilleure que les habituelles colorations directes et le flacon est réutilisable, contrairement aux colos chimiques classiques. Il coûte 29 €.

dimanche 30 septembre 2018

Déodorant Orange Géranium, Girls Smells


Si j’en crois le nombre d’addicts à cette nouvelle marque de déos, les filles d’aujourd’hui préfèrent mettre 28 euros (c’est son prix) dans un déo bio, quitte sans doute à renoncer à s’acheter des choses habituellement chères comme un parfum (dont les ventes baissent carrément chez les moins de 30ans). Et je comprends tout à fait ça ! Comme un genre de nouveau luxe… Sa senteur est très bien travaillée (il y en 4 autres), il est en bille et reste discret une fois appliqué. Je l’ai trouvé efficace et doux pour la peau. L’autre bon point c’est que la bille de plastique s’enlève facilement pour la mettre directement ensuite sur la recharge (mais pour ça il faudrait déjà que le site vende la recharge seule, hein…).  Evidemment, il est sans sels d’alu et sans alcool et on le trouve chez Oh My Cream, la plateforme de marques naturelles et bio qui pourrait bien finir par énerver les géants de la cosméto (tellement c’est bien fait).

mercredi 26 septembre 2018

Détox officinale, Crème Détox multi-défense SPF 30, Saeve


Tout bouge tellement au rayon beauté en ce moment, qu’il y a foison de nouvelles marques, certaines très prometteuses, d’autres un peu moins… Celle-ci fait partie de la première catégorie évidemment et tout y est plutôt bien gaulé : look des produits avec des dessins de petits renards mignons et de fleurs à l'ancienne, ingrédients safe, odeurs sympas, ingrédients locaux et textures joliment travaillées. Ma préférée est cette crème toute fine mais avec un SPF 30 qui plaira à celles qui ne veulent pas alourdir leur peau avec un produit filtrant mais profitent des derniers rayons (genre moi, quoi !). Elle est très vite absorbée (un chouia d’alcool dans la formule aide bien) et laisse la peau bien souple. La marque (créée par une ancienne d’une grande marque de cosméto, ce qui est toujours plus vendeur que ex-directeur marketing d’une entreprise de roulements à billes) a déposé un brevet sur l’alliance de deux ingrédients issus du bouleau, la sève (d’où le nom..) fraîche et le chaga, un champignon parasite du bouleau, réputé pour sa richesse en nutriments –on en trouve d’ailleurs en compléments alimentaires. En passant et pour info, les brevets que déposent les marques de cosmétiques reposent souvent sur l’association de deux actifs, et dans ce cas, ce n’est pas une « grande" découverte pour la science mais du marketing pour donner une caution scientifique au produit et une façon légale de se prémunir de l’éventuelle concurrence sur des actifs identiques. Bref… Sinon, il y a aussi une affirmation un peu particulière dans le pack : "36 essais pour parvenir à cette formule exceptionnelle », là je ne sais pas si je dois rire ou pleurer… Les gars ou les filles de chez Saeve, 36 essais c’est un peu votre boulot non ? S'il suffisait d’un essai pour avoir la crème idéale, à quoi servirait le métier de formulateur ? Je m’égare…Je passe vite aussi sur le terme détox utilisé à toutes les sauces dont on ne sait plus très bien à quoi ça correspond. La crème est conçue pour les « peaux urbaines », en tout cas, elle ne contient pas trop de cochonneries puisque formulée sans silicones, ni parabens, ni PEG ni huiles minérales, ni phenoxyethanol, ni colorants, ni viande (pour les vegan), tout ça pile dans la tendance du moment donc… J’ai adoré l’odeur d’herbe fraîche, végétale et un peu âpre. Elle coûte 26 euros en pharmacies.

dimanche 23 septembre 2018

Vegan Stick Shampoo Detox, Cut By Fred


J’avais vraiment hâte de tester ce shampooing solide signé Fred, le coiffeur de Cut By Fred. Je suis un peu mitigée, non pas sur le résultat, mais sur l’utilisation, pas une cata mais pas tout à fait à la hauteur de ce que j’attendais. J’ai trouvé le produit difficile à appliquer : je précise que je lave mes cheveux tête en bas (oui, je suis une extra-terrestre) et que le shampooing solide s’appliquant directement sur le cuir chevelu, du coup, tête en bas déjà c’est compliqué. Et surtout avec des cheveux mi-longs. Je pense que sur cheveux courts c’est forcément plus simple. La formule contient beaucoup d’huiles essentielles, trop à mon goût, mon cuir chevelu est trop sensible pour ça et ce n’est pas spécifié sur l’emballage, c’est moyen. Le stick existe dans une autre version plus douce semble-t-il mais mes cheveux regraissant vite, c’est la version detox qui est conseillée. Ca mousse très peu, donc on a tendance à frotter pas mal et attention, trop frotter c’est irritant. Une chose est sûre, c’est pratique en voyage mais il faut quand même prévoir la dose d’après-shampooing -comme avec les shampooings bio- et ne pas lésiner sur les passages du stick pour être sûre de bien imprégner tout le cuir chevelu, car contrairement à un shampooing liquide, on ne peut pas beaucoup répartir le produit. Après séchage, les cheveux sont légers et doux mais pas très brillants, comme avec la pâte au rassoul de Christophe Robin mais ça m’a pris deux ou trois fois plus de temps… Il coûte 20 euros

mercredi 19 septembre 2018

Secret Brightening Powder For Under Eyes, Laura Mercier


Oups, j’ai vraiment failli passer à côté de ce produit pourtant génial, heureusement que l’attaché de presse m’a précisé que c’était un des best-seller de la marque, du coup j’ai été intriguée et je l’ai essayé aussitôt. C’est une poudre destinée à fixer l’anti-cernes sur le contour de l’oeil. Oui, c’est pointu… A tel point que je ne pensais pas que le produit existait : il y aurait donc d’autres personnes à part moi pour trouver que la poudre normale ne convient pas toujours ? Faut croire… Bref, c’est une poudre blanche mais très transparente qui fixe sans ternir et sans faire de gros halos blancs une fois le makeup terminé. Elle ne dessèche pas la peau toute fine du contour de l’oeil. Je précise pour les novices de l’anticernes que si on ne le poudre pas, il file dans les ridules autour de l’oeil et ça gâche tout. Elle coûte 29 euros chez Sepho, ça peut paraître cher mais on en utilise très très peu. Je l’applique au pinceau, ce n’est pas idéal pour la prélever, car c’est une boîte de poudre classique avec petits trous, il faut en renverser dans le capot ou sur la main ce qui gâche toujours un peu de produit. Bref, je me creuse pour trouver une solution.  

dimanche 16 septembre 2018

Le yoga (long post !)

Ok ce n’est pas exactement de la cosmétique mais de la beauté sans aucun doute. Mes meilleures copines savent déjà que je suis ultra prosélyte sur la question mais je veux aussi partager ça sur le blog. Faire du sport donne bonne mine, personne ne dira le contraire et améliorer sa posture quand on a une double scoliose depuis l’adolescence fait aussi gagner en beauté. Je sais que c’est très cliché, la journaliste bobo qui va au yoga le soir, mais bon, s’il y a un tel engouement autour de cette pratique il y a peut-être des raisons. En fait, j’ai commencé le yoga de façon dilettante quand j’avais 20 ans. A l’époque c’était très baba cool et c’est ce qui m’agaçait (dans les années 80 j’étais plutôt dans l’ambiance cold wave/post punk si ça parle à des gens encore vivants !). J’ai testé entre-temps plein d’autres sports sans succès et j’ai refait un peu de yoga ensuite. Enfin il y a 7 ans, j’ai vraiment accroché. Et je m’étonne moi-même d’avoir réussi à aller une fois par semaine au même cours alors qu’auparavant j’ai claqué des fortunes dans des abonnements à la gym non rentabilisés (l’abo payé pour un an pour faire trois séances, c’est moi, je l’ai fait #shame). Il faut croire que c’était le bon moment, le bon prof, le bon horaire, le bon lieu, toussa… Le bon moment parce que comme tout le monde, je ne vais pas en rajeunissant (sans dec ?) et qu’il me fallait absolument un renforcement musculaire. Cette pratique correspondait aussi au besoin que j’avais de faire beaucoup d’étirements car je marche beaucoup, ce qui fait travailler toujours le même groupe de muscles (même si c’est déjà top). Le bon prof parce qu’il a su trouver les mots (genre : tu as intérêt à être assidue au yoga si tu veux pouvoir continuer à nouer tes lacets quand tu auras 80 ans…). Il est pince sans rire (c’est un anglais ceci explique aussi cela) et exigeant en cela qu’il nous pousse avec bienveillance. Le yoga qu’il enseigne est le Vinyasa, et pour celles et ceux qui pensent que le yoga est une activité trop calme, je précise que je transpire tellement que je file sous la douche après chaque séance. Pour toutes celles aussi qui pensent qu’il faut être souple pour faire du yoga, c’est en fait le contraire, c’est idéal pour les gens non-souples afin, précisément, de gagner en souplesse. Au premier cours, je touchais au max mes chevilles et désormais à la fin du cours, je coince mes doigts sous mes pieds : petite victoire perso. Le bon lieu est important aussi, c’est en bas de chez moi, je peux y aller en chaussons, pas de transports stressants pour ne pas gâcher le moment. J’ai investi aussi dans la tenue, pas tout de suite (ça je l’avais déjà fait pour les abonnements en salle) mais une fois que j’étais bien accro. Pourquoi c’est important ? Parce qu’il faut se sentir bien et en confiance (avec dans la salle des petites bombasses de 25 ans, c’est pas toujours évident…), pouvoir faire les mouvements sans être obsédée par son legging trop large ou trop serré. Un bon legging de yoga, ça maintient sans comprimer, pas le premier prix chez décat, le mien vient d’une marque spécialisée yoga et coûte 80 euros, mais ça fait 5 ans que je l’ai et il subit un lavage par semaine sans moufter. Notez bien qu’à l’heure de mon cours, je resterais bien les fesses calées dans mon canapé devant une série des tartines de Nutella, mais le bénéfice est tellement évident que je réussis à me motiver et à enfiler ma tenue… Précision importante, quand j’avais 20 ans, je voulais faire du sport pour être mieux gaulée, maintenant ma motivation concerne davantage la santé, peut-être que tout est là ?

mercredi 12 septembre 2018

Ombre à paupières 205 Chocolat, Bo-ho


Petit crush du jour : cette ombre à paupières marron de la marque bio Bo-ho. Comme beaucoup de femmes, j’ai un peu de mal avec le makeup bio, c’est encore un des bastions du luxe pour moi. Je me force un peu… Là, j’ai peut-être trouvé le graal, une ombre marron toute simple mais bien calibrée, superbe pour faire ressortir les yeux bleus ou verts. Surtout qu’avec son pack en carton tout petit, on se doute bien qu’une fois terminée, elle ne laissera pas trop de trace de son passage sur terre, contrairement à tous ces boîtiers noirs ultra-chics que je surkiffe. Et puis, côté texture, rien à redire, la matière s’étale parfaitement, ce n’est pas complètement mat ni vraiment brillant, tout velouté. La marque la vend pour une ombre nacrée mais je ne la trouve pas si nacrée que ça (et je préfère…), facile à travailler en halo pour un smoky ou en aplat au doigt. Elle coûte 8,95 euros.

dimanche 9 septembre 2018

Déo-Douche, Spirial, SVR


Un gel douche déodorant ? Je sais, ça peut faire flipper… Pourtant, pas de sels d’aluminium dans sa formule (manquerait plus que ça !), pas de parfum ultra-fort non plus, ni d’alcool mais un complexe de probiotiques (des ferments lactiques) qui maintiennent une flore microbienne impec toute la journée. Il est sorti au printemps dernier et je l’ai testé au début de l’été, j’ai beaucoup aimé, mon mari a testé et a adoré (au point de me demander où ça s’achetait… c’est déjà notre troisième tube). Alors, qu’on se mette bien d’accord, ça ne remplace pas complètement le déo quand il fait chaud et qu’on a une bonne grosse journée dans les transports en commun, mais ça fonctionne quand même. Je m’explique sur ce « quand même » : là où ça transpire, la peau sent bon pendant des heures ou bien ça sent juste un tout petit peu mais pas horriblement. Car contrairement à ce qui arrive en temps normal, la transpiration n’est pas dégradée en mauvaises odeurs. On peut l’utiliser partout (oui, vraiment partout !), cheveux compris. Et cette formulation avec des probiotiques est peut-être le début d’une très grande histoire. Le gel douche coûte environ 9 € et, cerise sur le gâteau, son odeur légèrement hespéridée, bien que discrète, est très sympa…

mercredi 5 septembre 2018

Le Grand Musée du Parfum a fermé ses portes

C’était un superbe endroit, rue du faubourg St Honoré, quasiment en face du Bristol et à deux pas des Champs-Elysées. Vraiment bien conçu, avec des animations interactives et tout un parcours retraçant l’histoire du parfum. Trop élitiste peut-être pour conquérir le grand public car le lieu pouvait être intimidant, et puis le prix du billet était assez dissuasif (versus le Musée Fragonard totalement gratuit). Moi je l’aurais bien vu gratos aussi ce musée, financé par l’industrie du parfum qui pouvait en faire une vitrine pour les touristes du monde entier (mais bon, peut-être qu’on n’en a pas besoin, ça se vend plutôt bien…). Dommage…

dimanche 2 septembre 2018

Et ton rouge à lèvres sera… rouge !


En 2018 si tu es un fabricant de rouges à lèvres de luxe et que tu sors un nouveau produit, fais bien attention, il faut que l’étui soit rouge ou, a minima, de la couleur du rouge à l’intérieur. Adieu les étuis noirs… Du coup, raz de marée de jolis rouges à lèvres rouges (pour rappel, c’est Chanel qui avait lancé le bal il y a deux ou trois saisons) chez Guerlain, Lancôme et Dior. Ils sont sublimes, tu as envie de les avoir dans ton sac et une fois que tu en as un dans le sac tu as envie de le sortir dix fois par jour ! #etreunefille On ne parle pas des textures, inutile de vous faire l’article, c’est fin sur la bouche, pas de sensation de matière et pourtant une couleur lumineuse pendant des heures. 

mercredi 29 août 2018

OMG ! Chanel lance son maquillage pour hommes


Et ça va s’appeler Boy, c’est tout bleu marine comme Bleu de Chanel et ça sera vendu bientôt en Corée puis en novembre en France. Bon, on n’est pas non plus dans l’ambiance drag queen puisque les trois produits sont : un baume à lèvres transparent mat, un crayon à sourcils et un fluide teinté bonne mine. Gaultier avait lancé déjà un maquillage pour hommes il y a des années et n’avait pas eu assez de succès pour le continuer. Impossible pour moi de dire s’il y a des clients potentiels, je n’en sais rien. Le mot maquillage fait peur à plein d’hommes alors que quasiment tous utilisent un baume à lèvres et que certains se laisseraient sûrement tenter par un fluide teinté. Sur les sourcils, je suis moins formelle. Perso je n’aime pas quand les hommes s’épilent, question de génération peut-être ou de culture, car j’ai vu pas mal d’hommes avec les sourcils épilés en Italie et en Espagne. J’avais l’impression que c’était plus fréquent qu’en France ou alors je n’ai que Paris comme référence ? Bref, à suivre… 

dimanche 26 août 2018

Shampooing quotidien Source Essentielle, L’Oréal Professionnel


On dirait bien que peu à peu les digues cèdent… La preuve avec L’Oréal Professionnel qui se met au naturel. Jusqu’à présent, la marque vendue en salons de coiffures avait ignoré ce marché ou mis en avant d’autres marques du groupe sur ce créneau. Mais là, changement de cap avec de la colo végétale (plutôt bien mais je n’ai pas testé car je ne colore pas mes cheveux) et des shampooings naturels (pas bio mais avec des compo clean sans silicones ni sulfates). J’ai trouvé la formule pas mal mais ni mieux ni moins bien que tous les shampooings bio sur le marché. Au dernier rinçage, c’est super rêche comme avec un shampooing bio. Or ce n’est pas bio, donc, à la limite, mieux vaut, pour moi, acheter carrément un produit bio, non ? En tout cas, Après-shampooing ou masque sont obligatoires sinon bonjour le demêlage… Le bon point c’est qu’on peut recharger ces gros flacons carrés en salons. Je n’ai pas trouvé que le format carré soit très pratique à prendre en main mais ce n’est pas la cata non plus. Et sinon, les petites fleurs dedans c’est pour faire joli, ça n’a pas d’intérêt pour la formule (c’est trèèèèès à la mode en ce moment) 19,50 € les 300 ml.

mercredi 22 août 2018

Adieu les coton-tiges


Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais à l’avenir, il va falloir se passer de coton-tiges en plastique car ils seront interdits à la vente en 2020. Et on peut donc commencer tout de suite, c’est pas interdit…En fait, j’avais entendu l’info il y a quelques mois mais j’avoue que je ne m’étais pas penchée sur la question. Et puis une de mes collègues m’a dit qu’elle avait fait des gros stocks (4 boîtes d’avance), elle sait qu’on les interdit car il y en a plein les océans mais elle ne se sentait pas concernée car elle les jette à la poubelle (comme vous et moi sans doute). Son commentaire « mais ils sont malades les gens de jeter ça à la mer ! ». Comme j’avais lu tout un truc là-dessus juste avant, je lui ai expliqué qu’en fait ces déchets étaient très petits, volatiles et difficiles à recycler et que, donc, on les retrouvait souvent dans les océans. Ce n’était pas parce que des gens malintentionnés les y jetaient. Idem avec les mégots dans les caniveaux : ça finit par arriver dans la mer. Je suis sûre que si elle avait eu l’explication, elle n’aurait pas fait de stocks. Tout ça pour vous dire qu'aujourd’hui, ma boîte de coton-tiges vient de se vider et je cherche les alternatives (des faciles à se procurer, hein parce que je ne vais pas me faire livrer des coton-tiges bio par Amazon). Bilan : rien dans mon Naturalia (ou alors tout le monde les cherche et c’est la pénurie), rien dans mon Carouf, plus rien chez Mademoiselle Bio non plus. So what ? Je vais revenir dans un premier temps à l’allumette en bois et le petit morceau de coton au bout ? Autant vous dire que j’attends avec impatience de trouver des coton-tiges 100 % biodégradables. Cela étant dit, je trouve que ce serait bien de donner davantage d’explications (ma collègue n’est pas idiote, juste mal informée) quand on prend ce genre de mesures. Et non je n’ai pas décidé de totalement renoncer au nettoyage d’oreille, je dors avec des bouchons en mousse et j’ai sans arrêt l’impression d’être à moitié sourde quand je me lève.

dimanche 19 août 2018

Vendre des produits de luxe, un métier


Ici, le dossier de presse d’un fond de teint vendu 113 euros (oui vous avez bien lu). Bon, le souci c’est que le texte doit bénéficier d’une traduction google, pas tout à fait encore au point comme chacun sait (enfin visiblement non). « Meilleur vendeur » pour best seller, j’adore ! Bref, avec un produit à ce prix-là, on aurait pu espérer que la marque paye un vrai traducteur ou au moins fasse relire son texte. Ca laisse rêveur, imaginez qu’ils aient fait la même chose avec les formulateurs (tous stagiaires ?), je crains le pire et je persiste, le luxe, c’est un tout, rien ne doit être laissé au hasard. Et sincèrement je doute qu’il y ait un marché pour des fonds de teint à 113 euros en France.

mercredi 15 août 2018

Déos : la fin des sels d'alu ?

Virage à 180 ° sur le marché des déodorants : les sels d’alu font désormais flipper toutes les catégories de consommateurs, y compris ceux et celles qui jusqu’à présent s’en foutaient royalement. La faute aux nombreuses nouvelles applis qui traquent les ingrédients suspects ? (Clean Beauty, Yuka…). Sans doute et le résultat, c’est que les marques classiques (Dove, Mixa etc) lancent en ce moment des déo classiques (non anti-perspirants donc) avec, en bien gros sur l’emballage « 0% sels d’aluminium ». Plutôt drôle quand on se souvient qu’il y a encore deux ou trois ans, on ne trouvait en supermarché que des déos avec sels d’alu. Et si la pression des consommateurs devenait une réalité ? 

dimanche 12 août 2018

le savon à l’aubergine Ach Brito


J’ai un problème avec les jolis emballages de savons, je ne veux pas les ouvrir, idem avec les boîtes de sardines. Et là, vous me dîtes, mais quel rapport ? Et bien, c’est facile, c’est le Portugal. Oui parce que ces savons sont portugais et les plus jolies boîtes de sardines aussi ! Bref, ces deux beautés aux étiquettes rétro, parfumées à la tomate et à l’aubergine (c’est subtil parce que franchement l’aubergine, on ne peut pas dire que ça sente beaucoup) sont en vente chez Monop à 3,99 €. Vous avez le choix entre les exposer dans votre salle de bains ou les utiliser pour vous laver les mains… Et, au risque de me répéter, le savon c’est plus économique et plus écologique que le gel douche. Mais tout ça vous savez.

mercredi 8 août 2018

SynchroSkin Bronzer, Shiseido


Grande nouveauté de la saison, la terre de soleil se décline désormais en version cushion. Un peu réticente, il faut bien le dire car je n’aime pas les fonds de teint cushion, j’ai malgré tout testé celui de Shiseido. Bonne surprise car ça fonctionne impec niveau texture. Le produit qui sort est transparent et donne vraiment l’effet « peau bronzée » comme si elle n’était pas maquillée. A condition de tapoter la texture (ça ne se lisse pas, ça se tapote, faut apprivoiser le geste). Pas de couvrance du tout mais une superbe peau toute dorée qui fait vraiment « comme si ». Dans le boitier, ça paraît très sombre mais en fait ça ne l’est pas du tout sur la peau. La nuance que je vous montre sur la photo correspond à celle de ma couleur de peau, c’est à dire claire. Elle coûte 47 euros, c’est très cher mais on en utilise peu. Et si c’est pour sauver sa peau des méfaits du soleil, ça les vaut… 

dimanche 5 août 2018

Premières rides, première cellulite… On n’arrête pas le marketing !

Les premières rides, c’est déjà une histoire ancienne, une astuce pour vendre des crèmes anti-rides aux femmes encore jeunes qui n’ont pas envie d’entrer dans la catégorie « vieilles ». Mais la première cellulite, c’est nouveau. C’est, genre, la cellulite que tu as depuis quelques mois, beaucoup plus glam que la cellulite incrustée ! Physiologiquement, je cherche encore la différence entre de la première cellulite et de la cellulite « classique ». Là aussi on s’adresse à la jeune femme mais pas sûre que ça fonctionne car si je devais acheter ces produits, j’investirais plutôt pour un produit ultra-efficace, au prétexte que « qui peut le plus, peut le moins ». En même temps, je ne suis pas cliente, pas assez motivée pour utiliser un anti-cellulite, les seuls qui soient vraiment efficaces ont des formules alcoolisées desséchantes, il faut hydrater ensuite et je ne réussis pas à mettre deux produits sur le corps (déjà un, hein…). 

mercredi 1 août 2018

En vieillissant, J’ai des petites taches blanches et d’autres marrons quand je bronze, comment éviter ça ?

Bon alors, j’avoue c’est aussi mon cas et hélas, il n’y a rien à faire si ce n’est éviter de s’exposer au soleil… Cruel certes, mais tout ça, c’est dû à l’âge. En gros, les cellules chargées de faire monter le bronzage, les mélanocytes, font un peu n’importe quoi à partir de 45/50 ans, surtout si on a abusé du soleil (et si on a été enfant dans les années 70, c’est souvent le cas). Au lieu de produire un joli bronzage uniforme, elles se mettent en grappes et font des taches sombres ou font défaut et cela occasionne des mini-taches claires (hypomélanose). Evidemment, il y a aussi des maladies qui produisent des taches sur la peau (donc on vérifie tout ça avec un dermato) mais si ce n’est pas le cas, soyez sûre que les taches sont le signe que votre peau a sa dose d’expositions solaires : il faut faudrait y renoncer. Allez, bisous, C’était la rabat-joie des vacances… 

dimanche 29 juillet 2018

L’huile sèche Eau d’Hadrien, Goutal


C’est le style de produit que tu oses à peine toucher tant il est joli (de ceux qui restent parfois non-entamés pendant des années dans les salles de bains des beautystas, oui je vous connais !). Un flacon au design sobre mais raffiné et pas d’étiquettes moches pour gâcher tout ça… Mais, ce serait quand même dommage de ne pas se précipiter sur la formule, car l’addiction guette ! L’huile est très fine (jojoba et pépins de raisins), pénètre vite et, surtout, laisse sa senteur culte sur la peau. Un vrai défi car cette senteur hespéridée qui évoque la Toscane n’est pas facile à reproduire dans une huile. Elle est hors de prix (70 €) pour une huile corporelle mais pour moi, elle remplace le parfum en été car elle enveloppe totalement la peau. Notez au passage que Annick Goutal a perdu son prénom, la maison s’appelle désormais Goutal… Dior n’a plus de Christian, tout fout le camp…

mercredi 25 juillet 2018

Spray Solaire Bio SPF 30, Bioregena


Peut-être l’avez-vous remarqué, il y a moins de solaires bio aujourd’hui qu’il y a quelques années. Il faut dire que la formulation est compliquée et que le solaire bio, souvent décevant, se vend mal. Mêmes les accros au bio finissent par craquer en faisant une petite entorse à leur routine pour les solaires. Toujours trop blancs, difficiles à étaler, bref, chiants à utiliser. Mais celui-ci, sorti l’année dernière je crois, est l’exception qui confirme la règle et c’est, pour moi, un des meilleurs du marché. Certes il est blanc -normal, les filtres chimiques sont interdits en bio, ce sont donc des filtres minéraux- mais il s’étale bien, donc pas de souci. Pratique aussi car il est en spray. Son odeur exotique un peu présente à l’application se fait oublier peu de temps après. Le nom du produit est étrangement formulé « Spray Solaire huile précieuse d’argan ». Dit comme ça, on pourrait croire que c’est une huile mais non, c’est bien une émulsion qui contient de l’huile d’argan. Tout ça pour 20 euros environ.

dimanche 22 juillet 2018

Faut-il se mettre de la crème solaire sur le contour des yeux ?

Je connais des filles qui le font (les flippées), d’autres qui devraient le faire (celles qui ne portent jamais de lunettes de soleil). Perso, je ne le fais pas car je porte beaucoup mes lunettes de soleil ainsi qu’un chapeau et je mets rarement mon visage au soleil. Le rayonnement sur mes paupières est donc assez faible. Mais si ce n’est pas votre cas, il y a des produits spécialisés comme la nouvelle crème Anthelios Ultra sans parfum SPF 50 + de La Roche Posay qui ne pique pas les yeux ou le contour des yeux SPF 50 + de Dermedeen. Très utile aussi quand on a fait des séances de laser rajeunissant sur le contour des yeux car il y a un risque d’hyperpigmentation en cas d’exposition des zones laserisées. Mais je vous déconseille d’utiliser une crème solaire qui n’est pas prévue pour ça sur le contour des yeux. Même si vous faites attention en l’appliquant, il y a toujours le risque qu’elle migre dans l’oeil à cause de la transpiration ou l’eau de la piscine ou de la mer, et là, c’est garanti, ça pique grave ! D’ailleurs, même sans crème solaire, l’eau de mer me brûle les yeux, c’est horrible ! Du coup je ne mets plus ma tête sous l’eau… 

mercredi 18 juillet 2018

Quel prix faut-il mettre pour une bonne crème visage ?

C’est la question qu’on me pose sans doute le plus souvent, et la plupart du temps, celles qui me la posent ont besoin d’être rassurées. Dans un sens comme dans l’autre : « on est pas obligées d’acheter des crèmes à 80 euros pour prendre soin de sa peau, hein ? » ou l’inverse « moi je préfère investir dans une bonne marque, je n’ai plus 20 ans, il faut que ça fonctionne ». C’est amusant parce que, au fond, le prix c’est celui qu’on veut bien mettre, nous les consommatrices et il dépend surtout du circuit de distribution. Pas cher en grandes surfaces, un peu plus en pharmacies et hors de prix en parfumeries. On paye aussi tout ce qu’il y a autour du produit, pub, emballage etc. Alors, quel prix mettrais-je ? Pas au delà de 60 euros mais pas au dessous de 15 euros. C’est ma fourchette très large et j’achèterais sans doute en pharmacies. Mais en dessous de 15 euros, j’estime qu’on ne peut pas avoir une formule avec des bons ingrédients, la pétrochimie n’est pas chère. Pour autant, cela ne veut pas dire que la formule chère en sera exempte, méfiance… En tout cas, le prix fait débat, les marques de cosméto ont tendance à sortir des produits de plus en plus chers, dans les nouveautés de la rentrée (que je reçois en ce moment donc), il y a une foule de crèmes de jour qui a passé la barre des 100 euros. 

dimanche 15 juillet 2018

Sun Sensitive SPF 50, Lancaster


Le makeup solaire fait son petit chemin, perso j’aime de plus en plus, d’abord parce que je vieillis donc j’apprécie de ne pas être blanche comme un lavabo en plein soleil et puis les produits se sont vraiment améliorés. En fait, je pense que les marques ont compris qu’on ne voulait pas avoir la peau caramel, trop fake mais juste subtilement dorée. Ce qui est le cas avec ce produit, vraiment très peu coloré (moins que ce qu’il paraît). C’est un SPF 50 et il floute bien les défauts. Il semble onctueux quand on l’applique mais devient rapidement mat. Ma seule inquiétude c’est qu’on l’applique en couche fine donc pas sûre qu’on soit ultra-protégée. Plutôt pour celles qui ne s’exposent pas directement le visage ou qui partent à la plage avec chapeau et parasol. Il coûte 30 euros chez Marionnaud

mercredi 11 juillet 2018

Huile de Pen-Lan, Algologie


Je ne sais pas vous mais moi, quand on me parle huile corporelle, c’est plutôt le sud et l’orient que j’ai en tête, pas la Bretagne. Et pourtant, voilà qu’elle arrive sur le créneau trèèèèès convoité des huiles corps/cheveux. La faute au réchauffement climatique ? En tout cas, c’est réussi, tant au niveau plaisir à l’application -elle est assez sèche et pénètre vite- que pour sa senteur. Non, elle ne sent pas l’algue mais une odeur fraîche et délicate qui change un peu, justement, des huiles « orientales » auxquelles on est habituées. Elle contient un mix d’huiles de bourrache, camélia, amande douce et noisette ainsi qu’un complexe de plantes propre à la marque. Le flacon est très déco, ça ne gâche rien… Tout ça pour 25 €. En passant, je teste pas mal de produits de cette marque en ce moment et j’aime beaucoup les textures. 

dimanche 8 juillet 2018

Paris-Deauville, Chanel


Il faut vraiment s’appeler Chanel pour réussir à nous faire rêver sur un trajet aussi peu prometteur que le Paris-Deauville. On va oublier le train crado gare Saint-Lazare, le changement à Lisieux et les grèves perlées… Pourquoi Deauville ? Parce que Coco Chanel y avait ses habitudes (et sa première boutique) car il n’y a pas grand-chose de normand dans le jus ! C’est une eau fraîche mais c’est aussi un vrai parfum, bien plus complexe qu’une cologne. Ca démarre avec de l’écorce d’orange, du petit-grain et des feuilles de basilic, puis un soupçon d’essence de rose et des notes jasminées. Les fleurs ne sont pas trop lisibles, plutôt là pour appuyer le propos que pour pavoiser. Idem avec le fond légèrement patchouli. L’ensemble est décrit comme un jus vert/amer/mordant. C’est exactement ça et c’est cette amertume qui le rend si particulier et attachant, moins évident qu’un hespéridé classique. Le flacon est sublime, sobre mais classe. 112 € quand même (mais c’est Chanel alors que tous les parfums de niche de marques inconnues sont au dessus de 100 euros). Et dans la même gamme des Eaux, il y a Paris-Venise et Paris-Biarritz, très tentantes aussi.

mercredi 4 juillet 2018

Vernis : la moisson de l’été


En vrai, j’adore le rose mais j’ai parfois l’impression d’être une vieille Barbie avec des ongles roses, stupidement inquiète par l’image que je donne (peut-être que si j’étais une femme vraiment libre, je serais une créature avec un énorme chignon blond, une robe en léopard et des mules à talons avec des plumes de cygne… je m’égare, je sais). Bref, du coup, j’essaye plein de vernis tout sauf roses et ceux que je préfère cet été sont ceux-ci : un Kure Bazaar violet profond (Catwalk 16 €) et deux rouges, un corail et un carmin de Manucurist (Red Corral et Poppy Red 14 €). J’en profite une fois encore pour préciser que même si ces formules sont « green », elles ne sont pas bio mais juste moins pires que les autres.  

dimanche 1 juillet 2018

Pour éviter les rides, c’est obligatoire une crème ?

Non, la crème sert à protéger la peau et à éviter qu’elle ne tiraille ou ne soit trop sèche. Donc, si ce n’est pas le cas, on zappe. C’est amusant d’ailleurs comme il y a une espèce de diktat de la crème, certaines copines me confient presque sous le sceau du secret qu’elles ne se mettent pas de crème sur le visage. Alors, on se détend sur le sujet car j’ai même interviewé des dermatos qui s’en passent. Si on a la peau mixte, on peut, par exemple, appliquer un sérum, qui apporte des principes actifs anti-âge (des anti-oxydants souvent mais aussi des peptides) et réhydrate un peu sans pour autant surcharger la peau. Pour éviter les rides, il faut avant tout fuir le soleil, ce qui ne veut pas dire qu’il faut se croire à l’abri avec un SPF 50 toute l’année. Non, le but c’est de porter un filtre solaire quand on sait qu’on est exposée mais faire son max pour garder son visage à l’ombre (chapeau, lunettes). J’insiste aussi sur le nettoyage : la pollution, les poussières, le sébum mal nettoyés flinguent la peau et l’agressent inutilement. C’est presque plus important qu’une crème avec une peau mixte.  

mercredi 27 juin 2018

Eau de protection solaire SPF 30, Vichy


D’année en année, les filtres solaires gagnent en finesse et en praticité. La preuve avec ce qui se fait de mieux ou presque cet été, l’eau solaire de Vichy. Pas complètement une eau à vrai dire, mais une formule biphasée d’eau et d’huile (à bien secouer donc) toute fraîche. Normalement ça protège efficacement (ne comptez pas sur moi pour tester vraiment et m’exposer la moitié avec et la moitié sans) mais là où c’est super malin c’est que c’est l’un des rares produits solaires qu’on aura aucun mal à réappliquer souvent. Un pschitt et hop c’est fait. Le produit laisse comme un film à la surface de la peau, on a le choix de l’étaler ou pas, si on l’étale, c’est bien hydratant. Dans le dos par exemple, pas obligée d’y revenir avec la main, on peut laisser tel quel. La texture est bien hydratante, la peau est bien souple après utilisation et surtout hyper jolie, un peu satinée comme avec une huile sans le gras qui va avec. On voit -davantage qu’avec une brume- où on l’a mis. C’est un SPF 30 : la protection idéale pour tout le monde tout le temps si on ne reste pas exprès en plein soleil à midi sous les tropiques. Le flacon coûte 19 € environ.

dimanche 24 juin 2018

Pschitt Magique Corps, Garancia


Mauvaise nouvelle pour les gommages : voici la formule qui les ringardise en 30 secondes et qui est, en outre, bien plus efficace sur les rugosités et aspérités de la peau (ne me dîtes pas que je suis la seule à en avoir ?). C’est le petit frère du Pschitt Magique visage qui existe depuis 10 ans et fait des merveilles sur les peaux à imperfections. Mode d’emploi simplissime : on entre dans sa douche, on ne se mouille pas et on étale deux à trois pressions de cette mousse sur tout le corps sauf les muqueuses (donc pas sur les parties génitales pour celles/ceux qui ont besoin de bien bien comprendre). On attend trente secondes et on rince. Puis on se lave normalement. Au final, une peau mega douce et pour ma part, idéalement préparée à un petit coup d’autobronzant progressif. En cas de coudes rugueux, petits boutons sur les fesses et autres joyeusetés, je vous conseille de l’appliquer trois jours de suite et ensuite de recommencer un mois plus tard. A tester absolument aussi sur les petits boutons dans le dos des ados (oui faut déjà réussir à les attraper, je sais !). Pas sur les gros boutons infectés en revanche car il pourrait être irritant sur une peau très acnéique. Il coûte 34 €

mercredi 20 juin 2018

Crème Corps Hydratante Energisante, Bath Therapy, Biotherm


Vous n’avez peut-être pas remarqué mais toutes les marques se déchaînent sur les soins corps en ce moment. Peut-être qu’après des années de léthargie, on voit enfin le potentiel de ce marché ? En tout cas, tout le monde y va de sa petite gamme et je teste à tout va #hardlife. Celui-ci par exemple, fait partie de la nouvelle gamme corps de Biotherm, qui gravite autour du bain. Il y a trois senteurs, difficile de choisir, les trois sont très réussies. La verte est au gingembre et à la menthe poivrée (pour la senteur principalement) et sa senteur discrète est néanmoins hyper fraîche et revigorante, parfaite pour se réveiller le matin. Côté texture, on est davantage sur un beurre que sur une crème, c’est solide sous les doigts dans le pot mais ça fond direct dès l’application. Pénétration ultra-rapide et bonne hydratation. Il y a des silicones dans la compo mais pas tant que ça, et la formule est assez hydratante pour la saison. Le truc super agréable c’est que la senteur reste sur la peau tout au long de la journée mais ce n’est pas entêtant, ça parfume en douce. Le pot coûte 20 euros. 

dimanche 17 juin 2018

Cattier fête ses 50 ans


Et je crois que c’est la marque bio que je connais depuis le plus longtemps puisque quand j’étais petite, je me souviens très bien qu’il y avait un tube d’argile verte prête à l’emploi de chez Cattier dans la salle de bains. Ils sont vraiment spécialistes de l’argile sous toutes ses formes, même si, entre-temps, d’autres produits ont été développés. Comme ce « Moussant Familial » qui sert aussi bien de shampooing que de gel douche. Ce n’est pas ma base lavante préférée (elle est à base de sulfates -ceux autorisés en bio) mais à l’essai, je n’ai pas trouvé la formule irritante du tout. Tout ça pour un prix de 9 € environ les 500 ml. Pour l’occasion des 50 ans, la marque a mis quelques fioritures sur le pack et, d’ailleurs, elle s’autorise de plus en plus souvent la couleur après des années d’austérité (comme Lavera et Weleda). C’est ce qui m’agaçait il y a 30 ans : si on choisissait le bio, on n’avait pas le droit au fun, quelle injustice !

mercredi 13 juin 2018

Pourquoi on ne trouve pas de brume solaire bio ?

Marie me pose la question car elle voudrait un solaire bio et elle trouve que les brumes sont ultra-pratiques. Problème : ça n’existe pas en bio. Mais pourquoi ? 
C’est une question un peu technique mais je pense avoir la réponse. En fait pour faire une brume solaire, on utilise des filtres solaires chimiques, interdits en bio. Les solaires bio fonctionnent grâce à des filtres solaires minéraux comme le dioxyde de titane. Or, pour le transformer en brume, il faudrait qu’il soit sous une forme de nanoparticules da façon à être finement sprayable. Mais les nanoparticules de dioxyde de titane sont dangereuses si on les inhale, ce qui pourrait arriver avec une brume. Voilà pourquoi il n’y a pas de brume solaire bio. On trouve des laits fluides en spray et c’est ce qui se rapproche le plus d’une brume.  

dimanche 10 juin 2018

le secret du blush : il en faut deux


Un pour l’hiver plutôt rose et un pour l’été plutôt orangé. En hiver et au printemps, la lumière du jour est froide et la peau souvent un peu plus pâle (la mienne est vert endive, merci), le blush sera plus joli dans un rose plus froid (rose thé par exemple) que celui de l’été. Avec une lumière chaude, en été et en automne, le blush orangé est plus joli, mais surtout pas de terre de soleil à la place, c’est trop terne pour les joues. Ca fonctionne aussi sur les peaux mates qui sont souvent un peu jaunes en hiver et ont besoin de rose légèrement pêche pour retrouver de l’éclat. Pour donner du bombé aux joues qui en manquent (quand on vieillit ça peut être un vrai souci), je conseille le blush crème en stick. Il y en a plein cette saison et on peut investir dans une bonne marque, ça s’use très lentement (en photo le Blush Stick Bright Red de Lancôme). Toutes mes copines ont peur de ce genre de produits pourtant c’est simplissime à utiliser. On sourit dans le miroir pour repérer l’endroit le plus bombé des joues. On trace un gros rond avec le stick et on étale du bout des doigts, en rond aussi. Les nouvelles textures sont prévues pour se fondre à la peau. Attention, il faut les appliquer avant la poudre, ça marche aussi après mais c’est moins bien. 

mercredi 6 juin 2018

Anthélios Ultra, Crème sans parfum 50+, La Roche Posay


Le solaire des peaux qui ne supportent rien, c’est celui-là ! Sans parfum (c’est rarissime mais par exemple, en grandes surfaces, toute la gamme solaire Mixa est sans parfum et elle est très efficace) et qui ne pique pas les yeux, c’est à dire qu’on peut en mettre sur ses paupières. J’ai essayé et effectivement, pas de picotements ! Il est facile à étaler et hyper pratique à doser grâce à son flacon pompe. En passant, je conseille aux allergiques de tout poil de chercher à tout prix des formules sans parfum, et plus encore pour les produits solaires car l’exposition aux UV peut entraîner des réactions plus fortes qu’habituellement. Celle-ci coûte 18 € mais on la trouve facilement autour de 11 € sur les sites de para.

dimanche 3 juin 2018

It Cosmetics débarque en France



J’avais vaguement entendu parler de cette marque américaine, mais j’avoue ne pas m’y être intéressée plus que ça jusqu’à la semaine dernière… Rachetée par L’Oréal il y a deux ans, elle arrive en France en juillet sur le site de Nocibé (et en septembre dans les points de vente Nocibé). L’occasion de nous la présenter lors d’une conférence de presse mémorable, façon show à l’américaine, normal car la marque se vend régulièrement sur QVC la chaîne de télé-achat et y fait un carton de ouf. Moi, à la fin de la conférence, ce n’est pas compliqué, j’étais prête à tout tester tant la fondatrice, Jamie, et sa formatrice sont convaincantes (sur la photo en pleine démo). Jamie Kern Lima, c’est l’américaine type (mais pro de la com’ quand même car elle était présentatrice télé avant) moulée dans une improbable mini-robe rose layette à volants et perchée sur des Louboutin de 12… et qui n’hésite pas à se démaquiller pour montrer comment est sa peau au naturel (énorme rosacée, plaques rouges sur les joues) et comment elle la transforme avec ses produits. Vous l’aurez compris, je n’ai pas super envie de lui ressembler mais même avec moi, la sauce a pris car il y a beaucoup de sincérité dans son discours. Résultat, je me suis jetée sur les produits et, je suis dingue de leur meilleure vente, une CC Cream SPF 50 incroyable. Son nom « Your skin but better »… je n’aurais pas dit mieux ! Pourquoi c’est bluffant ? Parce que c’est couvrant mais que ça reste naturel. Je l’ai appliquée avec le pinceau de la marque, j’avais juste un teint de rêve qui n’a pas bougé d’un pouce tout au long de la (chaude) journée. Les ridules n’étaient pas marquées pour autant ni les pores visibles. Bref, du vrai maquillage, pas uniquement joli sur les mannequins mais aussi sur les peaux pas terribles de madame tout le monde. Evidemment, c’est couvrant, c’est peut-être ce qui pourrait ne pas plaire aux Françaises, et encore, je suis sûre qu’après essai, tout le monde achète. Les prix seront aux environs de 40 euros la CC. Perso, j’ai essayé aussi l’anti-cernes (dément… assez proche du Full Cover MUFE), la poudre (dingo) et le mascara dont je vous reparlerai car il va chez moi détrôner tout le reste. Vous me demanderez, après tous ces commentaires louangeurs, si la marque m’a payée. Non, ma ligne de conduite n’a pas changée, mais franchement là, je suis devenue leur meilleure ambassadrice !   

mercredi 30 mai 2018

Le rouge à lèvres nude : fausse bonne idée (mais vrai casse-gueule)

Coucou c’est la reine du makeup nude qui vous parle… Je suis tellement nude que j’ai même l’impression parfois que c’est moi qui l’ai inventé le nude, c’est vous dire… Je suis hyper nude pour le teint par exemple. Pourtant, il y a un terrain sur lequel je vous déconseille d’aller jouer, c’est celui du nude en version rouge à lèvres. Des années que j’essaye et rien à faire, c’est moche. Pourquoi ? Parce que c’est terne, fadasse et que ça donne mauvaise mine. Le pire, c’est quand la couleur est plus pâle que le teint, là on va direct chez les morts-vivants. Bien sûr sur Kylie et ses copines, ça passe. Mais c’est parce qu’elles sont mannequins et que TOUT leur va (même si souvent elles sont plus jolies au naturel). En fait, la plupart du temps, les tons nude sont élaborés sur des bases blanches ce qui assure leur opacité et c’est ça qui les rend difficiles à porter dans la vraie vie. Le rendu est comme de la craie car c’est bien mat aussi. Si en plus le teint n’est pas nickel, c’est la cata. Inutile aussi de préciser que la ride ne fait pas bon ménage avec la bouche nude mate. Alors quoi ? A mon avis, pour rester dans l’esprit du nude, il faut se contenter d’un baume à lèvres (pas trop brillant) et passer vite-fait un rose/brun un peu éteint par dessus. On a alors une petite teinte qui rehausse la nuance naturelle de la bouche. Un peu comme les formules « Shine » qui, bien choisies (pas rose barbie donc), sont super embellissantes.

dimanche 20 mai 2018

Idéal Soleil Pocket, SPF 50, Vichy


Le mini-solaire, pas à dire, c’est une grande idée. Celui-ci est riquiqui, n’espérez pas faire les museaux de toute la colo avec, c’est vraiment le produit d’appoint. Ultra-fin, il prend moins de place qu’un portable dans la poche. Côté texture, c’est pas mal, à condition de bien s’en servir. La formule est fluide, vite appliquée mais elle colle un peu sur la peau. Il faut la laisser sécher 10 minutes (c’est long parfois) avant de se maquiller par dessus. Le produit est blanc mais devient quasi transparent, si on ne met que ça, on n’a pas très bonne mine, c’est bien pour les hommes et les enfants (tant pis pour eux) mais moi, maintenant je me suis habituée à des solaires qui ont un chouïa de couleur, histoire d’être moins livide. Bref, il fait le boulot mais il est assez roots, plutôt pour la randonnée avec casquette et lunettes de soleil que pour la ville. Il coûte 8,50 €

mercredi 16 mai 2018

Diorskin Mineral Nude Bronze, Dior


Sans cesse améliorée, la terre de soleil devient aussi importante pour les marques de makeup que le mascara ou le rouge à lèvres. Il faut reconnaître qu’on est nombreuses à l’utiliser toute l’année alors, tant qu’à faire, on veut un produit top. Par exemple, contrairement aux terres de soleil d’il y a dix ans, désormais beaucoup sont dispo en plusieurs teintes. Pour celle-ci, c’est 6 nuances (= si vous n’y trouvez pas votre bonheur, on ne peut plus rien faire pour vous !). La texture est une poudre minérale, sans trop de matière poudrée donc, c’est fin sur le visage, le résultat est assez transparent. Comme elle contient un peu de rose, l’effet bonne mine est garanti et même particulièrement réussi. Chère ? Oui. 44 euros, mais elle les vaut car son boîtier est ultra-fin et léger, facile à glisser dans le sac et elle dure très longtemps. je ne sais pas pour vous mais moi, les terres de soleil me durent environ un an. Et je me permets d’insister : on n’en met pas sur tout le visage sinon on ressemble à un vieil indien, on l’applique uniquement sur les reliefs. Par exemple, on trace un grand 3 côté droit : le haut du trois c’est le front, le milieu pour les joues et le bas pour les mâchoires. On fait la même chose à l’envers pour le côté gauche du visage.

dimanche 13 mai 2018

Les garçons se rasent, les filles se dépilent !


Oui parce que raser ça doit pas être un assez joli mot, chais pas… Bref ça m’a bien fait rire de découvrir dans le dossier de presse d’une marque de rasoir un mot que je n’ai jamais entendu dans ma bouche ou celles de mes copines. Moi je m’épile ou je me rase mais je ne me dépile pas. Cela dit, il est possible que je sois à côté de la plaque donc, dites-moi, de votre côté, si vous vous dépilez…  

mercredi 9 mai 2018

Aqua Urban, Galénic


Le solaire de ville commence à se répandre dans toutes les marques et celui-ci se débrouille bien. La texture est fine et mate à condition de la laisser sécher quelques minutes (c’est le cas de toutes ces textures mates). Mais pour moi, la vraie réussite de ce produit, c’est sa couleur. enfin, pas vraiment une couleur, plutôt une nuance un peu beige qui ne colore pas la peau mais qui évite cet aspect teint cireux qu’on a souvent après avoir appliqué un solaire haute protection visage (celui qui te fait regretter aussitôt de vouloir bien te protéger !). Bref, pas une couleur qui fait peur mais qui fait une belle peau sympa. Ca peut faire peur aux hommes mais il faut leur faire essayer… La formule existe en SPF 30 ou 50, à mon avis le 30 -sous nos latitudes et à condition de ne pas mettre « exprès » son visage au soleil- est bien suffisant. Un peu cher (35 euros) mais il en faut peu. Je l’utilise juste après le sérum, sans crème de jour.

dimanche 6 mai 2018

Les produits bio vendus en pharmacies sont-ils meilleurs que ceux vendus en supermarchés ?

C’est une question qu’on me pose souvent, ce qui prouve qu’il y a une vraie inquiétude autour de tout ça… Alors, précisons déjà que tous les produits d’hygiène et de beauté vendus en France sont soumis à la même réglementation européenne et qu’il n’y a pas de « bons » ou de « mauvais » produits. Ils sont tous soumis à la réglementation qui, même si elle n’est pas parfaite, est quand même une des meilleures au monde. Ensuite, ceux qui sont bio répondent au cahier des charges bio qu’ils ont choisi (Cosmebio, Cosmos, Natrue) souvent selon leur pays d’origine. Maintenant, niveau qualité des produits, une chose est sûre : le bio vendu en pharmacies est un peu plus cher qu’en grandes surfaces, on a donc plus de chances d’y trouver  des ingrédients plus précieux ainsi que des formules étudiées pour répondre à des besoins plus précis et des jolis packs ou encore des innovations. Démonstration avec mon trio gagnant de marques top en pharmacies : Sanoflore, Melvita et Lift Argan. En grandes surfaces, ceux qui se débrouillent le mieux -pour moi- sont Lavera et So Bio Etic. 

mercredi 2 mai 2018

Nutri Modeling, Filorga


Comme la plupart des formules qui promettent le raffermissement, celle-ci possède déjà une texture de baume, bien ferme. Probablement parce qu’on associe aussitôt une sensation compacte et dense à une action raffermissante. On n’est pas un paradoxe près dans la beauté car on préfère les produits corporels qui pénètrent vite -donc souvent fluides- mais quand c’est fluide on ne croit plus à la promesse raffermissante… Elle n’échappe donc pas à la règle : c’est une crème épaisse qui se masse et qui nourrit la peau. Et quand je dis qu’elle se masse, c’est qu’il faut vraiment la masser ! Ca tombe bien, on a plus de chances que ça marche avec massage que sans… Sinon, elle contient de quoi affiner (bon, pas de miracle non plus comme dab) avec 5 % de cafeine comme dans les amincissants les plus performants. C’est assez rare d’ailleurs d’avoir autant de cafeine dans une texture qui ne soit pas un gel alcoolisé. On y trouve aussi des huiles de babassu et de lierre pour lisser et drainer ainsi que du collagène associé à des polysaccharides pour tonifier. Beurres de karité et murumuru complètent le tout pour nourrir. Produit vraiment complet, idéal pour les peaux matures (délicat euphémisme pour dire vieilles) et comme toujours chez Filorga, l’odeur est discrète et sympa. Il coûte 39,95 € pour 200 ml. 

dimanche 29 avril 2018

Ma fille a de l’acné et veut se maquiller, ça risque d’empirer, non ?

Non… Pitié, laissez vos ados se maquiller surtout quand il s’agit de planquer les boutons. Si ça peut les aider à se sentir mieux, franchement, c’est tout ce qu’on souhaite. Mais (il y a toujours un « mais » avec moi), à condition de bien se démaquiller le soir. C’est donnant-donnant. Car le souci c’est que cette génération maîtrise à fond le maquillage (merci YouTube) mais zappe souvent le démaquillage (ça passe moins bien en tuto…). Résultat, c’est là que ça empire. Donc ok pour le maquillage avec un produit bien choisi, pas de risques avec ce qu’on achète en supermarchés, tout est non-comédogène. Sinon, évidemment, et surtout en cas de grosse inflammation, c’est toujours mieux avec un cosmétique vraiment fait pour ça, comme Dermablend de Vichy, Avène, La Roche Posay ou Uriage. Expliquez bien à vos ados que le démaquillage permet de virer les bactéries qui prolifèrent sur les peaux acnéiques. Ce n’est pas uniquement pour enlever le maquillage. Ensuite on applique son traitement bien comme il faut. Evidemment, hors de question de l’appliquer sur une peau maquillée, au cas où l’idée leur viendrait… Le tout avec une hygiène stricte : mains et ongles nickel of course. On peut aussi leur expliquer que la peau grasse retient tout ce qui passe à sa portée (comme le papier tue-mouche hé hé…) : poussière, pollution, bactéries… Un joli terrain de jeu pour que s’épanouissent pustules, papules et tous leurs amis. La peau sèche est moins accueillante pour cette population.  

mercredi 25 avril 2018

Fard à joues minéral, Lavera


Le nombre de filles qui sont passées au bio pout tout, sauf pour le maquillage c’est dingue. D’ailleurs moi aussi, j’avoue, le maquillage bio n’est pas ma priorité. Ca ne me fait pas rêver donc en général, je découvre un produit non bio qui me plaît et ensuite j’essaye éventuellement de trouver l’équivalent en bio. Pas évident à chaque fois et plus facile sur certaines formules que sur d’autres. Mais je me donne comme mission de vous faire découvrir quelques pépites (surtout depuis que Une n’existe plus) comme ce blush qui paraît très foncé et très rouge mais en fait non. Au contraire, il est parfait pour apporter du relief naturellement. Et ultra-facile à appliquer parce qu'il est bien large. La référence, c’est Cashmere Brown 9,40 €

dimanche 22 avril 2018

un peu de couleur sur les jambes, vite !



Eh oui Coco, on colle à l’actu ! Et quand il fait 28 °, on aimerait bien se promener jambes nues. Oui, mais… Cette couleur de jambes qui hésite entre le blanc et le verdâtre, comment dire, c’est juste pas possible ! Surtout qu’on a même pas eu le temps de passer à l’auto-bronzant. La solution de dernière minute, c’est le soin teinté pour le corps. Il y en a de plus en plus et c’est aussi une solution pour celles qui n’aiment pas l’auto-bronzant. Les trois que je vous présente sont très différents. Appliqués sur la peau bien blanche de mon bras, c’est impressionnant. Celui du haut, c’est le Sun 365 de Lancaster (30 € mais 15 € sur certains sites !). Trop foncé pour moi et je le trouve un peu difficile à étaler correctement (mais c’est sans doute parce que sa couleur ne me convient pas). Il a un SPF 15, bon, ça ou rien c’est presque pareil. Celui en dessous à gauche c’est le Perfect Legs Skin Miracle This Works (40 € arghhh). La formule a tellement d’adeptes que c’est une des meilleures ventes de la marque. Effectivement, elle est pas mal, il faut prendre son temps pour étaler mais le résultat est assez naturel, transparent à souhait avec des nacres réflectrices qui font une jolie peau. Enfin à droite sur mon bras, c’est la Crème Ingénieuse jambes et bras de Mary Cohr (40 € arghhh bis). Au sortir du tube, elle est blanche car ses pigments sont encapsulés, ensuite, sur mon bras on la croirait un peu orange mais la couleur est très réussie, pas trop fausse. Et surtout, comme une BB crème visage, elle sublime la peau. C’est bluffant, ça floute les imperfections, un pur plaisir. Attention, la formule est très siliconée, avant de tester j’avais appliqué un produit hydratant le matin qui devait être siliconé aussi et cela a fait pelucher le produit. J’ai un peu galéré pour enlever les peluches. Si cela vous arrive, il faut frotter ultra-légèrement sinon vous enlevez tout ! En tout cas, pour se faire des jambes de rêve pour une cérémonie ou autre, c’est le produit qu’il faut (mais par pitié, entraînez-vous avant le jour J pour l’application). Quelle que soit la formule choisie, il faut bien laisser sécher ces produits avant de s’habiller (dix minutes suffisent) mais une fois secs ils sont relativement résistants. Je dis bien « relativement » car si on n’enlève pas tout ça le soir, je ne pense pas que les draps blancs en sortent totalement indemnes si on transpire. Pareil le lendemain sous la douche, il faut les éliminer avec du savon. Uniquement à l’eau et sans frotter, ça ne part pas bien et on retrouve le produit ensuite en zébrures marronnasses sur la serviette de bain (qu’on aura choisie blanche bien sûr, c’est plus rigolo !).

mercredi 18 avril 2018

j’ai testé l’appli QuelCosmetic de l’UFC Que Choisir


Alors globalement, elle est intéressante mais pas de quoi grimper aux rideaux. Certes gratuite. Elle pointe du doigt les ingrédients à risque, par exemple toutes les substances suspectées d’être des perturbateurs endocriniens. Il n’y a pas des masses d’explications sur pourquoi tel ou tel ingrédient est classé rouge (pas bien) plutôt que vert (très bien), il faut fouiller un peu pour avoir des infos. Ce qui est très clair en revanche c’est le groupe de personnes pour lequel le produit est considéré comme « à risque » : les bébés et les femmes enceintes, les enfants ou les adultes. Très utile quand on veut visualiser si le cosmétique convient à toute la famille ou pas. Sans surprise, les produits bio sont les mieux notés mais il y a parfois de vraies trouvailles comme des formules vraiment pas bio du tout mais pas trop nazes. Maintenant, l’appli ne juge pas de l’efficacité ou de l’agrément cosmétique des formules, ce qui ajoute encore un peu plus de difficulté pour choisir son produit. Là où ça coince, c’est dans la classification des produits : par exemple, il y a une catégorie autobronzants et on y retrouve pas mal de produits solaires pas autobronzants qui n’ont rien à y faire. J’imagine que c’est parce que l’appli est participative : on peut scanner ses produits pour avoir un avis et la plupart des gens les collent dans n’importe quelle catégorie sans faire attention. Dommage que ce ne soit pas davantage vérifié… Et puis, il y a les vraies conneries (à mon avis) comme cette graisse à traire dans les produits solaires, considérée comme sans risque, mais qui ne contient pas de filtres solaires. Elle ne protège donc pas du tout mais a ses petits points verts partout comme il faut parce qu’elle n’a pas d’ingrédients nocifs. En tant que consommateur, qu’est ce qu’on comprend ? Qu’on peut y aller franco avec ce produit… Et pour finir, bien se cramer et risquer sa peau, bref, le système a ses limites…