mercredi 13 janvier 2010

injections : le temps des mutantes

Si, vous en connaissez forcément, des filles qui se font injecter des trucs dans les rides et qui ne se rendent plus compte, au bout d’un moment, qu’elles seraient plus jolies sans les injections qu’avec ! (Madonna ?). C’est un sujet qui nous fait toutes réagir, jusqu’au Nouvel Obs de cette semaine qui publie un bon papier sur cette nouvelle espèce regonflée de partout. On en devisait tranquillement avec une amie dans le métro hier et cette amie me disait qu’elle trouvait qu’on voyait surtout des regonflées moches chez les actrices mais pas encore, à son avis, sur les femmes de la rue. Là dessus, comme un fait exprès, monte une femme qui s’assied en face de nous. En gros 45 ans, la peau terne et pleine de taches, mais pas une ride et même au contraire des joues remplies, une face de lune. Et nous nous sommes fait la même reflexion. Evidemment sa peau était sans ride, mais on avait zéro envie d’avoir la même, elle n’était pas attirante. Il faut dire qu’elle ne portait pas de rouge à lèvres, pas de mascara, pas de poudre, pas de blush et comme sa peau n’avait aucun éclat (le genre d’éclat qu’on peut avoir à 20 ans même quand on oublie de se maquiller), tout ça était atrocement vain. Pourquoi vouloir à tout prix se focaliser sur la ride alors que le souci n’est pas là et que, déjà, un soupçon de maquillage pourrait radicalement changer la donne (et aussi une bonne alimentation et pas de soleil...). Pas un maquillage trompe-couillon qui ajoute dix ans mais un vrai makeup de pro qui en trois gestes redonne fraîcheur et naturel... Soyons claires, les injections, quand elles sont bien faites, sont géniales, justement parce qu’on ne les voit pas. La question que je me pose c’est : à partir de quel moment est-ce que ça déconne ? Quand est-ce qu’on ne se rend pas compte qu’on est allée trop loin ? Parce que, hélas, toutes les repulpées en question, se trouvent vachement plus jolies avec les injections que sans. C’est ça qui est flippant, cette absence de discernement. Un peu comme les anorexiques qui perdent tout contact avec la réalité et considèrent comme critère ultime de beauté une maigreur qui fait frémir de dégoût et d’horreur le reste de la population.

3 commentaires:

Marion a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
ElsaFindlay a dit…

教育的目的,不在應該思考什麼,而是教吾人怎樣思考.........................

laetitia a dit…

C'est vrai, que la chiurgie esthétique , c'est le coup de baguette magique qu'on veut toutes. Mais a quel prix. Ressembler a une bouée de sauvetage à 50 ans c'est pas un rêve mai plutôt la réalité de femmes et d'homme qui n'ont pas dit stop à temps. C'est comme le chocolat c'est bon mais pas trop quand même (oui ça fait cliché).
Au fait... sympa le blog.