mercredi 3 octobre 2007

le bio peut-il sauver la planète ? pas sûr !

Vous pensiez que tous les cosmétiques bio oeuvraient pour la protection de la planète ? Moi aussi je le pensais. Eh bien, on avait tort ! La cosmétique bio représente aussi un courant bien individualiste qui consiste à choisir ses petites crèmes sans produits chimiques pour ne pas risquer d’attraper de sales maladies mais le reste, changement climatique et cie, on s’en tamponne… La preuve ? Des produits même pas formidables, ni en matière de prix ni en matière de formulation, mais qui viennent du bout du monde. Ok, je sais que ça fait souvent vivre des petits producteurs car ces marques concilient souvent (pas tout le temps) démarche écolo et équitable mais c’est cher payé pour l’environnement. Les cerises du chili, vous saviez que ce n’était pas écologiquement top mais le shampooing d’Australie ou de Nouvelle-Zélande, est-ce bien utile ? On peut en faire en Bretagne sans utiliser d’ingrédients super exotiques, même si c’est moins fun. Dans le même genre, ça me rappelle notre ministre de l’environnement parti constater en avion pour la journée les dégâts du changement climatique… D’autres preuves ? Les dossiers de presse, même pas imprimés sur du papier recyclé, c’est fort, non, pour des marques labellisées Ecocert ! Si encore on faisait venir des produits en vrac et qu’on les conditionnait pas trop loin de chez nous, mais non, on fait venir les produits finis. Moi, j’aimerais bien un étiquetage spécifique qui indique la provenance du produit et son coût réel pour l’environnement. On s’apercevrait sans doute de quelques aberrations : le produit pas bio meilleur pour l’environnement que le produit bio du bout du monde… Bon, tout n’est pas noir, Naturalia agrandit son rayon cosméto bio et ça vaut le coup d’aller y faire un tour, c’est beau et il y a plein de produits formidables. J’aurais quand même bien aimé que l’enseigne fasse un peu plus bouger le marché, en proposant, par exemple, plus de produits en vrac. J’aimerais tant ne pas jeter mon flacon de shampooing Melvita pour pouvoir juste le recharger. Je sais, c’est compliqué mais c’est juste une question d’habitude à prendre, surtout sur des produits très basiques comme le gel douche et le shampooing. En matière de bio, je ne pense pas qu’on ait forcément besoin de plus de marques mais que toutes les marques s’y mettent enfin (ça viendra peut-être). Enfin, pour clore le sujet Naturalia, j’en reviens à l’instant et devant moi, à la caisse, il y avait Keziah Jones, le subliiiiime musicien nigérian. J’ai dû me pincer pour le croire, dans mon Naturalia à moi, de la rue Caulaincourt ! Il est reparti à vélo avec ses petites courses. Keziah : son visage taillé à la serpette, ses fossettes, son petit chapeau, son corps de danseur, tout y était. Confidences de groupie : il est encore mieux en vrai…

1 commentaire:

Vida a dit…

This is great info to know.