mercredi 4 juin 2008

déodorants sans aluminium : ils débarquent !

Et pas un, mais déjà six ou sept ! C’est intéressant de voir comment les fabricants ont contourné le problème des sels d’aluminium qui sont tellement décriés. Pour rappel : des souris épilées et tartinées de déo très dosé en sels d’aluminium ont présenté des concentrations élevées d’aluminium dans l’organisme. Sauf que la souris n’est pas un très bon modèle d’étude pour la peau humaine, elle n’a que quelques couches de cellules là où les humains en ont beaucoup plus et ont, en conséquence, une peau moins perméable. Je résume et simplifie énormément, pardonnez-moi. On peut d’ailleurs remarquer que les études les plus récentes n’impliquent toujours pas l’aluminium comme précurseur de certains cancers hormono-dépendants mais qu’il ne fait presque aucun doute pour les scientifiques qu’il peut y avoir accumulation de sels d’aluminium dans l’organisme et que finalement, on ne sait pas trop si à très long terme (toute une vie à mettre du déo) ça ne pourrait pas avoir une influence sur des tas d’autres trucs. On n’entend pas non plus reparler de la maladie d’Alzheimer par rapport à l’aluminium alors que c’était le premier sujet d’inquiétude. Mais, déjà, rien que ça, toutes ces interrogations, ces querelles de scientifiques, ça peut suffire à vous faire changer de déos, non ? Une chose est sûre, c’est qu’il faut dire adieu aux aisselles sèches qui étaient la particularité des anti-transpirants et des sels d’aluminium puisqu’ils bloquaient une partie de la transpiration. Car les petits nouveaux sont des déodorants point barre. Avec un mode d’action bactéricide, c’est à dire que les principes actifs empêchent la dégradation des “bonnes” odeurs de sueur en “mauvaises” odeurs de sueur ! Bref, ils sont proches des anciens déos mais leurs formules sont tout de même pas mal. Il y en a aussi une foultitude dans les marques bio : j’ai essayé le Sanoflore et le Melvita. Aucun des deux ne m’a complètement convaincue. C’est mieux que pas de déo du tout mais pas super efficace. Les Vichy et La Roche Posay sont à mettre dans le même lot, bien mais pas “zéro odeurs”. Oui, on va repuer, il va falloir s’habituer mais bon, quelques petites odeurs contre un grand flip, pour moi, le choix est fait. Petit conseil à celles qui ont décidé malgré tout de garder leurs anti-transpirants : jamais au grand jamais ne les utilisez sur une peau fraîchement épilée. L’alu peut entrer encore plus facilement dans la peau à ce moment précis.

3 commentaires:

Angely a dit…

ça me laisse perplexe cette histoire d'aluminium....

Pia Terra a dit…

J'utilise "Déoroche stick", certifié sans chlorhydrates d'aluminium, sans paraben, sans parfum ni alcool.
Je le trouve très efficace et j'en suis ravie depuis plusieurs années. Il faut le mouiller de quelques gouttes d'eau et se le passer sur les aisselles avec un peu d'insistance (pas trop quand même) vu que c'est une espèce de bloc de sels minéraux tout doux. En plus c'est presque inusable et ça ne sent rien, donc on peut se parfumer sans redouter les mélanges type Guerlain/pin des landes. On le trouve en magasin bio.

Sof a dit…

alors là, les avis sont partagés parce que certains disent que la pierre d'alun se dégrade en sels d'alu, les autres disent que non, il y a débat, j'attends des infos là dessus... et j'adore ton idée du mélange guerlain/pin des landes, j'olfactise très bien (note que je viens d'inventer un verbe formidable !)