mercredi 16 avril 2008

comment prendre le consommateur pour un con ?

C’est simple. En ce moment, la dernière trouvaille consiste à intégrer quelques ingrédients bio dans des formules non-bio. C’est absurde, ça ne sert à rien et c’est un très mauvais calcul, déjà en terme d’image, de la part des marques concernées. La palme ? Une huile visage d’un obscur labo qui contient de l’huile d’olive bio et quelques autres huiles végétales dans sa formule. Le tout, noyé dans un océan de matières premières parmi les plus controversées (phénoxyethanol... PEG....) par les marques bio. Le pire étant que le labo vend le produit (minuscule) 45 euros ! Evidemment, sur l’emballage, il est écrit “bio” en gros. Il faut ensuite chausser de très bonnes lunettes pour comprendre que le “bio” en question ne concerne qu’une toute petite partie des ingrédients. Alors, je vous entends d’ici faire des réflexions du genre “c’est déjà mieux que rien”. Non, c’est con car, soit on remplace certains ingrédients par des ingrédients bio et on ne la ramène pas car ce n’est pas non plus l’apparition de la vierge, soit, si on veut attirer les amateurs de bio, on se remue les éprouvettes deux secondes pour faire du vrai bio. Surtout que tout le monde en fait maintenant. Bref, quand on veut du bio, du vrai, on a, plus que jamais, intérêt à se fier aux labels. Pour cela, vous avez le choix : le français écocert, l’anglais UK Soil, l’allemand BIDH ou le label européen. Certains critiquent les labels, prétextant que la certification coûte très cher aux entreprises concernées (ce qui est vrai), mais au vu de la pléthore de nouvelles marques bio certifiées, il est sûr qu’aujourd’hui, on ne peut plus se lancer dans l’aventure bio pour quelques euros. C’est ça aussi la réalité d’un marché devenu ultra concurrentiel en l’espace de deux petites années. Tant et si bien qu’une marque historique et très bien implantée comme Melvita prend la peine de repréciser dans sa communication qu’elle fabrique des cosmétiques bio depuis 25 ans...

2 commentaires:

Ambre a dit…

Des noms ! On veut des noms ! Le point positif de ce post c'est qu'il nous motive à vérifier les labels des cosmétos (si label il y a).

Sof a dit…

difficile de donner des noms, je ne veux surtout pas jouer les flics !! Mais, il faut vraiment vérifier ce qu'on achète et par ailleurs, il peut aussi y avoir des produits sérieux sans labels mais, là, mieux vaut être assez calée en cosméto pour lire les étiquettes...